31 octobre 2012

Cinéma : Des séances publiques interdites au public !

Hier après-midi, alors que le programme du cinéma le Kosmos annonçait une séance publique du film Kirikou et les hommes et les femmes, des familles fontenaysiennes se sont retrouvées porte close avec leurs enfants et petits-enfants à la main. Explications.
Arrivées, pour la plupart à 14h45, pour l’unique séance du jour de ce film de Michel Ocelot, les familles se sont entendues dire qu’il n’y avait plus de places pour le public, la séance ayant été « privatisée » (un comble à Fontenay), malgré l’information publique sur tous les sites internet, pour les enfants des centres de Loisirs.

Si chacun reconnaît qu’offrir la possibilité aux enfants des centres de loisirs d’assister à une séance de cinéma est une très bonne initiative, on peut toutefois s’interroger, alors, sur la communication très large qui en a été faite.
Les mauvaises langues pourront dire que le cinéma, déjà subventionné directement par la ville, bénéficie, par ce jeu de location aux centres de loisirs, d’une deuxième aide indirecte.
Si cela peut permettre au Kosmos de continuer à offrir une salle de cinéma de quartier pourquoi pas, là n’est pas la critique. En revanche, pourquoi ne pas proposer ce jour-là une séance avec un accès libre au public et réserver une séance spécifique aux centres de loisirs ?
On sait combien il est difficile pour ces salles de cinéma indépendantes ou associatives de survivre face aux grands complexes, connaissant le succès d’un tel film d’animation, cette séance supplémentaire ouverte à tous, en plein cœur des vacances, auraient de fait, certainement fait du bien aux finances du Kosmos tout en contentant les petits fontenaysiens qui n’ont, malheureusement, pas tous compris pourquoi l’entrée à la salle leur était interdite.  
Quand on se targue de vouloir offrir à tous l’accès à la culture il faut savoir dépasser le simple cadre des structures municipales ou collectives et imaginer que des parents et des grands-parents peuvent aussi vouloir y participer de leur propre initiative. A méditer !

30 octobre 2012

On lâche rien !

Celles et ceux qui fréquentent ou croisent les manifestations, forcément citoyennes et festives (pensez-vous !), de nos amis de la CGT, du Front de gauche ou du PCF Fontenaysien entendent souvent ce refrain qui rempli d'alégresse la foule considérable des 15 ou 20 personnes réquisitionnées pour faire "du monde" !

On lâche rien, tel est le credo, si je peux utiliser ce mot pour qualifier leur ambition, de l'équipe dirigeante de Fontenay-sous-Bois !

On lâche rien, Oui c'est la promesse que nous faisons aux Fontenaysiens qui n'en peuvent plus de vivre dans cette ville éteinte (au sens propre comme au sens figuré). Nous non plus nous ne lâcherons rien ! Alors ne vous étonnez pas de nous voir très présent, de ne plus rien laisser passer, de vous expliquer comment à coup de "vernis" l'équipe municipale masque des fissures sociales, économiques et politiques importantes dans cette ville et dans sa majorité ! A la lecture des paroles de cet hymne révolutionnaire qui leur sert de ligne de conduite on ne peut, au final, qu'être d'accord avec eux :

Chers camarades, chers électeurs,
chers citoyens consommateurs
le réveil a sonné il est l'heure
D'remettre à zéro les compteurs



Oui, soyez en assuré nous n'allons rien laisser passer. Pour preuve, un temps annoncé comme nouveau dans la presse locale (voir ICI), la retransmission en direct sur internet du conseil municipal de Fontenay existait depuis 2009, ce qui vaut au Parisien de refaire un article ce matin !

A suivre...






29 octobre 2012

Photo de la semaine - 29/10/2012


Photo prise ce jour par mon ami Jean-Pierre
 Un plan canicule en plein mois ... d'octobre ! Amusant.









Durant le mois de juin le message était tout aussi adapté !


Photo prise le 3 juin
 
A vos appareils on attend vos clichés !

27 octobre 2012

Il y a des cris de détresse qui ne peuvent être laissés sans réponse

La situation des habitants des immeubles situés au 3-5-7 rue Jean-Macé est symptomatique de la période de crise économique et sociale que nous traversons et qui s’accroit chaque jour un peu plus.
Je ne reviendrai pas sur les différentes étapes de ce dossier car ce message s’adresse surtout à celles et ceux qui le connaissent bien et qui ont les cartes en mains pour résoudre de la façon la plus humaine possible cette situation compliquée pour les habitants de ces logements sociaux situés au cœur des Larris à Fontenay-sous-Bois.
Pour faire simple, un grand nombre de locataires de ces logements sociaux, repris par le bailleur Valophis Habitat, (évitant ainsi une vente à la découpe et permettant un conventionnement),  ont vu leurs loyers considérablement augmenter suite à cette reprise et au programme de réhabilitation lancé en même temps. Le problème c’est que ces augmentations, sur des loyers déjà assez élevé par rapport aux autres, sont loin d’être anodines (10%) et pour certains risquent de les mettre dans des situations sociales vraiment compliquées. Regroupés dans un collectif, les habitants demandent depuis plus d’un an que cette hausse des loyers soit reconsidérée. Si un premier geste a semble-t-il été fait, il n’est pas encore suffisant, pour éviter de plonger certains ménages vers des difficultés financières importantes. Si la loi autorise Valophis Habitat à augmenter les loyers elle ne l’oblige pas pour autant à le faire aussi fortement et un traitement, au cas par cas, aurait dès le début permis un règlement plus humain et adapté à la situation de chacun.


Qu’en est-il aujourd’hui ? Concrètement, la situation n’a pas réellement avancé, pourtant chacun (je veux évidemment parler des groupes politiques mais aussi du Collectif) s’accorde à dire qu’il faut trouver une solution. Compte tenu du parc de logements de Valophis Habitat et du montant que lui rapporterait cette hausse, une réduction de l’augmentation demandée, serait un geste symbolique qui permettrait, j’en suis sûr, de résoudre le problème sans pour autant grever son budget. Ce geste le nouveau président de Valophis Habitat, élu hier, Abraham Johnson, est en capacité de le faire.
Si je peux me permettre un conseil, le maire de Fontenay devrait reprendre la balle au bon, car sa posture, qu’il a choisi volontairement de placer sur le terrain politique dès le début de cette affaire, est sans issue et cristallise une colère sourde pour le moment mais qui monte dans ce quartier, dont la majorité municipale nous parle pourtant avec autosatisfaction.
De notre côté c’est un dossier que nous suivons au quotidien sans esprit partisan mais avec simplement les notions d’humanisme et de pragmatisme qui sont les valeurs que nous défendons à Fontenay-sous-Bois. Ne comptez pas sur nous pour mettre de l’huile sur le feu, mais juste de tenir compte de la situation de chacun.
Monsieur Abraham, Monsieur Voguet, il y a des cris de détresse qui ne peuvent être laissés sans réponse, nous comptons sur vous.
Gildas Lecoq


26 octobre 2012

Au conseil municipal d’hier… pas de vagues pour monsieur Voguet !

Hier soir avait lieu le conseil municipal de Fontenay-sous-Bois, dans une salle particulièrement décorée, la séance se tenant, en effet,  au (beau) milieu des œuvres de l’exposition ARTcité. Moins électrique que la dernière fois, ces séances du conseil montrent tout de même, mois après mois, les dissensions importantes qu’il peut y avoir entre le maire et sa propre majorité.
On sent bien que le PS local a envie de se lancer dans une échappée en solitaire, ou avec l’équipe du maillot « les Verts »… mais malheureusement nos amis écologistes pourtant adeptes de la petite ARENE (agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies) peinent dans les côtes c’est bien connu et préfèrent rester au chaud au milieu du peloton communiste bref du côté de la lanterne rouge. Arrêtons là les métaphores cyclistes et revenons à notre séance du conseil qui s’est tenue à l’eau claire, promis juré !
Ce que l’on retiendra tout d’abord, c’est le vote d’une autorisation de demande de subvention (au conseil régional notamment) pour la généralisation des zones 30… plus connues sous l’appellation de réseau vert ! Amusant de voir que Fontenay décide de lancer son 1er réseau vert quand d’autres villes environnantes en sont déjà à leur 3e ! Madame Abeille, élue régionale pendant de nombreuses années, n’a soit :
-          Pas fait son travail durant ces années
-          Pas été entendue par ses alliés durant ces années
Bref, la encore la majorité va fanfaronner médiatiquement alors que Fontenay est sur ce point dans le peloton de queue ! Toutefois, si le projet de zones 30 se généralise dans les villes de petite couronne, les habitants doivent être vigilants. A Fontenay, certaines rues pourraient changer de sens (la rue du Commandant Duhail par exemple) et j’avoue que l’étude sur ces sens de circulation en centre ville est illisible sur le site internet (schémas trop petits, flèches trop grosses). Si j’ai bien compris un axe propose de dévier la circulation encore plus loin du centre ancien par des rues résidentielles, erreur commise à Montreuil et qui semble se reproduire chez nous. Nous y reviendrons.
Sinon bien évidemment il y a eu la question du logement social qui a été abordée. La municipalité ayant une définition de la mixité sociale complètement différente de celle de l’opposition. Il faudra, en effet, m’expliquer où est la mixité quand les programmes de logements privés sont bannis pour faire toujours plus de logements sociaux ! Nous en sommes pourtant déjà à 33% de logements sociaux à Fontenay. Enfin de "logements publics" puisque c’est ainsi que M. Voguet souhaite désormais que l’on appelle ce genre de logements !
A force de croire que les habitants de ces logements ne sont que des réservoirs de voix automatiques la gauche va déchanter… Car dans ces quartiers populaires, comme les appelle l’exécutif de gauche, il y a, avant tout, des femmes et des hommes, des familles avec des enfants qui y vivent ! Des Fontenaysiens qui demandent à vivre normalement avec des équipements publics de qualité, des commerces de proximité et pas forcément des commerces solidaires et subventionnés comme le conseil en a débattu en fin de la séance. Utiliser la question du logement social à des fins électoralistes c’est se tromper largement et leur manquer de considération. Ne pas tenir compte de leur quotidien, de leur environnement de vie c’est faire le jeu des extrêmes, un jeu dangereux qui ne tient pas compte de nos concitoyens. Personne n’a, en effet, parlé lors de cette séance du problème des résidents des 3-5-7 Jean-Macé par exemple, qui posent pourtant une question essentielle, celle de la participation des locataires à l’effort de réhabilitation de leur habitation ? La question a le mérite d’être posée, quand les gens ne peuvent plus payer comment font-ils ? Pourtant quand ils se manifestent où sont les élus qui sont censés les écouter et trouver des solutions ?
Personne, non plus,  n’a abordé en séance, c’est pourtant un sujet  au cœur de l’actualité, un sujet douloureux, la question du procès dit « des tournantes ».  Pas un mot officiel du maire ou de ses adjointes. Pas de vagues pour Monsieur Voguet !

25 octobre 2012

Fontenay ou comment faire du neuf avec du vieux !

La lecture du Parisien Val-de-Marne de ce matin a de quoi faire sourire les Fontenaysiens assidus, comme moi, depuis de nombreuses années, des retransmissions en direct du Conseil municipal !


Le journal nous informe que, ce soir, pour la première fois le Conseil sera retransmis en direct !!! Si c'était le première ça se saurait quand même ! Je vous invite à suivre ce lien qui vous montrera que ce n'est pas la première fois qu'une telle retransmission a lieu, d'ailleurs il y a un mois le son ne fonctionnait pas ! - http://www.fontenay-sous-bois.fr/vie-municipale-democratie-locale/vie-municipale/conseils-municipaux/index.html

A cette occasion M. le Maire accordera une interview à... à qui d'ailleurs ? Ah oui à son équipe évidemment ! Une première aurait été d'accepter de répondre aux habitants en direct.

Cette non-nouveauté est de même, semble-t-il, justifiée par la mise en service du nouveau site internet... Ah communication quand tu nous tiens ! Parole d'expert.

Puisqu'une fois encore on nous vante les mérites des outils, poussons un peu l'analyse, car comme à chaque fois, derrière le vernis, tout n'est pas vraiment rose si vous me passez l'expression :-)

Les sites institutionnels doivent, en effet, correspondre à certaines normes afin de permettre leur accessibilité au plus grand nombre. Cette norme internationale s'appelle W3C, elle permet aux créateurs de site de respecter un cahier des charges et d'être le plus exemplaire possible.

Pour vérififier le bon respect de ces normes il existe des petits outils tout simple qui analysent et nous livrent le nombre d'erreurs qui ne respectent pas les codes en vigueur et qui méritent d'être corrigées. En générale en dessous de 20 erreurs un site est considéré comme accessible.

Chacun peut faire ce petit travail de vérification. Je me suis donc permis de le faire sur le site de notre ville. Résultat : 102 erreurs ! Rien de grave mais là franchement aucune communication... étonnant non ? Vérifiez par vous même !

Fontenay : 102 erreurs
http://validator.w3.org/check?uri=http%3A%2F%2Fwww.fontenay-sous-bois.fr%2F&charset=%28detect+automatically%29&doctype=Inline&group=0

Concluons ce billet matinal. Loin de moi l'envie de critiquer le travail des équipes car j'avoue que je trouve ce site internet très bien fait, complet et les 5 @robases décernées par le label Ville internet sont largement justifiées. Je veux juste mettre en lumière les dangers d'une communication d'autosatisfaction qui masque bien souvent les problèmes du quotidien que subissent grand nombre de Fontenaysiens dans l'indifférence la plus totale.





24 octobre 2012

Fontenay une ville éteinte...

Une fois de plus, une fois encore, une fois de trop ? Ce soir encore donc, les riverains de l'avenue de la République et de l'avenue Victor-Hugo (cette liste n'est pas exhaustive évidemment) ont fait le même constat, un double constat.
Le premier c'est qu'une fois encore l'éclairage public de leur avenue était défaillant !
Le second c'est qu'une fois de plus la ville se moquait de ses habitants puisque l'existence de ces pannes à répétition a, à chaque fois, été transmise à la mairie.
Le résultat de leur action est visible les piétons, les motocyclistes et les automobilistes circulent dans le noir au risque de se faire renverser ou de renverser quelqu'un !

Une fois encore l'équipe municipale par sa non-gestion du problème, qui dure depuis fort longtemps, les riverains de l'avenue de Stalingrad en savent quelquechose, confirme bien que Fontenay est une ville éteinte !  Certains riverains s'interrogeaient même ce soir sur l'état des finances locales se demandant si ce n'était pas plutôt un moyen de réduire les factures d'électricité ? On ose y croire.

Dernière minute, alors que chacun attend une résolution de ces problèmes récurrents, qui perturbent la qualité de vie, le groupe Communiste et Citoyen, propose un voeu pour le prochain conseil municipal qui va certainement toucher le plus grand nombre d'entre nous...
Son intitulé : "Voeu pour la sauvegarde du programme européen d’aide alimentaire aux plus démunis" ! De bons sentiments comme à chaque fois certes, mais est-ce au conseil municipal de Fontenay-sous-Bois de se mêler de cette problématique ? A mon sens non, en revanche si quelqu'un pouvait rallumer la lumière... si évidemment ce n'était pas trop demander!

22 octobre 2012

Utile, déterminé et Indépendant - UDI

Dimanche 21 octobre, je participais à l'assemblée constituante de l'UDI, Union des démocrates et des Indépendants, parti politique dirigé par Jean-Louis Borloo, qui regroupe l'ensemble de la famille du centre et de la droite modérée.
"L'UDI est née, c'est une bonne nouvelle pour tous ceux qui veulent une France ouverte sur l'Europe, le monde, pour les libertés et l'humanisme", a dit Jean-Louis Borloo dans son discours de clôture devant 3000 personnes.
L'UDI se structure partout en France, dans le Val-de-Marne et à Fontenay-sous-Bois bien évidemment, n'hésitez pas à laisser un message si cela vous intéresse de rejoindre un mouvement moderne, pragmatique et européen.



Je suis UDI par TV-udi

17 octobre 2012

Les langues se délient !

13 octobre 2012

Un prix Nobel de la Paix pour une Europe qui se cherche !

Le prix Nobel de la Paix a été attribué hier à l’Union européenne. S’il est normal de se réjouir d’une telle distinction vous me permettrez quelques commentaires.
C’est un signe fort dans une période troublée qui a été donné hier avec ce Prix au symbolisme reconnu. Plus que l’Union Européenne, je pense que c’est la Communauté européenne, qui est saluée puisque l’actuelle UE, n’existe dans les faits que depuis une vingtaine d’année seulement alors que notre Europe a près de 60 ans déjà. Par ce geste, c’est véritablement l’Europe de la « Paix retrouvée et durable » qui est honorée, l’Europe de la coopération positive, de la réconciliation, depuis la fin de la 2nde Guerre Mondiale. C’est certain, nous aurions aimé qu’un Jean Monnet, un Robert Schuman ou un Konrad Adenauer reçoivent en leur temps cette distinction mais ne boudons pas notre plaisir.

C’est donc un signe fort car il marque aussi une confiance en l’avenir ou le désir d’une confiance en l’avenir. La crise monétaire qui traverse notre continent nécessite plus que jamais une nécessité d’Union et ce prix peut à sa façon renforcer ce lien obligatoire entre nos pays. L’Europe ne doit pas se replier sur elle-même ni même s’enfermer dans un unique fédéralisme monétaire mais bien aller encore plus loin pour le bien du peuple qui la compose.

Je termine par cette citation de Jean-Louis Bourlanges, ancien député européen et président de l’institut du centre, qui, à mon sens, résume bien la difficulté du moment mais également le chemin qui reste à parcourir : « Ce que les européens reprochent en vérité à l’Union européenne, c’est le sentiment qu’ils ont de ne pas savoir à quoi l’Union européenne est vraiment utile ». A nous donc de bâtir chaque jour une Europe plus utile à tous.

08 octobre 2012

ARTcité 2012 à Fontenay

La 11e édition d'Artcité a été officiellement lancée samedi soir en l'hôtel de ville de Fontenay-sous-Bois. Devant un public spécialiste de l'art contemporain essentiellement parisien, notre maire a débuté son discours par cette citation révélatrice de l'ambiance de fin de règne qui prévaut dans notre chère cité : "L'habitude tue le désir" !

Tu m'étonnes après 47 ans de pouvoir communiste, le désir est bien évidemment annihilé, enfin un peu de lucidité ! Bon soyons totalement honnête, Monsieur Voguet contestait cette maxime en s'appuyant sur la présence d'un public venu à ses yeux en nombre suffisamment important, pour lui faire dire que justement après 10 éditions, l'habitude ne tuait pas le désir... d'art contemporain !



J'avoue que cette exposition est assez diverse et intéressante, mais vous me permettrez de poser deux questions.

La première : Qui se cache dans ce tableau ? Y'a du Staline (évidemment) mais pas forcément que ! Javoue qu'avec le sympathique Loïc Damiani-Aboulkheir, conseiller municipal (PC), en regardant les yeux assez longuement nous nous sommes interrogés sur la présence ou non d'un dirigeant chinois dans ce regard ! Bref c'est de l'art que voulez-vous il n'y a rien à dire ! Juste laisser le flot des émotions prendre le dessus... Les émotions ne venant pas j'ai préféré aller me poster devant les oeuvres de Christophe Blanc qui sont, elles, véritablement impressionnantes et chargées d'émotions.





















La deuxième : Pourquoi fermer la Halle Roublot le dimanche alors qu'un très grand nombre d'habitants n'ont que ce jour pour aller admirer les oeuvres exposées ? Malheureusement je n'ai pas de réponse, juste une promesse celle d'ouvrir ce lieu le week-end si les Fontenaysiens nous font confiance en 2014.

06 octobre 2012

Hommage à Claude Pinoteau

Ce samedi 6 octobre gris et pluvieux restera un triste jour pour les amoureix du cinéma, le réalisateur Claude Pinoteau, réalisateur de La Gifle, La Boum (1 et 2) ou de La 7e Cible pour n'en citer que quelques uns, nous a quitté à l'âge de 87 ans.
J'ai eu la chance de rencontrer Claude Pinoteau en 2005, alors que nous préparions la première édition des Rencontres internationales du cinéma de Vincennes. D'une grande humilité et d'une simplicité dont jouissent seulement les grands hommes, Claude nous avait aidé en ouvrant son carnet d'adresses pour que nous puissions en un temps record organiser cette première édition de notre festival. L'année suivante il accepta de la même manière de participer à une master-class avec de jeunes réalisateurs confrontés aux difficultés du métier. Claude savait captiver le public avec ses mots justes et faire rêver ces réalisateurs qui débutaient. En 2008, alors qu'il ne le savait pas, le maire de Vincennes, Laurent Lafon, et Brigitte Fossey, l'appelèrent sur scène pour recevoir le 1er prix Henri-Langlois - ville de Vincennes, afin de le remercier du soutien actif et réel qu'il nous avait apporté durant ces premières années si importante pour lancer un tel festival. L'été suivant pour le plus grand plaisir des spectateurs Les Palmes de Monsieur Schutz furent projetées au cinéma Sorano en sa présence.
Claude restera pour nous tous, et je l'avoue pour moi en particulier, le metteur en scène discret des premières éditions de ce festival de cinéma de Vincennes. J'avais envie, en ce samedi après-midi, de lui rendre hommage en le mettant ainsi en lumière. Merci Monsieur Pinoteau.

05 octobre 2012

Grand Paris, gros flop !

Comme tout le monde je viens d'apprendre la décision prise par le gouvernement de ne pas inscrire dans la loi d'orientation budgétaire 2013, le milliard d'euros destiné au financement du plan triennal 2013-2015 du Grand Paris express via la société du grand paris ! C'est une décision plus que surprenante, un coup porté au projet qui avait fait l'unanimité quelque soit le clivage politique.
Comment peut-on remettre en cause un projet qui a fait l'objet d'une loi, qui a réussi à faire consensus, un projet que les franciliens payent chaque année dans leurs impôts locaux, que les entreprises aussi soutiennent financièrement ?
Le Grand Paris, et son volet transport, est une nécessité qui doit dépasser les appartenances politiques, la décision n'est certes pas irrévocable et je suis certain que les élus unis vont réussir à faire revenir le gouvernement sur sa décision.

Démocrates et Indépendants !

Jeudi soir se tenait à Vincennes à l'initiative de Laurent Lafon, une réunion de présentation du nouveau parti du centre, de la droite modérée et des indépendants : l'UDI. Devant plus d'une centaine de membres et sympathisants des composantes de cette confédération centriste, ont été présentés les objectifs de rassemblement et les grands axes politiques que Jean-Louis Borloo, son président, souhaite mettre en oeuvre dans les semaines qui viennent.

02 octobre 2012

Square aux Chats - Attention danger !

Coup de gueule : La mairie de Fontenay-sous-Bois se moque-t-elle de la sécurité de nos enfants ?Alors que la fête de l'Automne battait son plein, le square aux chats a du être évacué par la croix-rouge. En effet ce square actuellement en rénovation (après tant d'années d'abandon mais bref c'est déjà une satisfaction ne la boudons pas) était largement accessible aux enfants via la porte de la Halle Roublot laissée complètement ouverte à tous. Du coup, bon nombre d'enfants ont pu entrer et aller jouer dans ce square actuellement fermé par arrêté municipal et risquer de se blesser au contact des engins de chantier et des nombreux trous actuellement visibles dans ce square. La vigilance de certains parents responsables a été plus forte que les mesures de sécurisation qu'auraient du mettre en place la mairie, le square a été évaqué pour le bien des enfants.


01 octobre 2012

A votre écoute...

Profitant de la Fête de l'automne, l'équipe de Réinventons Fontenay a fait portes ouvertes durant 48 heures afin d'écouter et de dialoguer avec les Fontenaysiens sur l'avenir de leur ville.
Près de 50 personnes se sont succédé dans notre QG du 111, rue Dalayrac.