15 décembre 2012

Grand paris Express : le rapport « Auzan…niet »

Pascal Auzannet a remis hier à Cécile Duflot son rapport sur le calendrier et le financement du futur Grand Paris Express. Une déception pour nous tous qui attendions beaucoup de ce projet si important pour le développement de la métropôle parisienne.
A sa lecture on découvre que l’ancien patron du RER à la Ratp s’est contenté de rendre une analyse comptable qui ne tient aucunement compte de la mutation du futur territoire francilien mais surtout qu'il oublie complètement les centaines de débats publics sur ce projet menés avec les franciliens et les accords politiques réalisés après plusieurs mois de discussion. Bref Cécile Duflot, qu’on a connue très opposé à ce projet par le passé, aurait voulu enterrer le Grand Paris Express qu’elle n’aurait pas fait mieux. Niet aux élus, Niets aux habitants !
Alors que les élus justement avaient, dans leur ensemble, rejeté l’idée d’un phasage de ces travaux, le rapport découpe les différents tronçons en 5 périodes de réalisations fixées au mieux entre 2020 et 2030 (voir 2040). La ligne « orange » reliant Champigny-centre à Rosny et passant par Val-de-Fontenay, un temps en passe d’être supprimée, est rejetée à 2026 !
Déception supplémentaire, Auzannet annonce une addition supérieure de 9,5 milliards d’euros. Il convient quand même de rétablir la vérité, ce nouveau chiffrage du coût du Grand Paris Express est avant tout la conséquence d’une part du retard pris dans ce dossier et enfin du choix annoncé en juillet 2012 par madame Duflot de l’interopérabilité avec RFF, la SNCF et la RATP qui n’avait pas été retenu en 2011.
Bref, la balle est dans le camp de Madame la Ministre amie de Madame Abeille qui rendra ou enterrera définitivement le projet en février 2013. Quand on sait les tensions qu’il peut y avoir au sein de cette majorité présidentielle hétéroclite, tensions que l’on retrouve d’ailleurs dans notre conseil municipal puisque, plutôt que de parler de notre ville, nos élus dissertent sur le monde, j’avoue qu’on est en droit d’avoir peur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire