12 mars 2019

Urbanisme : quand le maire bétonne à tout va !

La promesse. Le maire l’avait promis : le nouveau Plan Local d’Urbanisme devait dessiner le Fontenay des 30 prochaines années.
L’ambition affichée et largement communiquée était de : « Maintenir et affirmer la qualité de vie fontenaysienne par une ambition élevée en matière d’écologie urbaine, de patrimoine et de paysage, de réduction des nuisances, tout en freinant la densification et en maintenant la population à 56.000 habitants d’ici à 2030 ». Rien que ça !

La réalité. Le PLU a été largement corrigé, en reprenant d’ailleurs quelques-unes de nos remarques, pourtant considérées à l’époque par son prédécesseur comme nulles et non avenues ! Un PLU « modifié » plusieurs fois déjà mais malheureusement pas « révisé » ...
Ce mauvais PLU a des conséquences dramatiques pour notre ville, notamment en matière de densification. Le nombre des permis de construire depuis le début du mandat a été multiplié par 4. Ce PLU voulu par le maire en 2015 fixait à 172 le nombre maximal de logements neufs par an pour notre ville.
En 2016, il y en a eu 332.
En 2017, il y en a eu 435.
En 2018, il y en a eu 316. (Source : Sitadel)

Chacun a pu constater la prolifération de ces constructions nouvelles dans nos quartiers : Villa Letourneur, rue des Mocards, rue Roublot, Rue du Commandant Jean-Duhail, îlot Michelet, rue Lacassagne, rue Rabelais, rue des Belles vues, ... pour n’en citer que quelques-unes ! Les projets futurs sont aussi nombreux : lotissement rue Gabriel Péri, constructions à venir aux Alouettes, aux Parapluies, au Village, ... sans compter les 7 immeubles neufs (300 logements) qui entoureront la médiathèque dans le quartier de La Redoute !

45m² de verdure par habitant ? N’y comptez plus !
Entre le bétonnage intensif de notre ville et l’augmentation de la population qu’il entraîne, on sait donc que la promesse « marketing » du maire Front de Gauche de Fontenay, de maintenir 45 m² d’espaces verts par habitant, est impossible. Nous l’avons dénoncé dès le premier jour.
À cela s’ajoutent d’autres nombreux projets qui, selon les témoignages, sembleraient « être étudiés attentivement » au service de l’urbanisme et pourraient voir le jour... après les élections municipales de l’an prochain. Comme c’est pratique !

Des élus Verts mais transparents en réalité !
On s’étonne, dès lors, que les élus verts de la majorité municipale, si prompts à réagir quand ils sont dans l’opposition, laissent les choses se faire quand ils sont dans la majorité. Négociant, au nom d’un idéal auquel ils semblent avoir renoncé, ici où là, quelques toitures végétalisées cosmétiques en guise de consolation.
On vit une époque formidable !
Lointain semble le temps où la majorité refusait que le métro passe au carrefour Verdun-République pour éviter les expropriations. Pourtant, au dernier conseil, les Verts n’ont eu aucun problème pour voter deux projets d’expropriation aux Alouettes !
Le Métro pour les Fontenaysiens, NON, mais des milliers de bureaux au Val, OUI.
Plutôt que de faciliter le quotidien des habitants, les élus verts, Front de gauche et PCF, préfèrent densifier et surélever une ville déjà largement verticale !

Il est important de le dire !
Les Fontenaysiens sont prévenus : pour financer le théâtre et déménager de 30 mètres la médiathèque dans une centrale téléphonique, le maire construit à tout va, n’hésitant pas à accepter des immeubles de plus de 15 mètres de haut en plein cœur de quartiers résidentiels.
Le pire, c’est que personne n’est certain que ces centaines de nouveaux logements sociaux profitent aux habitants de notre ville.
En refusant d’assumer son bétonnage frénétique, et l’augmentation de la population qu’il va engendrer, le Maire ne peut pas non plus assumer qu’il faudra construire de nouvelles crèches et de nouvelles structures d’accueil sans lesquelles les équipements existants, déjà débordés, seront saturés. Or rien n’est prévu sur ce sujet.
S’il se voulait bâtisseur, le Maire restera dans l’histoire de notre ville comme celui qui a bétonné Fontenay et rompu avec la vision plus équilibrée de ses prédécesseurs. Il était important de le dire, et plus important encore de le faire savoir. Parce que 2020, c’est demain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire