27 septembre 2013

Au dernier conseil ... jeudi 26 septembre

Une chose est sûre la tension était bien là, hier soir à l'occasion de ce conseil de rentrée. Une fois encore, le maire (élu depuis 1977) avait du mal à garder son calme, tout comme son premier adjoint, qui, je dois l'avouer, tenait une forme magnifique ! 

La première banderille visait le camarade socialiste Patrice Bédouret, taxé (gratuitement) de "populiste" et de "menteur", au détour de la première prise de parole du "maire-sortant-candidat" ! Avant la clameur du public il y eut un silence profond, comme au moment où un boxeur se prend un coup qu'il n'avait pas venu venir... Le match pouvait commencer le "maire-sortant-candidat" venait de lancer les hostilités !

Le conseil se déroulait normalement (enfin, façon de parler, vu que le nombre d'erreurs de procédure était incalculable). Nous proposions, par la voix de Christophe Esclattier, de geler l'augmentation des tarifs du quotient familial, justifiant ce choix par la période compliquée économiquement et fiscalement pour les ménages français et donc aussi fontenaysiens. Mais la majorité vota une fois encore un ajustement sur l'indice des prix à la consommation soit +1,9% cette année ! Le matraquage n'est plus seulement national il est aussi local...

Il y eu ensuite une grosse, grosse, mais vraiment grosse, colère de M. Clerget 1er adjoint au maire, qui cria (oui oui) à destination de ses futur-ex-futur-ex-meilleurs-amis (ou pas) "continuez comme cela et nous allons nous faire piler par la droite"... Le lettré, élu socialiste, M. Bénédict lui rétorqua assuré de sa victoire "mais non puisque la gauche gagnera" (enfin il pensait à la sienne de gauche pas à celle de son camarade plus à gauche) ! A ce moment là de ce compte rendu, je t'avoue, ami lecteur, qu'il faut vraiment bien connaître l'ensemble des nuances politiques de ce conseil pour tout comprendre ! Bref les socialistes semblent sûrs de leur victoire (ils peuvent rêver !) quand les communistes, eux, commencent sérieusement à sentir la défaite leur chatouiller les oreilles...

Puis il y eu le point n°10 à l'ordre du jour, celui dont je vous avais parlé hier ICI. Notre groupe a voté favorablement appelant simplement l'attention des fontenaysiens sur la correspondance entre le lancement de cette énième étude et les échéances électorales à venir (il ne faudrait pas nous prendre pour des perdreaux de l'année tout de même)... Vous connaissez notre avis désormais sur la requalification, nécessaire, de ce centre commercial. Il faut de l'ambition, de l'audace et du courage ce qui a cruellement manqué depuis quelques années maintenant.

Murielle Michon, élue socialiste à l'économie, et peut être, si j'en crois les bruissements, future candidate dissidente, prit la parole pour exprimer son avis. M. le Maire lui répondit alors de façon véritablement discourtoise, rappelant ses absences régulières et durables... Je dois dire que la politesse et l'élégance n'étaient pas au rendez-vous de cette saillie verbale, ni la défense du droit des femmes d'ailleurs...

Au climat délétère de ces dernières semaines, la tension venait de s'inviter. De notre côté notre groupe qui s'agrandit, chaque jour, rencontre également sur le terrain, des femmes et des hommes venant d'horizons différents mais partageant le même désir de changement. L'envie de passer du XXe au XXIe siècle et de concentrer notre projet sur le quotidien des fontenaysiens, comme je l'écris depuis plusieurs mois maintenant sur ce blog, sont au cœur de cette campagne électorales. Ils sont  tellement inscrits que nos concurrents socialistes en viennent même à utiliser notre propre verbatim dans leurs écrits et discours... j'y vois un hommage que la politesse m'oblige à mon tour de saluer.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire