02 juillet 2015

Ecole Pierre-Demont : Quand la sécurité des enfants passe après le dogme !


C’est un problème qui crispe à juste titre, mais hélas, alors qu’il serait si simple de le résoudre, c’est surtout un problème qui dure, que celui de l’installation d’un « brise-vue » dans la cour de l’école Pierre-Demont à Fontenay-sous-Bois.

Rappel des faits. Depuis plusieurs années maintenant, les enseignants, mais aussi les parents d’élèves, demandent à la mairie l’installation d’un « brise-vue » sur la grille de l’école Pierre-Demont. La raison est simple, durant les récréations, notamment, les enfants sont à la vue de tous, mais chose plus grave, les passants peuvent à tout instant venir à leur contact ! Devant l’immobilisme récurent du maire adjoint à l’enseignement, la colère gronde. « Nous nous heurtons à une fin de non-recevoir alors que les incidents sont nombreux », écrit une mère de famille du quartier. « Un jour, un élève a reçu de la main à la main des médicaments de la part de quelqu’un de sa famille, preuve que l’on peut donner à nos pitchounes n’importe quoi à travers le grillage. A la fin des cours, des enfants plus grands viennent discuter et échanger des objets avec les enfants. Pire, on m’a relaté qu’il y a peu un homme en bicyclette a même baissé son pantalon en passant devant cette grille où étaient rassemblés les enfants. Cela devient intenable et surtout très dangereux ». 
A l’heure où l’on interdit le stationnement des voitures devant les équipements publics, la mairie et singulièrement M. Clerget font la sourde oreille. Mieux, l’élu répond de manière sarcastique à cette demande légitime de sécuriser l’équipement. Extrait d’un courrier adressé au président des délégués départementaux de l’Éducation nationale qu’un autre parent m’a fait suivre. « En 1972, le pédagogue, Fernand Oury, dénonçait dans un ouvrage devenu célèbre, « l’école caserne ». (…) Certes, ces « utopies pédagogiques » se sont vite heurtées à la réalité d’une société qui a plongé dans la crise avec ses corollaires que sont le consumérisme et l’individualisme. Les logiques sécuritaires se substituent progressivement à une éducation fondée sur la liberté comme projet émancipateur. Je peux comprendre l’inquiétude des équipes enseignantes soumises depuis 6 mois à un plan « Vigipirate » contraignant et obligées d’élaborer les fameux « PPMS ». Dans ce contexte idéologique, il est tentant de penser qu’on pourra régler les petits problèmes d’incivilités qui sont le fait de parents ou d’anciens élèves en reproduisant dans ces écoles récentes voulues ouvertes sur le quartier, les modèles plus anciens comme Jules Ferry ou Pasteur. Or, il y a d’autres solutions qui passent par le dialogue avec les familles concernées et par la surveillance renforcée de la cour lors des récréations … ». Bref, parents et professeurs arrêtez de vous enferrer dans cette logique sécuritaire de petit bourgeois, allez parler aux éventuels pédophiles qui pourraient traîner devant cette grille pour leur expliquer qu’un autre monde est meilleur… On croit rêver ! On rêve d’autant plus que derrière cette même école pour des raisons de sécurité, les professeurs ne peuvent plus garer leurs voitures, plan Vigipirate oblige, alors que les véhicules de chantier des futurs bureaux de la Société Générale s’y stationnent sans verbalisation.
L’année scolaire se termine sur cette tension durable à l’école Pierre-Demont, alors que des solutions bien loin d’un casernement ou d’une bunkerisation de l’école pourraient facilement, à peu de coût, régler enfin ce problème. Mais nous sommes à Fontenay-sous-Bois, une fois encore le dogme l’emporte sur la raison et c’est dommage. Si demain il devait arriver un drame dans cet établissement, j’ai bien peur que le dogme ne puisse panser les blessures des familles ou des enseignants.

Au nom du groupe Ensemble, réveillons Fontenay, j’ai adressé ce jour un courrier à Monsieur le Maire pour qu’une solution soit trouvée dès la rentrée prochaine.




Copie du message adressé au Maire : 

Monsieur le Maire,

J'ai été interpelé par de nombreux parents d'élèves de l'école Pierre-Demont au sujet d'un problème récurrent d'installation d'un "brise-vue" sur les grilles de l'établissement.
En effet, la conception de cette école pose aujourd'hui des problèmes de sécurité nombreux qui ont été évoqués par le corps enseignant et les parents lors des conseils d'école. Malheureusement M. Clerget, informé de ce problème, ne semble pas vouloir trouver une solution rassurante pour les familles et apaisante en cette période de trouble.
Aussi je me permets de vous écrire en ma qualité de président du groupe Ensemble, réveillons Fontenay ! afin de vous inviter à reconsidérer la position de la mairie sur cette question et d'essayer de trouver une solution pour la prochaine rentrée.
Comptant sur votre capacité d'écoute et votre volonté de favoriser le mieux vivre ensemble, je vous prie, d'agréer, Monsieur le maire, l'expression de mes sincères salutations.

Gildas LECOQ
Conseiller municipal
Président du groupe d'opposition

Ensemble, réveillons Fontenay !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire