13 novembre 2012

Quand le Grand Paris Express risque de nous filer sous le nez !

C’est la saison je vous l’accorde et se faire doucher par une pluie glaciale n’est donc pas une surprise. On a beau être prévenu, les informations qui nous arrivent jour après jour, sur le devenir du grand Paris et plus particulièrement du projet du Grand Paris express, super métro périphérique permettant de désengorger la banlieue, nous font l’objet de véritables douches gelées !

D’abord il y a eu l’affaire du milliard d’euro non prévu par l’Etat. A droite comme à gauche, nombreux sont les élus et les Franciliens qui se sont inquiétés, début octobre, de ne pas voir ce milliard d'euros, pourtant prévu pour le lancement des travaux du Grand Paris Express, figurer au budget prévisionnel de la loi de programmation des finances 2013-2015. Au-delà de l’économie c’est une erreur stratégique énorme que le gouvernement a commise, dans un période de relance où les grands projets structurant tel que celui-ci doivent être soutenus. Davantage qu’un simple chantier d’infrastructures même, le Grand Paris est, en effet, un projet global ambitionnant d’accompagner l’évolution d’une région qui représente près de 30 % du PIB de notre pays. Bref, on ne commet pas ce genre de bourde quand on est aux affaires, et Jean-Marc Ayrault a dû, une fois de plus, faire machine arrière et déclarer : "la réalisation de la ligne de métro automatique du Grand Paris Express sera nécessaire pour apporter une réponse efficace à la saturation du réseau actuel et au développement de la région. Dès que cela sera nécessaire, (…) dès 2015 s’il le faut, nous mettrons en place la dotation du milliard au capital de la Société du Grand Paris" a-t-il promis.
Deuxième acte, le rapport Auzannet. Commandé en septembre par Cécile Duflot, ministre en charge du Dossier du Grand Paris (quand on sait les positions qu’elle a tenue dans le passé sur ce dossier, on peut avoir peur !!), ce document doit permettre de définir le coût réel du Grand Paris Express ! Il existait déjà un rapport sur la question proposé en son temps par l’actuel président de la commission des finances, Gilles Carrez, mais plutôt que lui demander de l’actualiser, la ministre a préféré demander à quelqu'un d'autre de tout refaire (que de temps perdu !). Ce rapport, n’est pas encore publié que déjà des fuites (organisées ?) font état du report dans le temps de plusieurs tronçons (ce qui avait été rejeté par l’ensemble des élus) voir tout simplement d’un rejet définitif ! Deuxième douche froide quand on découvre que la ligne supprimée est celle qui relie Champigny à Rosny-sous-Bois en passant par la gare de Val-de-Fontenay ! Cette ligne permettait pourtant de désengorger la ligne A du RER complètement saturée, mais surtout de faciliter l’accès à notre ville pour des centaines de salariés ou à des Fontenaysiens pour aller travailler. Bref ce n’est plus un douche c’est un raz-de-marée !

Infographie le Parisien

Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure mais j’ai l’impression qu’une fois encore l’Est parisien et Fontenay en particulier vont être sacrifiés sur l’hôtel budgétaire.
Qu’il n’y ait plus assez d’argent dans les caisses de l’Etat je peux le comprendre, personne ne le nie. Mais quand il s’agit d’investissements pour relancer, justement, toute l’économie francilienne, je demande du courage et de l’audace à nos dirigeants. Si cette information est confirmée elle est tout bonnement scandaleuse ! Savez-vous que ce sont 10.000 emplois non délocalisables qui seront concernés chaque année durant la durée des travaux du Grand Paris ? Ce dossier n’est pas simplement un projet de réhabilitation de nos transports publics. Si on remet en cause le Grand Paris Express, c'est tout le château de cartes qui s'effondre, cela remettra, en effet, en question le développement économique local et la construction de logements dont l’Île-de-France a cruellement besoin. Doit-on rester là sans bouger ? J’ai proposé à mes amis du groupe Réinventons Fontenay de déposer au prochain conseil municipal un vœu, qui je l’espère obtiendra la majorité absolue et l’adhésion totale des élus, afin de montrer que tout Fontenay est mobilisé par cette question !

Gildas LECOQ

2 commentaires:

  1. Mais jusqu'où la gauche va détricotter tout ce qui a été acté avant ! J'ai vu que Voguet était contre comment peut-il supporter la présence de membres du parti socialiste dans sa majorité alors qu'il est de notoriété qu'ils ne s'entendent plus !!!!! Vraiment ils sont^prêts à tout pour garder leur place d'adjoint

    RépondreSupprimer
  2. On ajoute à cela les péages à l'entrée de Paris et fait comment pour aller travailler nous...

    RépondreSupprimer