08 novembre 2014

Rencontre avec Geneviève et Robert Marmillod


Ma rencontre avec Geneviève Marmillod et son mari Robert remonte à il y a bien longtemps déjà. Je crois me souvenir que c’était en 2001, au bowling de la Matène, à l’occasion du lancement de la campagne pour les élections municipales. Par la suite, nous avons pu apprendre à mieux nous connaître et surtout à nous estimer.

Geneviève Marmillod est, selon ses propres termes, et elle y tient, viscéralement fontenaysienne. Arrivée à Fontenay à l’âge de 3 ans, elle s’y installe à nouveau vers 1960, après quelques années passées au Congo, puis à Boulogne Billancourt où elle tint avec son mari un café-restaurant de quartier , « La Marine »,  ouvert 7 jours/7 déjà à l’époque. Robert passe d’ailleurs régulièrement derrière le comptoir quand il s’agit de servir le traditionnel verre de l’amitié qui vient clôturer nos réunions politiques. Robert et Geneviève ont ce point commun qui me touche : ce petit pétillement dans le regard qui ne laisse personne indifférent et qui résume bien la passion qu’ils ont, comme moi, pour leur ville.

Geneviève Marmillod, son époux et leur fille habitent dans le quartier des Mocards. Un quartier qu'ils apprécient et défendent avec le dynamisme qui les caractérise ! D’ailleurs Geneviève a créé en 1989 le comité de quartier des Mocards, soutenue à l’époque dans sa démarche par le maire de l'époque, lui-même, Louis Bayeurte et Gérard Mari, le dynamique président de l’association du Plateau.

En 2006, toujours aussi investis pour Fontenay, Geneviève et Robert Marmillod ont soutenu l’association Métro aux Rigollots, pour que la ligne 1 soit prolongée. Geneviève et Robert  n’en oublient pas les loisirs et font partie des membres de l’association Fontenay Loisirs, qui organise sorties et spectacles tout au long de l’année.

Personnalités bien connues des fontenaysiens, c'est avec passion et désir de changement qu'ils m’ont soutenu durant la campagne et que Geneviève a accepté de présider le Comité de soutien. Signe qui ne trompe pas : Brigitte et moi-même n’avions qu’un seul nom sur notre liste pour la présidence de ce comité, c’était le même, celui de Geneviève. Je tenais par ces quelques lignes à la remercier ainsi que son époux Robert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire