30 novembre 2012

Camarade ou candidat ?

La majorité municipale de Fontenay (PC, PS et EELV) qui se targue chaque jour, chaque minute, chaque seconde, d'être unie, plurielle, solidaire, durable, progressiste, ... (ajoute ici les qualificatifs de ton choix, c'est cadeau, juste pour toi !). Derrière cette union sacrée de façade, les tiraillements sont nombreux, les divergences sont flagrantes et malgré tout cela, la gauche dans son ensemble partira unie aux prochaines municipales... ou pas !

Mi-septembre au moment où nous lançions notre opération Fontenay : Objectif 2014, le parti socialiste local annonçait son intention de partir seul aux prochaines élections. Très bonne nouvelle ! A la tête de ce bataillon de supporters de notre président, saluons l'élan courageux de notre ami Patrice Bédouret, chef de file du parti socialiste, adjoint au maire chargé des finances !

Candidat Bédouret, Camarade Patrice !

Dans ce bal masqué ou ce joyeux bazar (là aussi ami lecteur fait ton choix camarade), le candidat Bédouret a eu l'audace d'annoncer son désir de sortir de cette majorité. Il faut dire que les divergences sont nombreuses. La dernière en date fut visible, aux yeux de tous, lors de la réunion de quartier du Bois, Clos d'Orléans, Gaston Charles. A cette occasion, le candidat Bédouret rappela la nécessité d'un stationnement rotatif payant sur la place du RER et ailleurs, quand ses amis, eux, ne veulent pas en entendre parler. Le candidat Bédouret souligna que la méthode de concertation municipale (on vous écoute mais on décide sans votre avis) n'était pas celle qu'il souhaitait (Le candidat Bédouret souhaite comme la candidate Ségolène Royale mettre en place la démocratie participative...). Le candidat Bédouret m'adressa son plus beau sourire gêné quand, dans les yeux, je lui ai demandé ce qu'il pensait de ce projet de mise en sens unique de la rue du Commandant Jean-Duhail ! Répondre à cette question c'était assurément dire non à ce projet municipal. Le candidat Bédouret se démêne pour exister et cela doit d'être souligné (salué ?). Ses prises de position lors du conseil municipal sont parfois justes et rejoignent d'ailleurs celles de l'opposition. On le sent bouillir quand le maire dénonce la politique gouvernementale ou critique la majorité présidentielle à laquelle lui (le PC) n'appartient pas. Pourtant le candidat Bédouret au final, comme à chaque fois, vote avec ses amis communistes, ses camarades de la majorité. D'ailleurs ses "amis" communistes ne se cachent même plus pour ricanner en séance. Certains disent même qu'en lui confiant les finances, le maire s'est assuré de le conserver ad vitam æternam dans sa majorité !

Oui, il faut le reconnaître Patrice Bédouret, tout candidat qu'il souhaite devenir, reste un camarade, le camarade Bédouret. En gymnaste accompli, il sait faire le grand écart, pour dire qu'il s'oppose mais vote favorablement avec ses amis communistes. En gymnaste émérite, le camarade Bédouret encaisse la violence des charges politiques que ses amis communistes ou écologistes lui adressent à chaque conseil et chaque réunion. Le camarade Bédouret sait qu'en politique, il faut laisser passer les scudes, plier mais ne pas rompre au risque de tout perdre. Son ami Dornbusch2007, Dornbusch2008, Dornbusch2012 et désormais Dornbusch2014 (amusant qu'une même personne n'existe qu'en fonction de la date qu'il colle à son nom !) en a fait les frais et a été obligé de s'exiler ne supportant plus les méthodes de ses ex-amis ! Au parti socialiste de Fontenay-sous-Bois, il faut être souple sinon on vous débarque ! Mais s'il semble plus souple, Patrice Bédouret reste avant tout le camarade Bédouret et j'ai bien peur pour lui, pour ses ambitions, que le candidat Bédouret ne soit sacrifié sur l'hôtel des accords nationaux... Dommage pour lui ! Mais ne t'inquiète pas Patrice nous défendrons les points communs que nous avons (oui au niveau local ça arrive !) et que tes amis camarades communistes refusent, mais nous nous opposerons toujours sur les dogmes et les mauvais choix que la gauche, en générale, fait au niveau national ou local (oui au niveau local il y a quand même beaucoup de mauvais choix !).

 « Courage à Patrice Bédouret qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés de ses camarades communistes (et écologistes, et anticapitalistes,...)  depuis tant d' années dans un engagement désintéressé. »

1 commentaire:

  1. Excellent billet Gildas! Les socialistes malades de leurs faiblesses à Fontenay font le dos rond au risque, d'avaler de travers, les couleuvres dogmatiques que leurs camarades communistes leur font ingurgiter de force ou de gré? Nous allons voir ce que fait la gôche solidaire progressiste et surtout arc-en-ciel.. Les alliances locales explosent de la même manière qu'à l'échelle nationale .. Les verts snobés par les Roses tandis que les rouges ont décidé d'en faire baver à leurs ex-alliés camarades socialistes. Nous n'avons pas fini.. A suivre .. 14 mois c'est long et il peut se passer encore beaucoup de chose dans la gauche fontenaysienne.. immobile, incantatoire et amatrice à tout niveau...

    RépondreSupprimer