31 janvier 2013

Municipales 2014 : À Fontenay-sous-Bois, Christophe Esclattier passe le relais à Gildas LECOQ



Mardi 29 janvier se tenait à Fontenay-sous-Bois la cérémonie de Vœux du groupe  « Réinventons Fontenay » dirigé par Christophe Esclattier (Divers droite), leader de l’opposition dans cette ville. Devant plus d’une centaine de participants Christophe Esclattier dans son discours a rappelé que depuis 1989 son groupe avait énormément bataillé face à la majorité communiste, socialiste et verte.

« Nous les avons fait bouger sur le plan économique et financier, sur la notion d’investissements pluriannuels, sur la notion de suivi de la masse salariale ou sur le plan de la sécurité, il y a aujourd’hui une police municipale à Fontenay », précise Christophe Esclattier. « J’ai participé et mené 4 campagnes électorales municipales en 1989, 1995, 2001 et 2008. Voici celle de 2014 qui nous offre une opportunité forte du fait de rejet profond des idées de M. Hollande. Alors bien sûr, il nous faut nous rassembler et il faut engager toutes nos forces dans cette action. Mais il faut aussi ouvrir plus encore nos rangs à l’ensemble des courants sociétaux qui constitue la population de Fontenay-sous-Bois. Parmi les personnes qui nous ont rejoints il y a quelques années, il y en a une, particulièrement, qui démontre de nombreuses compétences et aptitudes pour promouvoir nos idées et poursuivre ensemble ce combat. Habitant Fontenay depuis plusieurs années, fin connaisseur du monde politique, capable d’un entregent qui lui ouvre de nombreuses portes, il représente le renouveau  nécessaire pour mener à la victoire une liste d’union pour les prochaines élections municipales. Avec simplicité nous en avons parlé et nous avons décidé d’établir une sorte de filiation politique locale ! Aussi j’ai le plaisir de vous  proposer comme fer de lance  pour notre objectif de 2014, Gildas Lecoq. Appuyé par les équipes de Fontenay Demain et Réinventons Fontenay, soutenu par de nombreux fontenaisiens, il saura aller chercher les appuis nécessaires, c’est à mon sens l’opportunité d’allier l’expérience avec le renouveau pour qu’enfin notre ville  puisse se réveiller !» a conclu Christophe Esclattier sous les applaudissements nourris du public. Le remerciant chaleureusement, Gildas Lecoq (également coordinateur de l’UDI de Fontenay-sous-Bois,) a souligné pour sa part : « Ce geste qui marque un réel désir de renouvellement dans la continuité me semble être la garantie d’un avenir gagnant pour notre ville. » Il a également rappelé combien 2012 avait été dramatique politiquement à Fontenay-sous-Bois : perte du siège de député, essoufflement de la politique locale au pouvoir depuis 47 ans, tiraillement entre les composantes de la gauche plurielle. « Durant ces 15 mois qui nous séparent de l’élection municipale, nous allons devoir faire preuve de pédagogie certes, mais également de dynamisme car nous allons réveiller cette ville. Nous sommes l’énergie de cette ville, son dynamisme, son rythme, nous n’avons pas peur et nous ne sommes pas résignés, nous savons que la politique désastreuse de cette ville n’est pas inéluctable. Nous allons réveiller Fontenay-sous-Bois en rassemblant le plus largement possible, en mobilisant l’ensemble des Fontenaysiens, en nous organisant à partir des quartiers de la ville et surtout en proposant enfin à nos habitants de parler de leur quotidien, ce que la majorité a oublié depuis bien longtemps. Nous portons une alternative crédible fort de l’expérience des membres de notre groupe. En 2013, à Fontenay, nous déploierons encore imagination et énergie pour lancer cette vague de changement. En 2013, je vous invite à transmettre cet état d’esprit qui donne aussi un peu d’espoir, c’est mon vœu le plus cher, c’est le vœu de toute équipe car Fontenay le mérite et l’attend depuis très longtemps », a conclu Gildas Lecoq en nouveau chef de file de l’opposition pour les élections municipales de 2014.

22 janvier 2013

Le réveil se fera avec vous !

Depuis la mise en ligne de ce blog, je rencontre, jour après jour, un très grand nombre de Fontenaysiens de droite, de gauche, du centre ou de nulle part d'ailleurs, qui me font remonter leur envie de changement, leur envie d'engager ce nécessaire élan pour réveiller notre ville, leur envie de faire bouger Fontenay.

Vous connaissez ma principale volonté : que le quotidien des habitants soit enfin pris en considération et que la mairie s'occupe désormais de nous et de nos quartiers plutôt que de refaire le monde avec cette ridicule ambition politique qui dépasse le cadre de la mission qui est la leur... 
Au-delà des digressions municipales sur la situation du monde, l'équipe municipale se déchire chaque jour et s'égare dans débats stériles qui ne nous concernent pas !


Depuis le mois de septembre, vous avez été nombreuses et nombreux à me dire ce que vous pensiez de notre ville, ce que vous espériez aussi pour l'avenir de Fontenay. 

Depuis plusieurs mois j'ai, grâce à votre implication et à votre soutien, rencontré beaucoup de monde, mieux appréhendé les problèmes de notre ville et surtout pu me forger une opinion et une amorce de solutions concrètes. 

Aujourd'hui cet engagement, qui est le notre, commence à porter ses fruits puisque chaque jour vous êtes plus nombreux à me lire, à m'écrire, à m'appeler et à me rencontrer.

Aujourd'hui notre action commence à prendre corps et un élan est en train de naître.


Nous devons poursuivre cette démarche, étendre notre réseau. En ce début d'année je souhaite que nous puissions continuer à tisser cette toile, à faire grandir cette vague d'une opposition constructive et à rencontrer toutes celles et tous ceux qui souhaitent apporter leur pierre à la construction de notre projet. 



Nous devons réveiller certains qui n'avaient plus l'espoir de voir une alternance grandir face à cette équipe en place depuis plus de 45 ans.

Nous devons mobiliser chacune et chacun de nos amis, initier un rassemblement le plus large possible pour sortir notre ville de cette ornière où elle est tombée depuis trop longtemps.

Nous avons donc besoin de chacun d'entre vous n’hésitez pas à faire connaître ce site, à parler de notre engagement, à nous rejoindre car le mouvement est en marche, le réveil est prêt à sonner... avec vous, pour Fontenay-sous-Bois !

Gildas LECOQ

19 janvier 2013

Photo de la semaine : L'hippodrome du Bois...

C'est l'un des lieux où j'apprécie aller me promener, me pauser, écouter les gens, respirer et souffler quand le rythme du quotidien devient justement trop rythmé... L'hippodrome de Vincennes, véritable village rural de province m'apporte ce calme si nécessaire qui permet de recharger les "accus". Quelques clichés...




17 janvier 2013

On se moque des Mocards ?

La neige est tombée... les Fontenaysiens dans leur ensemble on regardé avec attention les rues et les trottoirs car personne n'a oublié les événements de ces dernières années notamment en 2010 (voir photo), où le directeur des services techniques avait dû faire son autocritique (comme au bon vieux temps) dans le magazine municipal faute d'avoir pu (su, voulu ?) déneiger nos rues et nos trottoirs !

A gauche (pour une fois) Vincennes, à droite les trottoirs glacés de Fontenay-sous-Bois
Cette année c'était différent nous annonçait-on, tout avait été prévu ! 
Si toutes les rues n'ont pas été traitées par les équipes chargées de mettre du sel dès le premier soir, chacun pouvait espérer que dès le lendemain les rues oubliées seraient traitées. On peut comprendre que vue le nombre de kilomètres de voirie ça n'était pas possible.

Ok, le lendemain non plus, c'était peut être et sans doute présomptueux de l'imaginer aussi mais au moins le surlendemain, là on pouvait penser que l'affaire était réglée !

Et bien non. Les jours passent donc à Fontenay et certaines rues ne sont toujours pas traitées... La rue des Mocards, par exemple, continue à être oubliée : le virage de la rue devant l'annexe de l'école maternelle Elisa-Lesourd (tient tient on reparle d'elle) n'a par exemple toujours pas été salé par les services communaux. C'est une véritable patinoire !



Pourtant c'est étonnant il y a le "fameux" le plan "Neige et verglas" de la commune destiné à être efficace en classant les abords des écoles comme voies prioritaire ! 
Ami lecteur, au bout de la rue sur cette photo c'est bien l'école Elisa-Le Sourd que tu peux apercevoir ! Et comme moi faire le constat que la rue est toujours gelée...

Je sais je suis vraiment pointilleux et je ne lâche rien comme m'a écrit un lecteur encarté au Front de gauche... Mais comme je l'ai dit à plusieurs reprises, ma ligne politique est avant tout d'améliorer le quotidien des Fontenaysiens, quotidien qui a tendance à être abandonné chez nous pour laisser la place à de grands débats sur le monde : la solidarité solidaire et durable, ou la justice juste et citoyenne des camarades solidaires qui souhaitent un monde durable et ... et quoi déjà ? Ah oui... solidaire ! 
Bref ici chez nous on oublie le principal : nos rues et nos équipements ! Désolé, mais pour moi c'est le service public numéro un que ce quotidien là et notre exigence devrait être la leur ! 

16 janvier 2013

Elisa-Le Sourd : Quand le Cabinet du maire se trompe de panne !

J'avais parié avec toi, cher lecteur, qu'un rétropédalage s'annonçait du côté de la mairie suite à l'annonce sur mon blog et dans l'édition du Parisien d'hier d'une panne de chauffage de l'école Elisa-Le Sourd de Fontenay ! Ce matin à l'heure où blanchit la campagne je l'attendais... 

Ce matin à l'heure où certains glissaient sur nos trottoirs... je l'ai vu ! je l'ai lu ! je n'y ai pas cru ! et pourtant...

Rappel des données : Le Cabinet du Maire de Fontenay annonçait dans la presse locale (et pas sur son site internet... ) que la panne de chauffage de lundi à l'école Elisa-Le Sourd était survenue vers 16h et surtout qu'elle était réparée ! Pour ma part, fort des commentaires de nombreux parents et enseignants, je l'annonçais dans la matinée ce que la directrice confirmait par voie d'affichage ! Minimisant cette panne le Cabinet devait donc s'expliquer... car hier il faisait toujours très froid dans cette école !

L'article du Parisien de ce jour nous livre l'explication la plus hallucinante à laquelle on pouvait s'attendre ! Ok je perds mon pari avec toi ami lecteur... mais écoute plutôt ! 

Le cabinet du maire n'a pas menti (ouf!) il s'est juste trompé d'école et ... de panne en l’occurrence (oh!) ! Il ne parlait pas hier dans le Parisien d'Elisa-Le Sourd mais de l'école Pasteur (oups la boulette) ou une micro panne (forcément il n'allait pas en plus nous apprendre que c'était une très grosse panne !!) avait été gérée à 16h précisément ! Bref la panne d'Elisa-Le Sourd cette fois-ci était enfin réparée après deux jours de froid...

Bref je le dis et je le répète la conclusion de cette histoire montre une fois de plus combien l'exécutif politique de notre cité est usé, combien derrière la communication efficace rien ne bouge, combien il est nécessaire de réveiller cette ville et ses équipes...


15 janvier 2013

Panne de chauffage : Elisa-Le Sourd (suite)

Amusant... cette affiche posée hier par la directrice qui vient de façon flagrante démentir la panne de 16 h annoncée dans la presse par le Cabinet du maire de Fontenay ! 

Après avoir recueilli des témoignages de parents voilà l'explication la plus plausible du froid dans les classes lundi matin : "le lundi matin les classes sont souvent plus froides car le chauffage est réduit durant le week-end. Vous ajoutez à cela une panne au milieu de la matinée... et vous obtenez une école glaciale à midi et pour le reste de la journée !"

Merci à mes amis lecteurs pour ces éléments qui confirment bien ce que j'annonçais ! 

 

Fontenay Com'unique !

"Il a neigé toute la nuit sur Fontenay-sous-Bois, mais grâce au travail acharné de Jean-François Voguet et de ses adjoints socialistes et communistes, plus un flocon ne se trouvait sur nos routes et nos trottoirs ce matin, signe que l'action de la l'équipe municipale est formidable !"

NON, ami lecteur tu ne rêves pas, c'est sans doute en ces termes que le journal Le Parisien de demain devrait titrer son billet quotidien sur notre ville ! 

En effet, quand on découvre l'article de ce jour faisant suite à la panne d'hier à l'école Elisa-Le Sourd on peut, en effet, s'interroger et féliciter l'équipe de la communication de Fontenay ainsi que son Cabinet. Asséner autant de contre-vérités dans la presse, c'est énorme mais plus rien ne surprend dans notre ville, il faudra juste l'assumer, ensuite, devant les parents d'élèves dont les enfants dès 9h hier étaient dans un froid glacial et nous expliquer pourquoi ils sont allés déjeuner dans une autre école 4 heures avant la dite panne !


Je ne blâme pas la presse je sais combien il est difficile d'avoir accès à la vérité dans une ville comme la nôtre ! Enfin, étonnant de lire des informations dans Le Parisien alors qu'hier rien n'était mentionné sur le site internet de la ville qui aime se faire surnommer l'innovante ! Là encore les parents apprécieront. J'ai mon avis : très simple d'ailleurs, si certains comme moi râle, la mairie accusera la presse d'avoir mal compris... Je vous parie un billet que demain on nous explique que ce n'était pas à 16 h la fuite d'eau mais bien à 6 h ! Et qu'une fois encore les journalistes auront bon dos ! Difficile d'être opposant à Fontenay mais pas facile d'être journaliste non plus... Bonne journée.



14 janvier 2013

Après la lumière... le chauffage !

Ce matin, le chauffage de l'école maternelle Elisa-Le Sourd de Fontenay-sous-Bois était en panne. Certains plus au courant que d'autres semblaient rendre responsable une rupture de canalisation quand d'autres philosophaient sur le mauvais état du chauffage urbain de notre ville.

Bref il faisait froid, très froid même et pourtant... les enfants ont été accueillis comme si de rien n'était. "Connaissant l'absence de réactivité de notre ville on ne pouvait s'attendre à autrechose" me glisse un internaute exécédé devant tant d'immobilisme.
Les professeurs des écoles prenant leur fonction à 9 heures se sont retrouvés coincés devant une situation qui empirait d'heure en heure et ont du faire la classe emmitouflés devant des élèves tout aussi emmitouflés.

A midi, comme cela ne s'arrangeait pas, les enfants sont allés déjeuner au restaurant scolaire de Jules-Ferry. En fin de journée la réparation ne semblait pas encore être effectuée ! Les professeurs ont donc demandé aux enfants de rester chez eux.

Ce sont eux, en effet, qui ont décidé de ne pas reproduire la situation demain mardi. Pour ceux qui n'ont de grands-parents sous la main, de parents au foyer, de nourrisse ou des voisins accueillants, la journée va être galère pour certains parents qui devront sacrifier une journée de travail à cause de problèmes inhérents à leur volonté.

Oui des ruptures de canalisation cela peut arriver et il ne faut pas toujours blâmer la mairie qui ne peut être responsable de tout.
En revanche l'une de ses premières missions est l'information et là franchement on est vraiment en droit de s'interroger sur la gestion de cette mini-crise ! Comme on est en droit de s'interroger tout simplement sur l'état de délabrement de nos équipements municipaux (scolaires, sportifs, etc...). Il faut un véritable projet de rénovation et d'entretien des bâtiments publics de notre ville et arrêter de poser des rustines ici ou là en annonçant que tout va bien.

09 janvier 2013

Vincennes à la Une de l'Express

Le magazine L'express consacre sa Une dans le Val-de-Marne à Laurent Lafon, maire de Vincennes. Un petit article m'est consacré ! Bonne lecture.



04 janvier 2013

Philosopher, c'est douter !

La carte de vœux de la mairie de Fontenay, et sa campagne de communication, invite les Fontenaysiens à voir la ville en relief... avec philosophie.

Tout d'abord donc, il y a la carte de vœux. Une belle photo de la halle Roublot en 3D qui nécessite le port d'une paire de lunettes spécifique pour voir le fameux relief que résume le slogan de l'année : "Fontenay-sous-Bois : une ville qui a du relief !". J'avoue que ce slogan est assez bien trouvé pour une ville aux fortes pentes, coupée en deux par une ligne de crête (attention pas de second degré dans cette phrase). Mais derrière les symboles de la communication se cachent toujours les contre-symboles !
- Pourquoi faut-il une paire de lunettes pour décrypter cette promesse ?
- Vous avez dit relief, vous pensiez aspérité ? Ou aux disparités chaque jour plus criantes entre les membres de la majorité municipale ? 
- Une telle carte (avec ces lunettes) au moment où l'on essaye de nous faire croire que les habitants (4 ou 5 personnes tout au plus) élaborent le fameux Agenda 21 local dont on nous parle depuis si longtemps !
- Qu'en pense Madame Abeille ?



Oui, je sais la critique est facile en effet, mais avouez qu'en 2013, à Fontenay-sous-Bois, ce n'est pas forcément le relief (les différences, qu'elles soient positives ou négatives d'ailleurs) que l'on souhaite qu'on nous vante ! Bref là pourrait s'arrêter ma petite critique de rentrée si je n'étais pas tombé devant la campagne de communication (difficile de la rater elle est collée sur toutes les affiches du front de gauche et du PCF qui encombrent nos panneaux de libre expression ... enfin libre ...). Sur cette campagne c'est le slogan qui a attiré mon attention ! Après nous avoir invités à regarder différemment la ville avec leurs lunettes, nos élus nous invitent à philosopher avec cette citation de Platon : "Ce ne sont pas les murs qui font la cité, mais les hommes". Rhooo... c'est beau, c'est grand, c'est fort ! Mais venant d'une équipe guidée par la même idéologie que ceux qui bâtirent le fameux mur de Berlin, j'avoue que je suis resté scotché ! Certains dogmes poussent parfois les hommes à bâtir certains murs qu'on aurait aimé ne pas connaître...

Bref, en 2013 on nous invite à regarder la ville à travers le prisme de lunettes déformantes made in China et à philosopher sur notre cité ! Comme le disait Montaigne, "Philosopher, c'est douter !" nous sommes nombreux à voir (sans lunettes) et à penser (librement, sans citation) que la majorité municipale vacille, se fragmente, se déchire, qu'elle oublie ses habitants, les monte les uns contre les autres, qu'en deux mots ELLE DOUTE !

En 2013, parce que je crois que notre ville, plus qu'une simple communauté d'âmes, est (doit être ?) avant tout une communauté d'avenir, j'invite celles et ceux qui préfèrent l'harmonie au relief ou à la stigmatisation à nous rejoindre pour réveiller Fontenay-sous-Bois et lui offrir, enfin, la chance d'entrer dans le 21e siècle sans lunettes 3D ni artifices idéologiques.

Bonne année !