25 avril 2013

Vous simplifier la ville pour améliorer votre cadre de vie !

Rapprocher la ville des citoyens c'est avant tout leur simplifier le quotidien, ce quotidien que justement l'équipe municipale a bien du mal à gérer. La qualité de vie d'une ville se reconnait aussi à l'attention particulière qu'elle porte à ses habitants. Au sein de notre équipe nous pensons que la première mission d'une administration de proximité est de tout mettre en œuvre pour faciliter l'accès aux services et ainsi réduire le temps qu'ils doivent prendre pour effectuer leurs démarches. On ne le sait que trop, en banlieue parisienne, le temps file et, pour les ménages qui travaillent, il est important, parce que cela participe aussi à leur qualité de vie au quotidien, que l'administration soit véritablement un service public simple et efficace et non la fameuse "la Maison qui rend fou" caricaturée par René Goscinny et Albert Uderzo dans Les douze travaux d'Astérix... Petit exemple adressé par un fontenaysien :

"Mardi soir
Je sors ma poubelle verte car le mercredi, le camion benne passera vers 6 h 45. Trop tôt pour moi. Mais à la bonne heure pour réveiller le quartier (sauf moi qui suis levé bien avant !).

Mercredi
12 heures : toujours pas de ramassage. Toute la rue est dans le même cas. J'appelle la mairie : Réponse : rappelez à 13 h 30.
13 h 35, je rappelle. De transfert en transfert, je tombe sur un correspondant qui semble concerné par mon cas. Il va voir ce qu'il peut faire et me rappeler.
20 h : AG de Métro aux Rigollots. Personne n'a rappelé. J'expose mon cas à C. Mallerin : "pour ça appelez Mme Exxxx ou M. Bxxx".

Jeudi (aujourd'hui)
9 h 30 : j'appelle la mairie et demande M. Bxxx. La standardiste me demande "Lequel ?". Diantre, il y a au moins deux Bxxx employés par la commune. Les enfants des élus ont des facilités d'emploi semble-t-il... Enfin là n'est pas la question du moment !
J'expose mon cas. La standardiste me passe quelqu’un qui ne se présente pas mais qui me dit qu'il y a une erreur d'aiguillage (une pro, la standardiste !) et me transfère à un autre interlocuteur qui dit qu'il va s'occuper de mon cas et voir s'il peut envoyer une benne. Il va me rappeler pour me tenir au courant.
12 h : la benne passe enfin. J’interroge les employés de Nicollin (société privée) : ils ne sont pas passés chez nous hier car la benne était bloquée par des camions mal garés. Et ils n'ont aucun moyen de les faire partir : ni la police nationale, ni la police municipale ne lève le petit doigt et ils ne peuvent même pas verbaliser.
13 h 30 au moment où j'écris ce message, toujours pas de rappel de l’employé communal qui devait me rappeler. Un sens du service public surprenant.
14 h 12 : un employé communal appelle pour vérifier si la benne est passée. Je le rassure et le remercie 4 fois ! Pour une fois que je n'ai pas l'impression d'être considéré comme un chien dans un jeu de quilles..."


© Copyright René Goscinny et Albert Uderzo

Au delà de cette petite (més)aventure, ce n'est en aucun cas le professionnalisme des personnes qui est cause mais bien le processus d'organisation qu'il convient de revoir totalement (car obsolète) et surtout d'adapter aux besoins des habitants. C'est l'ambition de notre équipe et l'axe principale de la campagne que nous ferons : améliorer et vous simplifier votre quotidien. 
En matière d'accueil des publics, par exemple, il faudra mettre en œuvre, comme c'est le cas dans de nombreuses communes de France, un système de traitement des questions et des services qui ne soit plus en ''silo'' mais bien personnalisé et transversal. Oui, c'est cela la politique de proximité que nous voulons, l'administration simplifiée qu'il convient d'organiser, c'est cette gestion du public, moderne et efficiente, qu'il convient de mettre en place demain. Voilà des pistes concrètes et simples sur lesquelles notre équipe travaille afin de vous donner demain une plus grand satisfaction, de renforcer l'attachement au service public local mais surtout de vous faire gagner du temps et de l'énergie... et au final profiter d'un cadre de vie sur lequel là encore nous nous engageons à améliorer, pour tous les fontenaysiens...


2 commentaires:

  1. et Oui en deux ans cher moi le camions à du passée que 4 ou 5 fois a l'heure
    sans parler des jours de ramassages qui ont été changer sans consultations

    RépondreSupprimer
  2. Pour connaître beaucoup de salariés de la ville, ils sont surtout totalement perdus : chefs absents et nommés car soutien du maire

    RépondreSupprimer