13 novembre 2013

Jean-Zay : Qu'est-ce qu'on fait ? On ne s'interroge plus Monsieur le Maire on agit !

La scène s'est tenue à l'occasion de l'inauguration de la fin des travaux de rénovation des logements de Valophis avenue Charles Garcia et des Olympiades, vendredi dernier ! Le maire très nerveux (vous avez remarqué cette nervosité depuis son début de campagne ?) commençait son discours, la petite foule qui avait accepté de venir commençait, elle, à gronder... Soudain le maire commença à s'énerver et à invectiver la foule "Mais qu'est-ce qu'on fait ? qu'est-ce qu'on fait ?". Le public médusé entendait alors le maire raconter que ce n'était pas de sa faute mais de celle de l'état et du manque d'effectif de la police nationale. Les gens lui parlèrent des dealers du quartier et le maire de leur dire "qu'il fallait que le trafic soit avéré" alors que "tout le monde le voit ce trafic" pestait une habitante très en colère. En conclusion voulant certainement faire peur à l'auditoire le maire leur rappela que leur colère faisait le jeu du Front national... ce fut en quelques sortes la goutte de trop.

Fontenay par GLECOQ  

Si la sécurité n'est pas dans les missions régaliennes d'une ville, cela n'interdit pas de confier toutefois certaines missions à la police municipale sinon pourquoi l'avoir créé ? Ainsi, le maire pourrait déjà étendre les effectifs de sa police municipale (seulement 2 agents actuellement) afin de leur permettre de décharger la police nationale de certaines missions comme les problèmes de stationnement par exemple. S'il se vante de rencontrer le commissaire de police, le maire se vante moins de la régularité du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), qu'il est censé présider en présence de représentants de la préfecture, de la justice, du corps enseignant... Le bilan dans ce domaine est nul tant dans l'organisation de réunion que directement sur le terrain. Peut-on imaginer une police municipale circulant en voiture banalisée afin de ne pas provoquer la jeunesse ? Pourtant c'est ce qui se passe dans notre ville ! Pourtant des solutions simples et efficaces existent bien à condition d'en avoir la volonté. La mise en place d’un schéma de tranquillité publique, en est une, un projet rassurant pour chacun et dissuasif pour ceux qui refusent de respecter les règles de vie en communauté, avec par exemple l'installation de caméras de vidéo-protection afin de protéger les habitants confrontés à des actes de délinquance. A avoir nié durant trop longtemps les actes quotidiens qui perturbent la sérénité de ce quartier, le maire a fait monter la colère des uns et le sentiments d'impunité des autres. Dès lors pas besoin de crier aux loups en agitant le risque politique quand le risque tout court est continuellement présent pour les habitants.
 
Le Parisien - Mercredi 13 novembre 2013

Avant hier c'est un feu qui a blessé des habitants, dégradation dangereuse et semble-t-il volontaire, venant s'ajouter à d'autres actes et délits réguliers et scandaleux (comme le relate Le Parisien Val-de-Marne - cf photo)... Mais évidemment, à l'entendre, ce n'est pas de la faute du maire. 

Non Monsieur Voguet vous ne pouvez pas vous défausser et seulement proposer une réunion qui au final ne donnera rien car tant que la question de la sécurité sera tabou dans cette ville, les dealers et autres perturbateurs seront toujours là, à narguer les habitants dépités. 

Non Monsieur le Maire, les habitants de ce quartier ne veulent pas voter pour le FN comme vous dites, ils veulent juste des actes et que vous cessiez en votre qualité de maire de les interroger et de leur demander "Mais qu'est-ce qu'on fait ? qu'est-ce qu'on fait ?" comme vendredi soir dernier !  

Être maire c'est agir, être maire c'est prévoir et surtout c'est ne pas paniquer quand il y a le feu dans le quartier comme ce fut votre cas devant cette assistance qui ne demande que la tranquillité ! C'est en tout cas ce que nous, membres du groupe ENSEMBLE, réveillons Fontenay, ferons dès le lendemain de notre élection.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire