31 mars 2016

Tribune du mois : Pour la création d’un comité local des ondes à Fontenay !

Les habitants de la rue des Carrières ont découvert à la fin de l’année dernière l’autorisation délivrée par la mairie pour l’installation d’une antenne-relais par un opérateur de téléphonie mobile. Devant la mobilisation, la Ville a suspendu son autorisation, mais celle-ci a été confirmée par la justice. Pour notre groupe, ces questions d’antennesrelais nécessitent un dialogue et une information permanente. Aussi demandons-nous, depuis de nombreux mois, la création d’un comité Local de concertation sur les Ondes électromagnétiques (CLC) réunissant sur cette thématique les élus, les opérateurs de téléphonie mobile et les associations de quartiers présentes à Fontenay. 

Cette nouvelle instance de travail et d’écoute mutuelle permettrait, comme à Vitry-sur-seine ou à Vincennes, de rédiger une charte locale s’articulant autour de 6 principes : 

• Assurer une concertation permanente entre les opérateurs et la Ville. 
• Garantir en toute transparence une bonne information des citoyens. 
• Accompagner le choix des sites retenus pour l’implantation des antennes-relais. 
• Contenir l’exposition du public aux champs électromagnétiques des antennes-relais dans les lieux de vie, tout en maintenant la qualité du service et en permettant le développement des nouvelles technologies. 
• Assurer une bonne insertion des antennesrelais dans l’environnement urbain. 
• Respecter les lois et décrets en vigueur.

Cela permettrait à la Ville de demander un plan prévisionnel de déploiement, dans le respect des règles de concurrence, mais aussi que tout projet d’implantation d’antennes relais fasse l’objet d’une information en Mairie qu’il soit soumis ou non à autorisation au titre du Code de l’Urbanisme. Cette charte permettrait enfin d’obliger les opérateurs de se conformer aux nouvelles normes ou recommandations d’origine réglementaire de nature à modifier les limites d’exposition, et les mettre en œuvre selon ces modalités. Le pragmatisme passe par la concertation, le dialogue, l’écoute et non par l’affrontement. Le double langage de la municipalité est un frein à cette qualité de vie à laquelle chacun aspire.

Gildas Lecoq,  Brigitte Chambre-Martin, David Guyot, Sana Ronda, Philip De La croix, Geneviève Louicellier-calmels, Christophe Esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire