09 mai 2015

Quelques explications pour bien comprendre le budget de Fontenay !

On a pu le constater à la lecture du compte administratif et lors du vote du budget, la faible capacité d'autofinancement pour notre ville de Fontenay n'augure pas un avenir radieux. Quelques commentaires pour bien comprendre notre tribune et l'état de nos finances locales.

L'autofinancement qu'est-ce que c'est ?
C'est le résultat que l'on dégage entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement. C'est en quelques sorte le fruit des économies de fonctionnement qu'il est possible de réaliser durant un exercice budgétaire. Ce résultat est, dès lors, affecté obligatoirement dans la section investissement et permet, de ce fait, de réduire le recours à l'emprunt pour financer nos investissements futurs.

La bonne santé d'une ville se regarde à travers son niveau de taux d'imposition, de sa dette et de sa capacité d'investissement, le tout étant lié. Les finances d'une collectivité doivent toujours être équilibrées contrairement à celles de l’État, ce qui signifie que la section de fonctionnement de nos finances municipales doit d'abord être équilibrée, c'est-à-dire que les recettes doivent au moins être équivalentes aux dépenses, les recettes comprenant les impôts et le paiement des services publics et les dépenses comprenant aussi les intérêts des emprunts.

Comment financer nos investissements ?
Pour financer les investissements, il y a 2 ressources principales : l'excédent dégagé de la section de fonctionnement (C'est ce qu'on appelle l'autofinancement) et les emprunts (il y a aussi les subventions mais par les temps qui courent, elles faiblissent lourdement !!!). Il faut également prendre en compte qu'avant d'investir, il faut d'abord rembourser le capital des emprunts antérieurs par l'autofinancement. C'est pour cette raison que notre groupe demande régulièrement que l'on dégage plus d'autofinancement !

Autrement dit :

- plus notre commune réduit les charges de fonctionnement (personnel, fluides, com, voyages, etc), plus elle dégage de l'autofinancement sans avoir besoin d'augmenter les impôts. Et donc plus elle rembourse le capital et plus elle peut investir sans trop emprunter !

- si l'on ne réduit pas les charges de fonctionnement, pour dégager de l'autofinancement il nous faut alors recourir aux impôts. Plus l'autofinancement est faible, moins on peut investir après avoir remboursé le capital de la dette. C'est pourquoi de nombreuses villes ont été obligées de réduire leur niveau d'investissement.

Qu'en est-il pour Fontenay ?
Pour Fontenay, l'endettement est très élevé (104 M d'euros), ce qui veut dire que le capital à rembourser est élevé ainsi que les intérêts. Les intérêts pèsent sur les dépenses de fonctionnement, ce qui veut dire qu'il faut réduire considérablement les autres dépenses ou alors augmenter les impôts pour dégager un autofinancement suffisant. On le voit avec +2,9% en 2014 et +2,9% en 2015 Fontenay est obligé d'augmenter les impôts.

Le capital à rembourser étant élevé, cela pèse sur le niveau d'autofinancement à atteindre pour d'abord rembourser le capital et ensuite pouvoir investir. Sinon, il faut à nouveau emprunter fortement pour réaliser les investissements (ou alors on n'en fait plus ou beaucoup moins, méthode utilisée il y a encore quelques années à Fontenay, dont on mesure au quotidien les problèmes [voiries, équipements obsolètes,...]), ce qui augmente le capital et les intérêts à rembourser, les années suivantes, ainsi que le besoin d'autofinancement. C'est la spirale infernale qui se traduira dans le futur proche par une augmentation massive des impôts ou par une mise sous tutelle pour arrêter l'hémorragie (ce que personne ne souhaite) !

Quelle solution faut-il mettre en place ?
Il y a plusieurs solutions. Celle qui me semble être la plus adaptée à notre ville est de s'attaquer d'abord à la réduction de l'encours de dette, c'est-à-dire rembourser plus de capital des précédents emprunt que le nouveau capital emprunté pour les nouveaux investissements. Pour y arriver, il faut dégager un niveau d'autofinancement élevé afin de pouvoir minimiser le nouvel emprunt de l'année, et il faut également limiter l'investissement pour réduire aussi la part de l'emprunt. Pour augmenter l'autofinancement, il faut réduire les dépenses de fonctionnement et augmenter modérément les impôts afin de permettre ce levier.

Le fait de diminuer l'encours de dette permet les années suivantes de diminuer les intérêts à rembourser et donc augmenter l'autofinancement sans toucher aux impôts si les autres dépenses de fonctionnement n'augmentent pas. C'est à mon sens la meilleure spirale, c'est en tout cas la méthode que je préconise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire