12 octobre 2017

Tribune du Mois : Retards des travaux de la ligne 1 et de la ligne 15 : M. le Maire, assumez vos responsabilités !

Nous assistons depuis la fin de l’été à une grosse opération de communication orchestrée par le maire et sa garde rapprochée. Si informer est nécessaire, il convient toutefois de ne pas travestir les faits pour tenter de faire oublier ses responsabilités.

Depuis la création de l’association de soutien pour le prolongement de la ligne 1, les élus de notre groupe ont systématiquement soutenu toutes les initiatives pour faire aboutir ce projet. Cela n’a pas toujours été le cas de la majorité municipale rappelons-le...

D’abord frileuse voire opposée au prolongement du métro sur sa commune, la municipalité veut aujourd’hui nous faire croire le contraire.
Notre groupe a défendu le projet de prolonge-ment dès le départ et la création d’une station intermédiaire place du 8 Mai 1945 à Fontenay quand le maire et son équipe soutenaient l’émergence d’une station... à Montreuil. Deux raisons étaient alors avancées : Montreuil et la Seine-Saint-Denis participeraient aux coûts des travaux, et la mairie opposait aux défenseurs de la solution Fontenaysienne qu’elle éviterait ainsi d’éventuelles expropriations sur son territoire. Au final, la station intermédiaire sera bien à Montreuil et l’idée d’une participation financière de la commune et de ce département n’est en rien acquise ; enfin la réalisation de la station aux Rigollots ne pourra se faire sans de nombreuses expropriations comme c’est bizarre...

Aujourd’hui, un nouveau coup dur s’annonce : les travaux n’ont pas encore commencé que déjà, le calendrier est remis en cause mais cette fois-ci par la ministre des transports.


Nous déplorons l’éventualité d’un report des travaux du prolongement de la ligne 1 et de la ligne 15 Est que semble envisager le gouvernement. Ces travaux sont complémentaires et nécessaires à l’offre globale en transports en commun mais surtout deviennent chaque jour de plus en plus urgents pour les voyageurs.
Le décalage dans le temps de ces projets, faute de crédits suffisants, ne doivent rien au hasard : la responsabilité de la majorité communiste du Conseil Départemental du Val-de-Marne est engagée.

L’erreur stratégique des amis du maire
Les amis de la Mairie ont, en effet, décidé de ne pas candidater à l’accueil d’un site Olympique de Paris 2024 et n’ont pas déposé, non plus, de projet pour accueillir l’Exposition Universelle de 2025. Résultat : le Val-de-Marne restera à l’écart de ces deux évènements majeurs et des budgets d’investissement qu’ils génèrent !
Alors que l’on connaissait les difficultés budgétaires de l’Etat, cette erreur risque de nous être préjudiciable. Il y a, hélas, fort à parier que le gouvernement concentre les dépenses publiques sur les travaux de transports permettant de desservir les communes accueillant des sites olympiques ou, si la France l’emporte, ceux de l’Exposition universelle. Fontenay et le Val-de-Marne passeront après faute d’attractivité malheureusement.

Entendre le Maire et le président du Conseil départemental crier au scandale sonne véritablement faux et mérite d’être dénoncé.
Si le Val-de-Marne et Fontenay-sous-Bois en particulier passent encore une fois à côté d’une opportunité de moderniser notre réseau de transports, c’est clairement en raison des décisions prises par les amis de M. Gautrais au département. Ce n’est certes pas l’unique raison évidemment mais il est désolant de voir ces élus opposés à tout, s’opposer encore une fois à une situation qui n’est que la conséquence de leur... inconséquence.


Les JO ne peuvent pas être aujourd’hui dénoncés comme une dépense inconsidérée quand « on » clamait, hier, qu’ils seraient un accélérateur de projets.
Il convient juste de rappeler à Monsieur le Maire qu’il est important d’assumer aussi sa part de responsabilités.


L’absence de « vision » et d’ambition pour notre ville, cette navigation au doigt mouillé et ce désir de croire que Fontenay est une ville à part, font qu’aujourd’hui à l’heure où les budgets manquent, où des arbitrages doivent être faits, que notre commune est vraiment à part, c’est-à-dire oubliée des négociations et l’Est parisien avec elle.

Bien entendu, il est plus facile d’accuser le gouvernement actuel, de critiquer les JO ou l’Exposition Universelle que d’assumer sa part de responsabilités.

Chacun savait combien le financement de ces projets étaient loin d’être acquis malgré les promesses. La Seine-Saint-Denis a su être attractive, pas nous.
Alors au final plutôt que de mettre ses atouts en valeur, d’être imaginatif, on s’insurge.
Cette fâcheuse manie qui consiste à s’opposer à tout, à faire des pétitions sur tout, à crier dans la rue, à rejeter la responsabilité de ses erreurs sur d’autres est tout simplement indécente et dépassée. Agir en sachant anticiper eut été bien préférable.


Évidemment, il est regrettable que le financement de ces deux projets soit remis en cause et les élus de notre groupe feront tout ce qui est en leur pouvoir pour les défendre. Nous demandons juste un peu d’humilité et de vérité dans cette opération de communication du Maire et de ses assistants qui consiste une nouvelle fois à fuir une partie de ses responsabilités et de ses torts.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire