30 septembre 2015

Tribune d'Octobre 2015 : La sécurité et la tranquillité pour tous

En matière de sécurité, la majorité municipale (Front de gauche – PCF - EELV) doit mettre en place des mesures préventives pour assurer et retrouver la tranquillité publique sur l’ensemble de notre ville. Elle doit également agir pour décourager ceux qui refusent de respecter les règles de vie en communauté.  Les habitants, et notamment ceux du quartier Jean Zay, ne peuvent plus subir les problèmes lourds et récurrents de sécurité et de tranquillité qu’ils subissent au quotidien depuis trop longtemps : trafics de drogue, occupation illégale du domaine public, attroupements et rassemblements nocturnes, occupation de halls d’immeubles et multiples incivilités qui nuisent à leur qualité de vie.  La seule réponse apportée par la municipalité : la mise en place d’un comité de veille réunissant les habitants du quartier, un représentant des forces de l’ordre et les bailleurs sociaux. À notre demande, notre groupe participe à ces réunions bimensuelles... Sauf qu’il ne s’est tenu aucune réunion depuis le 20 juillet dernier ! Les habitants ont alors dû supporter, cet été, la peur et l’inquiétude.  Ils ont, souvent, le sentiment d’être abandonnés par une municipalité qui a, pourtant, la charge d’assurer leur sécurité.

CELA  N’EST PLUS ACCEPTABLE

Sur proposition de notre groupe, un arrêté municipal réglementant l’horaire de fermeture de l’épicerie, située avenue Charles-Garcia, a été pris. Il s’agissait de l’une des propositions de notre programme, en 2014.  La vente d’alcool, très tard le soir, induit des troubles à l’ordre public. L’arrêté est respecté et, à cet endroit précis, les attroupements ont globalement cessé. Nous demanderons que cette même mesure s’applique si l’épicerie, nouvellement ouverte avenue des Olympiades, génère les mêmes problèmes en soirée.  Nous proposons, aussi, une augmentation significative des effectifs de police municipale, pour son action dans ce quartier, mais aussi pour son action dans l’ensemble de la ville. 2 policiers municipaux, alors qu’il en faudrait au minimum une quinzaine, ne peuvent assurer leur mission de prévention et de dissuasion des incivilités et de la délinquance. Ils ne peuvent l’exercer dans des conditions optimum, compte tenu de la superficie de notre
ville et du nombre de ses habitants.  Nous proposons, également, la création d’un plan de vidéo-protection pour les rues et les lieux particulièrement sensibles et connus, et pour les entrées des résidences des logements sociaux, en lien avec les bailleurs. Voilà quelques pistes que la majorité municipale devrait suivre si elle souhaite réellement que le quartier retrouve sa tranquillité. Il est urgent, très urgent que la municipalité ne laisse pas s’installer, à Fontenay, ce que certains médias qualifient de «zones de non-droit». Il s’agit de la sécurité de nos concitoyens sur laquelle nous ne pouvons et ne devons ni tergiverser, ni transiger.

Gildas LECOQ,  Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire