12 septembre 2016

Le composteur public de la place Michelet ne fait pas que des heureux !

Une chose est certaine, l'histoire du composteur de la place Michelet qui avait débuté en catimini est aujourd'hui le sujet le plus chaud de ce quartier. En mars dernier nombreux étaient les riverains de la place Michelet qui découvraient surpris que la  majorité municipale et quelques services venaient de conclure un arrangement avec l'association écologiste Bulles de Vie pour organiser le transfert de leurs activités associatives situées sur le terrain de l'ilot Michelet dans le square Beaudoin, équipé pour les jeux des jeunes enfants, et sur la place Michelet où se trouvait désormais leur boutique commerciale.

Au printemps la question de l'utilisation de l'espace public et celle du manque de concertation agitaient les discussions. Les riverains refusaient l'idée d'un composteur public, la mairie, comme à son habitude, bottait en touche prétextant un besoin et une demande de la part des habitants. Un besoin dans un quartier quasiment uniquement résidentiel ? Une demande surtout de la boutique Bulles de Vie !

Début septembre le composteur était installé, malgré les réticences des habitants qui préféreraient voir cette place régulièrement nettoyée et qui gardent en mémoire l'installation d'une "book-crossing", aujourd'hui peu utilisée à part en débarras de grenier et dans un état proche du délabrement.

La première surprise fut du côté de l'esthétisme. "L'intention est bonne mais la réalisation ne semble pas bonne. Action démago-écologique ?" souligne les uns. "Le mobilier urbain s'il veut être utile et durable doit être beau, solide et surtout très esthétique" précisent les autres. "Le moche attire le moche et la saleté attire la saleté" souffle une voisine excédée : "Pour avoir valeur d'exemple encore faudrait-il que la notice soit clairement affichée et pas à moitié effacée comme aujourd'hui. On a vraiment l'impression que faire de l'écologie à Fontenay nous oblige à refuse ce qui est esthétique et clairement énoncé". 

La deuxième fut l'odeur qui en sortait. Cette odeur qui se dégageait de ce bac couplée à la malpropreté de la place risquait de faire fuir les promeneurs qui pouvaient se reposer sur cette place. "C'est parce que ce n'est pas du compost, c'est juste une grande poubelle !" soulignent certains. "(..) Parce qu'il n'est pas fait comme il faut. Avec du "brun" plus sec, ça absorbe l'humidité et les mauvaises odeurs" semblaient expliquer d'autres plus au courant.

La troisième surprise venait du contenu même du composteur. Au regard des photos on comprenait dès lors les remarques. "Oui c est très pratique pour le magasin du coin de la rue dont le logo est apposé sur les instructions pour réaliser du compost. Le plus incompréhensible c est que leurs propres consignes ne sont pas respectées...". "Ce que je ne comprends pas c'est que ce compost est composé de légumes entiers qui ont l'air de pouvoir être mangés. Comment est-ce possible de se dire écolo en compostant et de jeter des légumes entiers ?" précise A. dans un commentaire. Pour Bernard, c'était l'idée même du composteur public qu'il fallait redéfinir : "Un compost ça fonctionne, mais placé sous une responsabilité citoyenne de proximité clairement établie." Malheureusement dans le cas précis celui-ci a été imposé contre l'avis des riverains (dont la plupart bénéficient d'ailleurs d'un composteur dans leur jardin) et ne sert ni plus ni moins qu la boutique du coin.


Souhaitons toutefois que ce composteur trouve enfin son utilité publique, et que la place retrouve sa propreté malheureusement abandonnée depuis trop longtemps. Souhaitons également que l'idée que nous défendons d'organiser un service de ramassage des déchets verts dans les quartiers résidentiels puissent voir le jour rapidement car pour certaines personnes sans véhicule, la déchetterie est bien loin...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire