20 octobre 2017

Police de sécurité du quotidien et si Fontenay se portait candidate ?

Le président de la République a annoncé mercredi la création d’une police de sécurité du quotidien (PSQ). Cette PSQ vise à replacer le service du citoyen au cœur du métier de gendarme et de policier, notamment pour « lutter contre les délits, les nuisances, les incivilités ressenties au quotidien ». L’objectif annoncé est de « lutter contre tout ce qui fait naître (…) les sentiments d’insécurité » et « qui donne l’image de l’impuissance publique », a encore souligné le chef de l’État face aux représentants des forces de l’ordre.

Principale promesse du Président de la République durant la campagne, cette PSQ a l’ambition de retisser les liens avec les associations et les élus locaux, des formes d’action rénovées.

Au moment où l’on sent une crispation de plus en plus visible entre la police et les jeunes de nos quartiers notamment, au moment où l’on mesure quotidiennement une augmentation des incivilités dans notre commune, au moment où le nombre de voitures brûlées ne cesse d’augmenter à Fontenay et enfin, au moment où la baisse des effectifs de la police nationale est systématiquement regrettée par le Maire et la majorité municipale, je propose que Fontenay se porte candidate pour être ville test de cette nouvelle « police de sécurité du quotidien ».

En effet, ce test grandeur nature dans nos quartiers ne pourrait qu’être bénéfique pour améliorer durablement la tranquillité publique à laquelle chaque fontenaysien aspire. Elle permettrait de viser à « améliorer les relations entre les jeunes et la police », tel que cela a été inscrit dans le plan d’action pour la jeunesse récemment voté au Conseil municipal, et pour lequel les élus de notre groupe ont voté favorablement.

 
Même s’il n’y a pas d’appel à candidature stricto sensu, j’attends avec impatience que notre exécutif local se prononce sur ce sujet important, et montre sa volonté de retisser un lien nécessaire entre la police et la population, plutôt que de systématiquement stigmatiser et attiser cette relation si nécessaire à l’amélioration du cadre de vie. 


Sur ces questions de tranquillité publique, même si la future "PSQ" porte encore quelques imperfections nous devons oser et tout tenter avec sérénité pour répondre aux attentes légitimes de nos habitants. 

A suivre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire