19 décembre 2014

Au dernier conseil : Mon intervention au sujet du Théâtre

A l’heure où la toiture de notre médiathèque ne cesse de laisser passer la pluie, sur un personnel déjà en très grande souffrance pour d’autres raisons que nous n’évoquerons pas ce soir mais qu’il vous faudra bien expliquer un jour…

A l’heure où certaines de nos écoles devraient tout simplement faire l’objet d’une reconstruction tant le bâti est abimé.

A l’heure où dans ces mêmes écoles nos enfants sont entassés car votre majorité n’a pas su anticiper, il y a déjà quelques années, le baby-boom des années 2000.

A l’heure où nombre d’équipements publics devraient faire l’objet d’une réhabilitation programmée dans le cadre d’un plan d’investissement raisonné.

A l’heure où la crise enfonce notre pays dans une situation dramatique, où l’état se désengage des collectivités locales, vous faites le choix d’engager notre ville dans une aventure « théâtrale » qui risque de ne pas faire sourire les contribuables Fontenaysiens.

En avant-propos et afin de tout de suite éluder les remarques personnelles que vous ne manquerez pas de faire sur notre groupe et sur notre position, vous me permettrez de vous rappeler que le théâtre est un domaine que nous connaissons. Certains d’entre nous y ont travaillé durant plusieurs années, côtoyant ainsi un très grand nombre de professionnels, artistes et techniciens, ou de producteurs et de mécènes.  Nous sommes donc aussi bien placés pour connaître toute la beauté et les émotions que cet art procure mais aussi pour comprendre toute la difficulté de ce monde et de son économie, car le problème est surtout là !

Tout d’abord quand une ville souhaite créer un équipement public nouveau, elle s’assure de plusieurs choses.

- La première, c’est le besoin. Est-ce que les habitants de Fontenay, qui vont en payer une très grande partie par leur impôt, sont en attente de la construction d’un tel équipement ?
Vous nous rappelez dans la note de présentation qu’il y a 10 ans que ce projet est à l’étude, certains disent même près de 20 ans… Vous savez mes chers collègues entre l’idée et sa réalisation, il arrive que le temps qui passe desserve un projet. La baisse de fréquentation des salles de théâtre, qui est hélas une réalité, ne se combat pas en créant des lieux nouveaux, elle se combat en éduquant les plus jeunes dès l’école. J’avoue n’avoir vu aucun atelier de pratique théâtrale organisé dans le cadre des nouvelles activités proposées, liées à la semaine de 4,5 jours ! Aucune information ne nous a été donnée d’ailleurs sur le nombre de compagnies théâtrales en activité sur Fontenay, le nombre de spectacles proposés et la fréquentation des spectacles dans cette ville. Bref pour défendre un projet vous avez raison de ne donner aucun élément ça nous permettra effectivement de vous soutenir…

- La deuxième question à se poser, c’est de se demander, quelle est l’offre existante surtout quand vous vous honorez d’un rayonnement régional hypothétique que pourrait vous apporter l’ACTEP !

Regardons à Montreuil, à Vincennes, à Nogent et dans le bois, que voyons-nous ? Déjà près de 10 salles de théâtre existantes. Vous nous annoncez de possibles mutualisations avec d’autres villes vers votre futur théâtre, étrange dès lors, de ne pas avoir mutualisé dans l’autre sens ou si peu… Les villes qui ont actuellement ce genre de structure font toutes le même constat, le public malheureusement déserte les salles.

- Troisième constat à faire. Le principe de réalité. Faire de la création théâtrale coûte très cher et une salle de 330 places mal desservie en transport en commun aura bien du mal à rentabiliser ses spectacles quand certains théâtres parisiens ont bien plus que du mal. La ville à l’heure de l’inter-communalité pourrait si elle le souhaite vraiment développer l’offre théâtrale en se rapprochant de Nogent ou d’autres villes si elle veut réduire ses coûts de production mais encore faut-il qu’il y ait une demande du public (là on en revient à la première question). Ou alors ce théâtre n’aura vocation qu’à louer des salles de répétition… Mais dès lors ce nouvel équipement ne répondrait plus à l’attente du public mais seulement à celle des professionnels.

Voilà mes chers collègues les premières interrogations qui auraient du conduire votre réflexion a priori. Venons-en maintenant au projet plus précisément.

Il y a un an quand l’annonce fut faite dans la presse, le montant annoncé par la ville était de 15 millions d’euros d’investissement. Aujourd’hui on découvre que l’enveloppe s’est considérablement réduite. Certains de vos amis artistes invités à conduire la réflexion dans le comité de pilotage auquel je le rappelle les élus que nous sommes ne sont jamais conviés, nous ont alors alerté ! On imagine aisément qu’au début de l’été, Monsieur le Maire, vous avez dû expliquer à vos collègues que la ville ne pouvait pas consacrer une telle somme pour ce projet. Il a alors fallu trancher. Des 4 salles de répétitions initialement prévues, vous avez alors décidé de passer à deux seulement. 7 650 000 euros pour le théâtre, 1 850 000 euros pour les travaux liés à Jacques Brel, l’addition est aujourd’hui de 9 500 000 euros HT. Je précise aussi qu’il n’est nullement fait mention des coûts de terrassement et de dépollution du site qui sans aucun doute vont aussi venir s’ajouter à ce montant. Il convient d’attirer l’attention de nos concitoyens également sur le fait que votre prévision ne prend évidemment pas en compte l’installation du matériel technique du type éclairage et sonorisation pour n’en citer que deux, pourtant incontournable dans ce genre d’équipement public. Bref au fur et à mesure que l’on gratte le faible dossier que vous nous avez transmis, nous découvrons que le gouffre ne commence qu’à se creuser doucement.

Oui, à se creuser doucement, car c’est sans compter le budget de fonctionnement qu’il faudra ensuite débourser chaque année pour faire vivre ce nouvel équipement.

En regardant encore d’un petit peu plus près nous avons aussi découvert qu’en reliant un équipement comme celui de Jacques-Brel doté d’une salle de 1200 places à ce nouveau théâtre de 330 places par un foyer de déambulation commun, vous transformez globalement l’équipement initial. Je m’explique. En effet, nous n’allons pas avoir deux équipements adossés l’un à côté de l’autre mais bien un seul. Le résultat c’est que cet équipement actuellement placé en catégorie 2 va passer en catégorie 1. Dès lors il devra répondre à des exigences en matière de sécurité, beaucoup plus contraignantes, comme la présence minimum de 2 ERP les soirs de spectacles dans les deux salles. Les exigences réglementaires vont prendre le pas et interdire pas mal de choses dans ce nouvel équipement ! Encore une somme supplémentaire à ajouter dans ce projet.

Regardons encore d’un peu plus près le projet. Pas de parking souterrain pour permettre au public de se stationner. Certes cela aurait alourdi le coût global du projet mais l’absence de parking montre aussi que l’ambition régionale affirmée dans la note n’est malheureusement pas à la hauteur. Qui peut imaginer en 2014 créer un équipement public nouveau sans y intégrer un parking souterrain ? Si les trois postulats de départ démontrent que le projet n’est pas viable, l’idée de rénover Jacques-Brel en y créant un parking souterrain aurait sans doute été plus facile à défendre et à soutenir.

Passons à la notion d’équipement durable. Nous savons mon cher Marc Brunet votre attachement à l’écologie politique. Je ne savais pas en revanche que vous seriez prêt à reculer autant sur ces valeurs pour voir le projet se réaliser. Les engagements environnementaux de ce projet sont faibles très faibles mêmes, et j’avoue qu’à l’heure de l’Agenda 21, venant d’une équipe municipale qui a prôné tellement de promesses j’y vois encore un renoncement. En effet pas de labellisation HQE (Haute qualité environnementale) recherchée. Seulement une attention particulière portée sur la gestion des énergies et trois cibles visées à un niveau élevé : le confort acoustique, visuel et hygrothermique. Pour mémoire, si vous aviez visé des objectifs performentiels comme prévu dans l’agenda 21 qui sans doute n’existe pas, vous auriez dû avoir 3 cibles au niveau très performant, nous n’en voyons aucune, 4 cibles au niveau performant, disons que ce sont celles que je viens d’énoncer et 7 cibles au niveau de base, rien dans le document. Si nous ajoutons que dans l’appel à candidature aucune mention n’est faite aux équipes de s’adjoindre la compétence d’un spécialiste en qualité environnementale, nous ne pouvons que faire le constat, que les valeurs de l’écologie politique ont été abandonnées sur l’autel de la négociation. Enfin, vous mentionnez l’aide de 1,5 millions d’euros de la Région, vous me permettrez juste de rappeler que cette aide n’est pas acquise et quand on voit la manière dont la Région a abandonné l’association Musiques au Comptoir on peut largement douter de sa volonté de soutenir ce projet de théâtre à ce niveau financier.

Évidemment notre voix et celle de 4 Fontenaysiens sur 10 ne sera pas entendue et vous allez nous engager vers ce projet avec toutes les problématiques que nous avons soulevées. Si la capacité d’investissement de notre ville permet d’engager cette somme alors il aurait été préférable selon nous quitte à investir dans le secteur culturel : de consacrer 3 millions à la réhabilitation de la médiathèque, 1,5 millions à celle de la salle Gérard Philippe en l’agrandissant même pourquoi pas, à rénover efficacement la halle Roublot ou comme nous l’avons déjà dit ici plusieurs fois à réfléchir à la création d’un conservatoire municipal de musique et d’art dramatique qui permettait de faire cohabiter dans un même lieu une salle de concert et de théâtre. Une fois encore vous allez réaliser un projet imaginé il y a fort longtemps mais qui n’a plus de légitimité. Cette méthode, c’est celle que vous développez depuis de nombreuses années, par manque d’anticipation et sans doute parce que vous n’êtes plus à l’écoute des attentes de votre population. “All the world is a stage” disait Shakespeare, permettez moi de vous inviter à mieux regarder et écouter ce qui se passe sur cette scène.

Je vous remercie.

3 commentaires:

  1. Merci énormément! Helas j'ai bien peur que vos mots, même vos phrases ne soient trop bien rédigé pour être compris par nos élus de la majorité municipal si incompetants

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi ne pas réaliser comme pour le prolongement de la ligne 1 des réunions débats sur cet équipement qui va absorber le produit de la vente de la boucle A86 qui semble oublié. Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme > un débat participatif pour décider ou non du bien fondé de ce théatre si cher au yeux de pascal brunet maire adjoint à la culture (2ème candidat en tête de liste sur le ticket municipal du commandante voguet) et acteur de profession, vous n'y pensez pas sérieusement ? On est à Fontenay je vous rappelle où les petits arrangements entre amis prévalent sur la démocratie participative .

    RépondreSupprimer