11 novembre 2014

Grande Guerre : À l’échelle du temps, c’était hier... C’était il y a 100 ans.

De la mobilisation générale, le 2 août 1914, à l’Armistice signé dans un wagon-restaurant spécialement aménagé, provenant du train d’État-Major du maréchal Foch, dans la forêt de Rethondes, le 11 novembre 1918, plus de quatre années se sont écoulées : 52 mois d’un conflit terrible, sans précédent, dévastateur ; plus de 1 500 jours d’une mêlée confuse, sanglante et meurtrière. La Grande Guerre faisait brutalement basculer le monde d’un siècle à l’autre.

À l’échelle du temps, c’était hier... C’était il y a 100 ans.

Notre responsabilité, en cet anniversaire du centenaire du début de la Grande Guerre, est de transmettre l’héritage de tous ces témoins de l’Histoire, pour continuer de donner un sens à cette cérémonie. Ce sens, c’est celui que lui reconnaîtront les générations à venir.
Ce matin à l'occasion des cérémonies, notre groupe déposera une gerbe
à la mémoire de celles et ceux qui ont fait don de leur vie à notre patrie.

« A ce jeu puéril et sanglant, où les partenaires changent de place tous les siècles, n’y aura-t-il jamais de fin jusqu’à l’épuisement total de l’humanité » écrivait Romain Rolland dans son œuvre « Au-dessus de la mêlée » paru en 1914. 

Un siècle après, nous savons que le bien le plus précieux qui leur sera légué, c’est évidemment la paix que nous célébrons en ce 11 novembre. Une Paix qui a pris bien du temps à venir, une paix qui a laissé la place à de nouveaux conflits, toujours plus sanguinaires. Mais j’ose croire, une Paix que ce geste de recueillement que nous faisons ce matin à Fontenay rend durable et que notre devoir de mémoire honore.

Car il faut savoir se réjouir de la paix !
En ce 11 novembre 2014 j’invite chacun d’entre nous à ne pas oublier ce don qu’ont fait nos parents et grands-parents à notre patrie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire