17 juillet 2015

« Gouverner, c'est prévoir »

Gouverner, c'est prendre les décisions qu'on estime être bonnes. Comme par exemple arrêter l'utilisation de produits toxiques pour lutter contre les herbes « folles », « mauvaises » ou « sauvages », appelez les comme vous voulez.

Mais il convient, lorsque l'on gouverne, d'anticiper les conséquences des décisions prises. Et la conséquence prévisible de l'arrêt des désherbants chimiques, c'est que les herbes poussent dru, en toute liberté. J'entends déjà les râleurs nous dire qu'il y a bien d'autres sujets à traiter que celui là mais pour ceux qui sont restés à Fontenay en ce début de mois de juillet, il convient de reconnaître que jamais nous avions vu autant d'herbes dans nos rues, nos parcs mais aussi, hélas, dans notre cimetière.
Ce laisser-aller, cette désinvolture que l'on constate au quotidien, exaspère à juste titre nos concitoyens, qui souhaitent un cadre de vie agréable, des rues propres. Cette semaine pas moins de 7 mails m'ont été adressés sur ce sujet, c'est dire combien il touche les habitants.

Et si certains élus prétendent que cette verdure envahissante est plus agréable à leurs yeux, les citoyens sont réellement en colère, et cette colère est largement justifiée en ce qui concerne le cimetière.
Ce lieu dédié au recueillement doit être traité avec respect, et non laissé à l'abandon avec la même désinvolture que les trottoirs et les autres espaces verts, comme le parc des Carrières notamment. 
Et il a fallu que la colère prenne de l'ampleur pour que Monsieur le Maire se déplace enfin pour constater l'étendue du problème, et tente une réponse dans le magazine municipal. 
Avec une photo à l'appui. Mais cette photo n'est que le pâle reflet de la triste réalité. La réalité vous la verrez à la fin de cet article en photos !


Alors bien sûr, une affichette placardée en divers endroits invite à «  accepter les herbes sauvages ». Mais cette savane est-elle acceptable ? Comment les familles peuvent-elles accéder aux sépultures pour s'y recueillir, sans devoir se frotter à tous ces végétaux dont certains piquent, grattent, collent… 
N'oublions pas non plus que les familles ont l'obligation d'entretenir les tombes quand la ville oublie simplement d'entretenir le site.
De plus, Monsieur le Maire explique dans une lettre affichée, que les contraintes budgétaires empêchent l'embauche de personnel supplémentaire : soit ! Mais malgré ces contraintes budgétaires, une étude coûteuse (une de plus) est en cours pour trouver les solutions qu'il eût été facile de mettre en œuvre, juste avec un peu de bon sens !







1 commentaire:

  1. Bonjour Monsieur Lecoq.
    Si des râleurs vous disent que le problème de la propreté n'est pas important, c'est qu'ils ne sortent jamais de chez eux. La saleté de nos rues et toutes ces herbes sont juste la conséquence d'une mauvaise gestion de la ville. Continuez votre combat, continuez à dénoncer tout cela. Bon courage, vous avez de plus en plus de gens qui vous soutiennent, même si certains ne peuvent vous le dire publiquement. Merci pour tout ce que vous faites.

    RépondreSupprimer