22 novembre 2013

Ma réponse à la désinformation

Cher Loïc Damiani,

Vous ne cessez depuis le début de cette campagne de désinformer les habitants de cette ville sur notre supposée opposition au logement social, vous me permettrez donc de faire cette mise au point.

Contrairement à ce que vous dites, nous ne sommes dogmatiquement pas opposés à la construction de logements sociaux dans notre ville. Nous pensons juste qu’il y a des règles et des équilibres en la matière qu'il convient de respecter surtout quand la superficie du territoire permet de les appliquer, ce qui n'est pas forcément le cas des villes que vous stigmatisez systématiquement (mais c'est un autre débat qui dépasse les limites administratives de Fontenay).

Ce que vous semblez oublier, cher Loïc Damiani, c'est qu'au-delà des quelques militants membres de votre parti, tout le monde aspire un jour à la propriété privée et parfois à pouvoir léguer à sa descendance un bien pour faciliter son ascension sociale. J'entends vos glissements sémantiques, on ne parle plus de logement social mais de logement public à Fontenay. De tels glissements sans doute pour justifier que certains de vos compagnons de route (qui gagnent globalement plus de 7000 euros par mois), puissent toujours bénéficier d'un logement social et occuper ainsi la place d'un pauvre salarié du public ou même du privé dont ils iront défendre la modeste condition drapés de l’étendard communiste mais surtout bien au chaud dans leur logement social (pardon logement public) payant un surloyer modeste puisque rabaissé grâce à leur mobilisation en conseil municipal...

Aujourd'hui Jean-François Voguet annonce régulièrement qu'il est favorable au maintien du dernier chiffre officiellement communiqué, à savoir 33% de logements sociaux à Fontenay (comme stipulé dans le PLH) quand la loi fixe ce taux à 25. La crainte de nombreux Fontenaysiens relayées hier soir par Martine Riou repose sur l'opacité savamment orchestrée par votre famille politique sur le chiffre réel de ses logements à Fontenay-sous-Bois. Certains de vos proches parlent de 37% peut être 40% selon certaines sources travaillant à vos côtés mais nous informant quotidiennement de vos agissements car lassées par votre dédain quotidien vis à vis des Fontenaysiens... (oui ! mon cher Loïc, c'est en utilisant les méthodes de nos adversaires politiques qu'on arrive parfois à renverser la vapeur et nombreux sont ceux qui osent désormais nous parler… mais c'est un autre débat...). Ce que nous constatons, et nous ne sommes pas les seuls, c'est que sur les 10 voir 15 dernières opérations annoncées la ville était plus sur du 50-50 (social-privé) que sur du 30-70. Vous comprendrez donc notre inquiétude vis-à-vis du respect de cette règle fixée à 33% (par vous même) quand on construit plus de 50% depuis plus de 2 ou 3 ans.

De même, ce que vous semblez oublier, cher Loïc Damiani, ce sont les conditions de vie des personnes logées dans « vos statistiques » puisque vous aimez parler chiffres. Nous pensons de notre côté d’abord aux femmes, aux enfants et aux hommes qui vivent dans certains de ses logements sociaux parfois dans des conditions scandaleuses ou dans une insécurité croissante mais cela ne vous regarde pas puisqu’à chaque fois, vous nous dites que ce n’est évidemment pas de votre faute… Pour ma part je pense qu’avant de construire plus de logements sociaux il convient d’aménager mieux nos logements sociaux, de réhabiliter mieux leurs abords… C'est là, la différence avec votre politique du chiffre.

Voyez vous cher Loïc Damiani, le monde change, la sociologie de notre ville évolue, les déçus de votre politique sont chaque jour de plus en plus nombreux, et vos contre-vérités ne changeront en rien la vague de changement qui s'annonce dans notre ville.

Vous placez le débat politique systématiquement au niveau national quand nos concitoyens attendent juste une attention à leur quotidien.

Il n'est pas dans mon habitude de répondre sur le forum du Plateau (http://fontenayplateau.forum-actif.eu/t428p550-groupe-reinventons-fontenay-opposition) à vos nombreuses provocations ou intoxications verbales, mais vous me permettrez aujourd'hui de déroger à cette règle pour vous dire combien vos gesticulations politiques sur ce forum à mon égard et à celles des nombreuses personnes qui soutiennent notre liste commencent à bien faire.

Vous pouvez continuer à copier coller vos éléments de langage dans les nombreuses rubriques de ce forum, vous pouvez continuer à vernir les façades de notre ville cela ne masque en rien que la structure s’affaisse et qu’il manque un véritable commandant à la barre de cette ville. Pour notre part nous avançons sereinement, efficacement en écoutant et en rencontrant quotidiennement les Fontenaysiens qui sont unanimes à vouloir ce sursaut, ce réveil que votre équipe ne porte plus. Oui, nous allons réveiller Fontenay et lui porter toute l’attention quotidienne qu’elle mérite.

Il faut le savoir, c'est une vraie différence avec la majorité de gauche menée par Jean-François Voguet. Au moins là je pense que ça a été  clairement dit.

Bon week-end.

Gildas LECOQ



Loïc Damiani a écrit:
Saluons la courte mais très belle intervention au conseil municipal d'hier soir 21 novembre 2013 de Mme Riou.

Lors du point 24 de l'ordre du jour où il était question pour la ville de mettre en place une procédure de péril pour un bâtiment de la rue du commandant Duhail, cette élue de droite du groupe conduit par M. Esclattier et qui soutient le candidat de droite M. Lecoq a fait une nouvelle déclaration dénonçant en quelques mots la construction de logements sociaux selon elle trop nombreux dans notre ville.

On en pense ce que l'on veut, mais on ne peut pas dénier à cette droite une certaine cohérence idéologique et une certaine idée de la ville qui rejette avec force le fait de construire des logements accessibles aux catégories à revenus modestes et moyens. Au moins c'est clair. Les soutiens de M. Lecoq au Conseil sont contre la construction de logements publics. Leur modèle est sans doute plus proche de Vincennes ou de Saint-Mandé qui en la matière détiennent des taux très bas…

Il faut le savoir, c'est une vraie différence avec la majorité de gauche menée par Jean-François Voguet. Au moins là ça a été dit clairement !

1 commentaire:

  1. Cet échange courtois mais ferme me paraît contenir un fond politique au vrai sens du terme parfaitement clair.

    D'un côté, le logement est considéré du point de vue de son usage qui est de se loger.
    De l'autre le logement est considéré comme un bien, du point de vue de l'accumulateur de bien et du titulaire de rente.
    D'un côté, le point de vue du travailleur qui vit de son travail, de l'autre le point de vue du bourgeois.
    Merci Messieurs, encore bravo

    RépondreSupprimer