09 mai 2019

Aujourd’hui nous fêtons l’Europe

Je veux à l'occasion de cette fête de l'Europe rendre hommage aux artisans de la reconstruction, pères fondateurs de l'Europe, ces Schuman, Monnet, Adenauer, de Gasperi, et bien d'autres, qui ont eu le courage de dire « plus jamais la guerre ». Ils ont eu le courage de dire oui, après avoir dit non. Ils ont eu cette vision d’une Europe en paix et unie.
Et cette vision, ils ont eu l’audace de la proposer aux Européens le 9 Mai 1950, juste cinq ans après la capitulation de l’Allemagne nazie. À ces pères bâtisseurs d’une Europe pacifique nous devons aujourd’hui rendre hommage. Ils ont su cicatriser les plaies de ces années de braises qui mortifièrent tout un continent.

Bien sûr, l’Europe n’est plus la même. Elle n’est plus seulement l’Europe du sillon Rhénan, et de la culture romaine, imaginée par Robert Schuman. Elle s’est étendue jusqu’aux frontières du continent européen. Etendue au-delà de ses frontières premières, sans pour autant générer de conflits armés. Cette crainte-là, comme une leçon tirée de ces années sombres dont nous nous sommes souvenus hier, a été complètement éradiquée, et chassée des esprits.

Aujourd’hui c’est à nous, avec notre envie, notre énergie et notre détermination de prouver que cette Europe est toujours utile et nécessaire. C’est à nous de construire chaque jour une Europe juste et équitable, une Europe pragmatique respectueuse de chacun. C’est sans nul doute une démarche audacieuse, mais face à cette crise, c’est notre façon à nous d’emboiter le pas d’un Robert Schuman ou d’un Jean Monnet, car l'Europe n'a sans doute jamais été aussi nécessaire qu'aujourd'hui.

Oui plus que jamais nous devons défendre cette Europe si souvent décriée et attaquée.
Oui plus que jamais nous avons besoin d’une Europe forte, fraternelle et humaine pour contrer les éventuelles attaques.

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait », déclarait Robert Schuman. Cette citation reflète bien la meilleure méthode à mettre en œuvre pour faire aimer cette Europe si nécessaire.

Oui aujourd’hui, nous avons aussi cette impérieuse obligation de poursuivre le travail initié par les Schuman, Monnet, Adenauer, de Gasperi, Giscard d’Estaing, Veil ou Delors, car c’est aussi cette démarche qui nous permet d’écrire ensemble notre avenir.
En ce jour de fête, soyons fiers de l’Europe et plus que jamais défendons-là dans cette nouvelle page de notre histoire qui s’écrit. Comportons-nous en dignes héritiers pour que nos enfants et nos petits-enfants puissent être fiers de nous demain.

Le 26 Mai votons pour cette Europe, évitons le repli dangereux que certains prônes, votons pour une Europe pragmatique et utile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire