31 janvier 2018

Commerce de proximité à Fontenay : nos propositions

Le commerce de proximité participe au dynamisme et à l'animation de nos quartiers. C'est une chance qu'il convient de soutenir et d'accompagner. Avec Geneviève Louicellier-Calmels, Franck Renaud et Florian James nous sommes allés à la rencontre des commerçants de nos quartiers ! Le constat est unanime, Fontenay a besoin de changer de méthode et de dessiner une nouvelle dynamique, c'est le projet que nous portons pour vous à Fontenay.

Les commerçants dans leur très grande majorité nous ont confié leurs craintes sur la pérennisation de leurs établissements, les problèmes de stationnement pour leurs clients mais ils ont également abordé avec nous la nécessaire revitalisation commerciale de nos artères commerçantes.

C'est sans doute une évidence, mais il convient de la rappeler : les commerçants sont les premiers acteurs de la vitalité commerciale d’une ville, individuellement en tant qu’entrepreneurs et collectivement par une coordination de l'ensemble de leurs commerces.

Un récent rapport du Ministère de l’Économie rappelle que "Si le commerce en centre-ville est avant tout dépendant du contexte socio-économique de son territoire, il est aussi très sensible au bon équilibre des concurrences au sein de l’appareil commercial ainsi qu’à la qualité de son environnement."

Il est donc important que toute ville ait une vision claire sur le développement de ses artères commerçantes. Fontenay ne peut déroger à cette règle.

Nous ne cessons de le dire, notre ville doit avant tout définir un plan stratégique pour le développement du commerce de proximité à Fontenay. Ce plan doit s'élaborer en concertation avec les commerçants, les associations et conseils de quartiers, mais également avec l'ensemble des élus toutes tendances politiques confondues.

Cette stratégie doit tenir compte de l'histoire et de la géographie de notre commune, de l'évolution des habitudes d'achats des habitants notamment avec le commerce en ligne et enfin aurait dû être complètement intégrée au PLU ce qui n'est malheureusement pas le cas. Elle doit enfin intégrer les points d'attractivité potentiels pour s'adresser non seulement à ses habitants, mais également aux clients des villes riveraines ou voisines.

A nos yeux le renforcement de la qualité de cet environnement commercial passe par plusieurs étapes :
- Un traitement qualitatif de l'urbanisme de ces quartiers commerçants (obligation de ravalement,...),
- Une amélioration de l'état de nos rues et de leurs trottoirs (élargissement, nettoyage,...).
- L'intégration obligatoire de cellule commerciale en rez-de-chaussée dans les nouvelles constructions le long ou à proximité d'artères commerçantes.

Il conviendra ensuite d'animer et de coordonner ces acteurs commerçants locaux. Les associations ou collectifs de commerçants doivent pouvoir maintenir un dialogue constant entre eux et avec les services de la ville au sein d'un groupe de travail englobant l'ensemble des quartiers. Sans vision mutuelle et globale une bonne stratégie ne pourra pas être mise en œuvre.

Le développement d'Auchan à la périphérie de notre commune est évidemment, l'une des nombreuses raisons de la dévitalisation du commerce de proximité. Mais ce qui était une réponse hier ne l'est plus forcément de la même manière aujourd'hui.  
Un travail sur la complémentarité entre nos différentes artères commerciales avec le pôle Auchan constitue un enjeu majeur de développement durable qu'il convient aussi de travailler. Défendre le commerce de proximité ce n'est pas faire la guerre à ce centre commercial, c'est définir une offre complémentaire. 

On le constate chaque jour, les gros centres commerciaux cèdent le pas petit à petit à des supermarchés de quartier (Franprix, Carrefour Market,...) c'est une chance à saisir car ces locomotives commerciales peuvent à l'instar de Monoprix rue Dalayrac drainer une clientèle et permettre aux autres commerces de bénéficier de cette attractivité.

Aujourd'hui il est urgent de constituer un comité de pilotage pour la revitalisation du commerce de proximité. Parmi les acteurs à inviter outre les élus et les services municipaux et les commerçants, il faut y convier les réseaux consulaires, les commerçants non-sédentaires, les bailleurs, les associations et conseils de quartier,... La ville a un rôle de moteur qu'elle doit jouer et faire savoir.

Enfin, l’accessibilité à ces artères ou quartiers commerçants est primordial, notamment à travers les plans de circulation, l’offre de parking et de stationnement.

✔️ Embellissement qualitatif, propreté, circulation et stationnement, méthode et stratégie, nouveaux comportements des clients sont les impondérables pour permettre au commerce de proximité de revenir dans nos quartier.


Il n'y a pas de recette miracle et ces pistes ne sont que des propositions de travail et de méthode. Mais il faut être clair, on ne relancera pas notre commerce de proximité sans se relever les manches, sans mettre sur la table quelques propositions et débuts de solutions. Les élus de notre groupe et nos soutiens sont prêts à travailler dans ce sens.

1 commentaire:

  1. Ces propositions vont dans le bon sens et leur mise en application exigerait ou exigera une vraie concertation avec les commerçants, les riverains, les habitants et les associations .
    Il est évident que tout ce pan de l'activité municipale est un échec. Les causes sont bien décrites dans ce blog.

    RépondreSupprimer