26 décembre 2012

L'Initiative de la semaine : l'UDI proposent d'instaurer un chèque-énergie

Des députés de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) ont déposé récemment à l'Assemblée nationale une proposition de loi visant "à instituer un chèque-énergie".
Le texte, co-signé par les députés UDI, prévoit deux types de "chèque-énergie" :

- l'un, à destination des salariés, d'une valeur faciale de 100 euros, dont 40 à 60% de la somme seraient pris en charge par l'employeur,
- l'autre, "à vocation sociale", qui serait alloué par les collectivités locales aux personnes en situation de précarité énergétique.

Alors que le projet de loi du député socialiste de l'Isère François Brottes sur la tarification progressive de l'énergie devrait être voté d'ici fin janvier 2013 par le Parlement, ce projet de chèque-énergie permettrait de régler toutes les dépenses d'énergie, allant des dépenses de carburants aux factures d'électricité, de gaz ou de fioul, et à celles visant à améliorer la performance énergétique du logement (travaux d'isolation, acquisition et installation d'équipements fonctionnant aux énergies renouvelables, audit énergétique...). Les députés UDI préconisent dans leur proposition que la valeur du chèque-énergie soit majorée de 10% pour les énergies propres, mais aussi l'exonération de la participation financière de l'employeur à l'acquisition de ces chèques-énergie par ses salariés "au regard de l'impôt sur le revenu, ainsi que des cotisations et contributions sociales, dans la limite de 60 euros par mois et par salarié".

Une proposition de loi une fois encore pragmatique et raisonnée qui vise à répondre concrètement aux problèmes du quotidien sans tomber dans une politique d'assistanat qui au final dessert les bénéficiaires comme ceux qui l'initient.

21 décembre 2012

Photo de la semaine - On a retrouvé la lumière...

On savait notre ville éteinte, la multiplication des pannes dans les différents quartiers de notre ville est régulière ces derniers temps, l'absence d'éclairages de fêtes dans de nombreuses rues laissait même certains songeurs...
Mais où sont passées les lumières s'interrogeaient les plus jeunes...

Ouf nous avons la réponse pour la plus grande joie des enfants, car il faut avouer que l'aménagement réalisé par les agents municipaux est magnifique : les lumières de noël se trouvent sur le parvis de la mairie de Fontenay.

Dommage qu'elles ne soient que là mais c'est un autre débat...

En cette veille de fête j'adresse à mes lecteurs et aux Fontenaysiens nombreux qui me manifestent leur soutien des voeux de bonheur, de santé et de réussite.

Merci pour vos messages sympathiques qui m'encouragent chaque jour un peu plus à faire entendre une autre voix pour Fontenay.

Gildas LECOQ

17 décembre 2012

Louis, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Il y a 10 ans Louis Bayeurte, Maire de Fontenay-sous-Bois de 1965 à 2001 et conseiller général du Val-de-Marne de 1967 à 1998 nous quittait. A l’occasion de cet anniversaire, des cérémonies en hommage à cet homme, qui a marqué notre ville, ont eu lieu ici et là.

Si je combats le courant politique qu’il défendait, je crois pouvoir dire, comme beaucoup de Fontenaysiens, combien l’homme, que je n’ai connu que sur la fin de son mandat, a été un homme politique marquant pour notre ville.
Je l’avoue sans détour le communisme n’est pas ma tasse de thé, j’ai eu la chance de voyager dans les pays de l’est, au moment de la chute du mur de Berlin, pour mesurer le danger d’une idéologie poussée à l’extrême. Pourtant Louis Bayeurte, qui défendait ces valeurs, était un communiste intelligent et surtout ouvert sur la ville, ce que ses héritiers, ou ceux qui s’en réclament, n’ont pas su perpétuer ou reproduire.


Je me souviens d’une foule nombreuse massée sur le parvis de la mairie devant un portrait en noir et blanc en ce matin de décembre 2002. Si Louis Bayeurte n’était pas aimé de tous, nombreux, y compris dans son opposition, respectaient l’homme. Oui, il y avait du respect, car il y avait chez lui une qualité d’écoute que d’autres, en place désormais, n'ont plus aujourd’hui.
Louis Bayeurte saluait les gens en les regardant dans les yeux, les écoutait, était ouvert aux suggestions dans la mesure où elles n’allaient pas à l’encontre de ses idées ou de ses décisions évidemment. L’homme était chaleureux, abordable et simple, il a laissé, auprès de ceux qui m’en parlent et qui l’ont côtoyé d'assez près, le souvenir d’un maire rigoureux : « Ce qui était décidé était mis en application, ce qui était accepté n'était pas remis en question le lendemain. Il répondait aux questions posées, négativement ou positivement, mais au moins il répondait lui … ». « C'était un loup politique mais un maire disponible et un défenseur de sa ville ».

Louis, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Aujourd’hui, nombreuses, sont encore les personnes, de gauche comme de droite, qui parlent de Monsieur Louis Bayeurte avec la nostalgie d’un temps, où nos élus locaux considéraient encore les habitants de Fontenay. Car c’est bien cela le principal reproche que l’on peut et que l’on doit faire, aujourd'hui, à cette équipe municipale installée depuis trop longtemps au pouvoir !

L’équipe actuelle a su rendre, aujourd’hui, exceptionnel ce qui était, à l’époque, tout à fait normal.
Aujourd’hui quand la mairie vous prête une salle, c’est exceptionnel !
Aujourd’hui quand la mairie vous prête une tente, c’est encore exceptionnel !
Aujourd’hui quand la mairie vous verse une subvention c’est toujours exceptionnel !
Aujourd’hui quand la mairie vous répond c’est encore et toujours exceptionnel !


 

Sclérosée par la lourdeur administrative, notre mairie veut nous montrer combien elle est exceptionnelle, quand elle répond présent ou favorablement. On peut avoir des différents politiques, c’est la richesse et la chance d’une démocratie, en revanche, un trottoir ou des lampadaires, des logements sociaux ou des équipements publics, ne sont ni de gauche ni de droite, ils sont propres et fonctionnent. Cela ne doit pas être exceptionnel, comme veulent nous le faire croire nos élus de la majorité, c’est juste dans d’autres villes, de gauche ou de droite, tout à fait normal !

15 décembre 2012

Grand paris Express : le rapport « Auzan…niet »

Pascal Auzannet a remis hier à Cécile Duflot son rapport sur le calendrier et le financement du futur Grand Paris Express. Une déception pour nous tous qui attendions beaucoup de ce projet si important pour le développement de la métropôle parisienne.
A sa lecture on découvre que l’ancien patron du RER à la Ratp s’est contenté de rendre une analyse comptable qui ne tient aucunement compte de la mutation du futur territoire francilien mais surtout qu'il oublie complètement les centaines de débats publics sur ce projet menés avec les franciliens et les accords politiques réalisés après plusieurs mois de discussion. Bref Cécile Duflot, qu’on a connue très opposé à ce projet par le passé, aurait voulu enterrer le Grand Paris Express qu’elle n’aurait pas fait mieux. Niet aux élus, Niets aux habitants !
Alors que les élus justement avaient, dans leur ensemble, rejeté l’idée d’un phasage de ces travaux, le rapport découpe les différents tronçons en 5 périodes de réalisations fixées au mieux entre 2020 et 2030 (voir 2040). La ligne « orange » reliant Champigny-centre à Rosny et passant par Val-de-Fontenay, un temps en passe d’être supprimée, est rejetée à 2026 !
Déception supplémentaire, Auzannet annonce une addition supérieure de 9,5 milliards d’euros. Il convient quand même de rétablir la vérité, ce nouveau chiffrage du coût du Grand Paris Express est avant tout la conséquence d’une part du retard pris dans ce dossier et enfin du choix annoncé en juillet 2012 par madame Duflot de l’interopérabilité avec RFF, la SNCF et la RATP qui n’avait pas été retenu en 2011.
Bref, la balle est dans le camp de Madame la Ministre amie de Madame Abeille qui rendra ou enterrera définitivement le projet en février 2013. Quand on sait les tensions qu’il peut y avoir au sein de cette majorité présidentielle hétéroclite, tensions que l’on retrouve d’ailleurs dans notre conseil municipal puisque, plutôt que de parler de notre ville, nos élus dissertent sur le monde, j’avoue qu’on est en droit d’avoir peur.

13 décembre 2012

L'UDI 94 pour un nouveau cap !

Mardi soir, les adhérents de l'UDI 94 recevaient à l'invitation de Laurent Lafon, maire de Vincennes et coordinateur départemental, Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly et chargé de la rédaction du projet de notre jeune parti. Devant une grosse centaine de convives et de nombreux nouveaux adhérents (bravo aux Fontenaysiens qui étaient en nombre plus forte délégation présente) JC Fromantin a donc présenter sa méthodologie de travail.



Ce qui m'a marqué tout d'abord, et je ne crois pas être le seul, c'est qu'à aucun moment dans cette réunion il n'y a eu d'attaques frontales sur le gouvernement mais bien le désir d'écouter la salle et d'expliquer notre méthode globale et les grands thèmes de réflexion.

En effet, la complexité de ce nouveau monde dans lequel nous sommes rentrés et les difficultés dans lesquelles nous sommes plongés, nous imposent de revoir en profondeur notre modèle et de construire les bases d’un projet à la fois durable et performant. Les réunions d'autosatisfactions ou de "bashing" ne sont ni constructives ni plaisante pour celles et ceux qui souhaitent s'investir dans notre mouvement. " La crise de confiance de l’opinion vis à vis des hommes et des organisations politiques est le plus souvent due à la faiblesse des convictions et des idées. Il n’y a pas d’organisation politique crédible qui ne soit bâtie sur un socle de pensée et sur un projet. Enfin, la France est riche de talents que nous devons mobiliser pour construire un avenir, en nous inspirant de leurs idées, de leurs expériences et de leurs propositions. C’est cette démarche ouverte et partagée qui fondera l’ambition de notre projet" a souligné Jean-Christophe Fromantin en introduction de son propos. Pour ma part je suis intervenu sur la place de la jeunesse dans notre nouvelle structure politique tant dans l'organigramme que dans le projet global.

Initiative, responsabilité, liberté, entreprise, audace, énergie, voilà les mots clés qui furent utilisés durant notre réunion de travail. Des mots qui rejoignent ceux que nous devonsj, non pas seulement, utiliser, mais mettre  évidemment en cohérence, réaliser concrètement pour Fontenay.




L'aveu de la semaine !

Dans son traditionnel bilan d'activités, la ville de Fontenay fait un aveu terrible !


En un an, le service espaces publics est intervenu 467 fois à la demande de la population, notamment sur l'éclairage public !

Quand on vous dit que la ville est constamment éteinte !

12 décembre 2012

Interview : Dîtes-nous Jean-Louis Borloo...

Q : Vous avez créé l’UDI. Pourquoi ce nouveau parti politique ?
JLB : En créant l’UDI, nous avons réuni des sensibilités politiques dispersées pour bâtir ensemble une nouvelle force centrale de la vie politique qui soit capable de rassembler largement et prête à gouverner.




Q : Vous venez de l’UMP, certains vous accusent de diviser votre camp ?
JLB :
Comme beaucoup, il y a 10 ans, j’ai cru au projet du président Chirac visant à créer un parti unique. Comme beaucoup, je constate que nous avons échoué. Et que malheureusement, nous avons peu à peu perdu toutes les élections, locales et nationales. Notre projet est celui d’un nouveau rassemblement autour d’une force politique de centre droit moderne et innovante pour créer enfin les conditions d’une coalition gagnante avec l’UMP. L’objectif est clair : reconquérir ensemble toutes les responsabilités perdues au profit d’un Parti socialiste qui ne cesse de décevoir les français par son amateurisme et son inefficacité.


Q : Ainsi enfermé dans une logique d’alliance, serez-vous un parti vraiment indépendant ?
JLB :
L’UDI n’est pas une coalition de partis, c’est un mouvement à part entière, totalement indépendant. Nous déciderons librement de notre organisation, de nos choix politiques et de nos investitures. Mais l’indépendance que nous affirmons ne nous entrainera ni dans l’isolement, ni dans l’ambiguïté. L’UDI est un parti d’opposition qui aspire à offrir une véritable alternative à la coalition de gauche qui détient tous les pouvoirs en France.


Q : Qu’est ce qui fait alors votre différence ?
JLB :
Nous sommes les héritiers d’une famille politique qui incarne des valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et qui refuse toute connivence avec les extrêmes. Nous croyons en l’Europe qui garantit non seulement la paix mais aussi la croissance, tout en respectant la diversité des nations. A l’heure où le Gouvernement s’attaque brutalement aux entrepreneurs alors qu’ils sont les seuls à créer de la richesse, nous voulons inventer un nouveau modèle économique et social afin de réconcilier la liberté d’entreprendre et la solidarité.
Enfin, l’UDI est le parti de l’écologie raisonnable. Il n’est plus tolérable que ce sujet majeur pour notre avenir soit abandonné aux seules mains d’un parti plus marxiste qu’écologiste. Nous voulons rassembler très largement sans ostracisme toutes celles et ceux qui veulent s’engager pour construire une France confiante et juste.

11 décembre 2012

Quand Fontenay oublie le Téléthon !

Pierre Tchernia ne cessait de le rappeler, "le Téléthon, c'est la fête nationale en hiver !" Dans chaque ville et village de France, les initiatives se créent avec le soutien des municipalités. Certaines comme à Nogent ou Vincennes soutiennent activement, d'autres comme Fontenay oublie de communiquer une partie du programme !

Ce samedi, avec Christophe Esclattier nous avons participé au Téléthon de Fontenay dont l'unique stand était installé au carrefour des Rigollots. Outre les habituels gâteaux et peluches qui étaient en vente, le groupe local proposait, avec le soutien de sponsors fontenaysiens, une animation sympathique et écologique. En effet, nous avons pu essayer la fameuse Twizy de Renault. Un véhicule électrique pratique et écologique taillé pour la ville.

Dommage toutefois qu'aucune publicité municipale n'ait relayé l'initiative. Quand il s'agit de mettre des affiches ou des panneaux à caractère politique notre municipalité est bien plus performante. Pourtant notre ville communique depuis le mois de novembre sur le mois de la Solidarité ! Dommage le Téléthon est une cause noble qui fait progresser la recherche dans divers domaines.

10 décembre 2012

Le square aux chats, toujours en retard !

D'accord, critiquer une équipe municipale sur les retards de livraison des travaux n'est pas "charitable". Ça arrive dans chaque commune, et bien souvent cela est lié à des paramètres indépendants de leur volonté. Mais quand l'équipe municipale communique sur le fait que c'est le maire et la municipalité qui réalisent ces travaux (oui oui avec leurs petites mains et leurs petites pioches, c'est écrit sur chacun des panneaux) j'avoue qu'ils tendent le bâton pour se faire battre ! Bref toujours est-il qu'initialement annoncés pour le 26 novembre, les travaux du square aux Chats ne sont toujours pas terminés ! La fin est maintenant annoncée pour le 31 décembre (+36% de retard pour les statisticiens !).

Quelle que soit la raison du retard, ce sont comme toujours les riverains qui en pâtissent !


Il doit y avoir un vrai problème à l'allumage car la rampe d'accès pour les personnes handicapées et les poussettes, terminée il y a un mois, a été partiellement démontée.

La raison ? En creusant un peu du côté des agents communaux, qui n'en peuvent plus des méthodes de management "maison", (oui vous n'imaginez pas ce que les agents communaux peuvent livrer comme commentaires sur l'équipe municipale via ce blog !),  on découvre qu'une élue "verte" aurait demandé la suppression de ces murets de 30 cm de haut de part et d'autre de la rampe d'accès car elle trouvait que cela faisait "trop de béton" ! On a eu beau lui dire qu'en matière de sécurité cela était plutôt une bonne chose, "niet" on arase tout... Je ne vous raconte pas la "cote d'amour" de cette élue parmi le personnel des services techniques...

Le seul point positif de ces travaux, puisque le mobilier de jeux reste le même, c'est que le socle de béton qui se trouvait dans le square a été détruit ! Ouf quand on sait le nombre de chutes qu'il a causées.

Alors à quand l'ouverture ? Aucune idée mais je parie qu'il y aura une très belle cérémonie d'inauguration avec moult documents de communication à la clef !

08 décembre 2012

Photo de la semaine, avec Philippe Candeloro

Hier soir, j'ai eu la chance d'animer le gala inaugural de la patinoire "éphémère" de Vincennes qui fêtait ses 10 ans. Pour l'occasion c'est le grand champion et désormais animateur télé, Philippe Candeloro qui nous a fait l'honneur de répondre présent pour ce rendez-vous populaire qui ouvre les fêtes de fin d'année. J'ai été surpris de voir le nombre important de Fontenaysiens qui étaient présents et surtout encore plus surpris de les entendre dire qu'il n'y avait rien de comparable dans notre ville de Fontenay.

A mon sens, ces moments de convivialité partagée sont le socle d'une ville. Ils permettent à chacun, à toutes les générations, de vivre au même moment un instant de joie en commun. Mieux que les grands discours que nous servent nos élus municipaux, en place depuis sans doute trop longtemps, la solidarité c'est aussi offrir des moments de fêtes à tous et pas seulement à un versant de notre ville. La mixité, la soidarité, c'est cela, du concret, des émotions et de la joie partagée. Malgré la pluie, malgré la crise, les gens étaient heureux et les Fontenaysiens rencontrés m'ont assuré de la nécessité de réveiller notre ville, c'est l'engagement que je leur ai fait.



07 décembre 2012

L'ascenseur social est encore et toujours en panne !

Je vous parle régulièrement des gros problèmes que subissent au quotidien les habitants du 3-5-7, rue Jean-Macé (les lecteurs fidèles et les nouveaux pourront retrouver mes articles ICI, LA et ICI). Je ne peux donc passer sous silence que ce matin les ascenceurs du 7 étaient en panne obligeant les familles à utiliser les escaliers et certaines à rester chez elles. Désormais l'un des deux refonctionne mais pour combien de temps ?

Où en sont les belles promesses et les engagements de M. Saint-Gal (PCF), de M. Bedouret (PS) et de Mme Abeille (EELV) ? Lors de notre réunion avec les locataires j'avais demandé des actes forts, j'avoue avoir terriblement de peine pour celles et ceux qui vivent chaque jour dans ces conditions et qui, une nouvelle fois, ont cru ces promesses énoncées avec force et détermination dans cette cantine de l'école Paul-Langevin.

Aujourd'hui donc les ascenceurs tombent toujours en panne.
Aujourd'hui donc certains locataires condamnent certaines pièces non-chauffées.
Aujourd'hui donc certaines salle de bains subissent toujours des dégâts des eaux.
Aujourd'hui donc aucun local n'est alloué au collectif.
Aujourd'hui donc personne ne connaît ni le jour ni l'heure de la venue du président de Valophis (pourtant annoncée avec tambours et trompettes comme le sauveur).
Aujourd'hui donc personne ne sait si la baisse de 15 euros sur le chauffage urbain est maintenue en 2013 ou s'arrête au 31 décembre 2012.

Aujourd'hui donc rien de nouveau, comme depuis trois ans...

J'ai en tête, encore, les paroles de nos élus de la majorité qui se vantaient de construire et construire des logements publics (pour reprendre le vocable de M. Voguet). Oui mais dans quelles conditions laissent-ils vivre leurs administrés... cela ils s'en lavent les mains seuls les chiffres comptent mais à l'heure du bilan je suis sûr que Fontenay saura se réveiller.




04 décembre 2012

Dernière minute ! Fontenay dans le noir total !!!

Ce soir de nombreuses rues, voir la quasi-totalité de nos rues, sont plongées dans le noir.

Nous avions, il y a quelques semaines, dénoncé les pannes à répétition de l'éclairage public (ICI) ce soir la municipalité nous donne malheureusement raison en plongeant tous les quartiers dans la nuit.

Voici la première liste des rues où l'éclairage ne fonctionne pas, n'hésitez pas à nous donner le noms des autres rues :

Avenue Victor-Hugo, rue Dalayrac, rue JJ Rousseau, rue Pasteur, rue Gaucher, rue Jules Ferry, avenue de Stalingrad, Quartier des Olympiades, rue de Joinville, rue Gaston-Charles, Désiré-Richebois, rue des Mocards, rue Boschot et rue Pierre-Sémard, ... A suivre !

Mise à jour datant du 21 écembre de 20h00

Photo de la semaine - Rue André-Laurent dans le noir !

"Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir..." c'est avec ces paroles de la célèbre chanson de Johnny Halliday que l'on peut résumer le calvaire des habitants de la rue André-Laurent (et de ses environs). Ce matin, aux travaux qui n'en finissent plus et à la propreté douteuse d'une rue, qui semble être oubliée, est venue s'ajouter à cette liste noire une énième (une de trop ?) panne de l'éclairage public. Commentaire d'un riverain excédé : "Tout est constant sauf le changement" !