16 novembre 2012

Municipales : L’UDI part à l’assaut de Fontenay-sous-Bois et pour 18 mois de campagne !


Première Heure : Pourquoi avoir mis en place ce blog ? Quel est son objectif ?
Gildas Lecoq : C’est un soutien qui vient d’un engagement que je prends au service de Fontenay-sous-Bois. Car j’ai décidé de me lancer dans la vie politique locale dans la ville où j’habite depuis 3 ans. C’est un outil pratique pour faire passer des messages auprès des habitants afin de leur faire connaître mes positions et celles des personnes qui m’entourent.
 PH : Est-ce que c’est une façon pour l’UDI de mettre un pied à Fontenay alors que le conseiller général UMP sortant, Christophe Esclattier a été battu par le PCF ?
GL : Je suis avec Christophe Esclattier dans une démarche de reconquête de ce territoire. Dans une démarche ouverte, novatrice et moderne, ouverte aux groupes de la droite et du centre de Fontenay. Les résultats politiques récents de la 6e circonscription (Vincennes/Saint-Mandé/Fontenay) montrent qu’il y a certainement un besoin de renouvellement du personnel politique. Fontenay est la ville qui nous a certainement fait perdre le siège de député. Tout le monde s’accorde à dire que Fontenay est bien une commune où la droite et le centre perdent du terrain depuis un certain nombre d’années. Il faut donc repartir à l’assaut d’une ville qui est communiste depuis trop longtemps.
PH : Serez-vous candidat à la tête de liste aux municipales à Fontenay ?
GL : Les choses se font en plusieurs temps. La première démarche est de réanimer, de réoxygéner, de réactiver la droite et le centre dans cette ville. C’est mon ambition avec le concours de tous ceux qui partagent nos idées. Pour le moment, je ne suis candidat à aucun leadership. Je suis candidat à rassembler le plus grand nombre en vue de constituer un groupe d’une opposition forte pour pour les prochaines municipales.
PH : Vous serez donc sur la liste ?
GL : Je le souhaite vivement. Mais je pense que la question du leadership n’est pas la question prioritaire pour le moment. La question prioritaire est de montrer que nous existons, que nous sommes présents, montrer que nous sommes beaucoup plus nombreux que la majorité communiste, socialiste et verte peut croire. Il s’agit d’aller dans la rue pour montrer aux habitants que nous pouvons apporter une alternance crédible, moderne et dynamique. Car c’est précisément le dynamisme qui manque dans cette ville.
PH : La tâche n’est pas facile pour la droite et le centre à Fontenay. Votre blog est une première pierre. Envisagez-vous d’autres initiatives pour vous faire connaître et diffuser vos idées ?
GL : La première démarche a eu lieu le 19 septembre avec M. Esclattier, Martine Riou (conseillère municipale SE de Fontenay, NDLR), l’ensemble de nos soutiens et moi-même. Nous avons accueilli Jean-Christophe Lagarde (député-maire UDI de Drancy, NDLR), M. Lafon et Mme Le Bideau pour une réunion que nous avons souhaité faire dans la rue. Nous étions un peu plus d’une centaine. Notre ambition : montrer que le centre, la droite modérée et les indépendants de Fontenay étaient là. J’ai eu l’occasion de rencontrer M. Beaudouin. Je lui ai fait part de la démarche de ce courant politique fontenaisien. Je l’ai invité à faire de même avec l’UMP en bonne intelligence avec nous. Et lors de la campagne des législatives, nous avons appris à nous retrouver et peut-être même à nous découvrir. Je souhaite que l’UMP de son côté puisse réactiver ses réseaux. L’objectif est des se retrouver dans une liste de rassemblement la plus large possible et que nous puissions diffuser nos idées. Il y a eu donc cette réunion publique, à titre personnel, j’ai lancé ce blog. D’autres démarches vont être mises progressivement en place comme des courriers aux riverains. Nous avons décidé pendant ces 18 mois de pré-campagne d’être présents et de ne rien laisser passer. Notre slogan est de ne « rien lâcher ». Les socialistes ont martelé le discours « Le changement, c’est maintenant ». Nous les prenons au mot.
PH : Comment allez-vous structurer un programme pour Fontenay ?
GL : Ce programme s’élabore au fur et à mesure de nos rencontres. Nous sommes partis volontairement tôt, à 18 mois des municipales, parce que nous avons besoin de retrouver les habitants. Peut-être qu’à la suite de la défaite de 2008, les gens ont été un peu en retrait. Nous voyons les habitants. Nous mènerons des actions et une réflexion qui ne seront pas forcément dans une opposition systématique. Parce que beaucoup de choses sont faites à Fontenay. Mais nous découvrons que derrière ce « beaucoup de choses », il y a en réalité très peu de choses : beaucoup de vernis, beaucoup d’affichage. La réalité est beaucoup plus cruelle. Je dis « cruelle » parce que des situations sociales sont dramatiques.  L’équipe municipale en place a voulu faire du logement social un argument politique. Or aujourd’hui la problématique des habitants de ces logements sociaux est en train d’exploser avec des habitations entières qui ont besoin de réhabilitation et qui sont en manque d’écoute. L’élaboration du programme n’est pas encore à l’ordre du jour, c’est d’aller voir les habitants, un par un, de leur dire que l’alternance, elle existe, elle est là et que nous l’incarnons tous : à droite, au centre, et chez les indépendants. Dans le courant du premier semestre 2013, j’ose espérer que nous parviendrons à faire ce rassemblement avec l’ensemble des familles politiques. En fonction des retours des habitants, nous nous attacherons à élaborer un programme.

6 commentaires:

  1. C'est bon cette énergie Gildas qui dégage de votre interview ! Foncez. Amitiés

    RépondreSupprimer
  2. Dominique et Jean-Michel16 novembre 2012 à 19:04

    Bon courage, Gildas, nous vous soutenons et sommes de tout coeur avec vous

    RépondreSupprimer
  3. Une itw qui donne du rythme et surtout envie de vous soutenir. On attendait cela depuis fort longtemps

    RépondreSupprimer
  4. Super initiative Gildas,

    Ce mouvement me parait être la base indispensable à la reconquète de la circonscription par le centre droit, qui est le centre de gravité sociétale de cette circonscription!

    Il y a du boulot!

    Bon courage

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Gildas,
    Apparemment tu as ton fan club (cf commentaires) constitué de personnes qui n'ont pas de nom de famille...
    Oui il y a du boulot à faire sur Fontenay sous bois à commencer par fusionner les 2 villes que sont le vieux Fontenay et Val de Fontenay. Deux mondes imperméables l'un à l'autre.

    Patricia Kersting

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patricia,
      Les modes de fonctionnement varient d'une ville à l'autre et j'avoue que les gens craignent des représailles ici a Fontenay... Oui il y a du boulot et je m'y attache !

      Supprimer