29 mars 2013

Fontenay : La guerre des « Gauches »



Une chose est sûre, il y aura à Fontenay-sous-Bois un avant et un après 28 mars 2013. En effet, à l’occasion du conseil municipal qui traitait notamment du vote du budget, les fissures et les tensions, qui couvaient depuis de nombreux mois au sein de la majorité municipale, ont laissé la place à une fracture désormais difficile à ressouder  entre le parti communiste, le front de gauche, le parti socialiste et les verts ! En ne prenant pas part au vote, en dénonçant les choix politiques et le mode de gouvernance, le parti socialiste a fait voler en éclat cette union sacrée de la gauche Fontenaysienne au moment même où devant les caméras de télévision, le président socialiste Hollande peinait à défendre ses choix… L’union des gauches est morte hier soir à Fontenay.

Liliane Pierre, conseillère générale PCF, invectivant David Dornbusch, dissident PS, dans le public, jusque là on connaissait. Mais la température est montée un peu plus quand à l’issue de son intervention, au nom du groupe socialiste Jean-Luc Carrier, a annoncé après avoir dénoncé le mode de gouvernance et les choix politiques d’un maire esseulé, que son groupe ne prendrait pas part au vote ! Dans le public, la « claque » des militants communistes, appelée en renfort pour soutenir l’équipe du maire faisait grise mine, les insultes et les menaces fusaient…Certains riaient devant un tel spectacle alors que la démocratie locale entrait dans une année de tension à gauche.

"Je suis fier de l'action que nous menons ensemble. Je m'y consacre et je m'y consacrerai dans les années qui viennent" souligna pour sa part le maire. Personne ne broncha à part son propre fan club, JF Voguet venait d’annoncer sa candidature à la fin du conseil.
Sur les forums, la gauche locale continue de se déchirer, la conseillère municipale PS, Marion Legouy-Desaulle précise ainsi : « La messe est dite, c'est triste mais en même temps nous avons d'autres batailles à mener et ce dans l'intérêt des Fontenaysiens. J'en ai assez comme vous d'un mode de gouvernance qui consiste à écarter les partenaires des centres de décisions pour mieux les aligner ensuite dans une ligne de tir qui est loin, très loin de l'intérêt général . Le procès d'intention fut grossier, je suis déçue. J'en ai assez aussi du procédé qui consiste à agresser les siens pour se poser ensuite en victime et justifier ainsi des conduites inamicales. » Les mots sont durs et la réunion en mars 2014 sera d’autant plus difficile à réaliser.
Hier soir, les lignes ont bougé à Fontenay-sous-Bois. Conscients que l’équipe en place arrivait en fin de cycle, le parti socialiste a décidé courageusement de quitter le navire (un vote contre aurait eu plus de panache !) avec l’espoir de sauver ce qui pouvait encore l’être.

Oui notre parti c'est Fontenay
De notre côté, notre groupe chaque jour s’agrandit accueillant des fontenaysiennes et des fontenaysiens qui veulent voir leur ville se réveiller, offrir enfin des réponses à leur quotidien. Avec notre groupe, nous travaillons sur un projet moderne qui ne se tourne pas exclusivement vers une population ciblée. La politique clientéliste proposée depuis trop d’année ne fait plus recette dans notre ville, la politique politicienne à la petite semaine qui ose débattre des problèmes du monde alors que chacun attend une réponse au coin de sa rue, est terminée. La crise terrible que nous vivons nous oblige à faire de la politique au sens premier du terme, elle nous oblige à ranger nos étiquettes politiques pour ne servir qu’un seul et unique parti, notre ville. Oui notre parti c'est Fontenay, nous avons la passion pour notre ville et l’énergie pour qu’on la serve enfin comme elle se doit et non dans ce cirque ubuesque et sordide que l’équipe municipale et certains de ses militants nous a montré hier soir.

24 mars 2013

Aire des gens du voyage : ma réponse contre la calomnie !

Sur le forum de la ville de Fontenay-sous-Bois, le dissident socialiste Dornbusch, candidat à chaque élection avec les résultats que l'on connaît, décide de m'attaquer personnellement concernant l'opposition que je porte avec 7 maires de villes riveraines du Bois sur le projet d'implantation d'une aire des gens du voyage dans le Bois de Vincennes. L'engagement qui est le mien pour Fontenay repose avant tout sur une volonté de débattre, de confronter des projets mais aucunement sur le fait d'accepter la calomnie, le mensonge et l'attaque publique, aussi ai-je décidé de lui répondre sur le forum de la ville mais également ici sur mon blog.


Cher David Dornbusch,

Utiliser la calomnie et l'amalgame pour sortir de la solitude politique dans laquelle vous vous êtes enfermé est à la fois indigne et tellement misérable qu'elle m'interroge sur la nécessité de vous répondre. Toutefois il me semble important de rétablir la vérité, parce que nous savons que vous jouez avec depuis trop longtemps...

Ainsi, la ville de Paris a décidé de construire sans concertation aucune avec les villes riveraines une aire d'accueil pour les gens du voyage (je vous laisse l'utilisation choquante de "voleurs de poules" qui montre à chacun le jugement que vous pouvez avoir vis à vis de ces populations) dans le bois de Vincennes. Il se trouve, cher ami, que M. Delanoë au lendemain de son élection avait signé avec l'ensemble des villes riveraines une charte qui stipulait notamment deux choses : la première, que chaque décision prise par Paris dans le bois soit menée en concertation avec les signataires, dans ce cas précis, rien n'a été fait. La deuxième qu'aucn aménagement nouveau ne soit réalisé dans le bois pour lui laisser son caractère paysager initial, là encore ce n'est pas le cas. Nous constatons donc tous que sur ces deux points essentiels la ville de Paris n'a pas tenu ses engagement.
Concernant l'application du texte de loi de 2000, je ne conteste nullement l'obligation faite à la ville de Paris d'aménager des aires d'accueil sur son territoire, c'est le respect de la loi et c'est une bonne chose quand on sait que dans notre département, la création d'une telle aire est pilotée par le Conseil général depuis de nombreuses années et qu'à ce jour aucune solution n'a été trouvée. Par son choix, la ville de Paris détourne la loi de juillet 2000 relative à l'accueil des gens du voyage qui prévoit que les aires d'accueil soient réalisées à proximité des écoles, des hôpitaux et des structures économiques (commerces), afin d'aider à l'intégration sociale de ces populations. Je ne vois à proximité de cette future aire aucune école, aucun hôpital et encore moins de commerces. Ce que je vois surtout et que vous semblez reprocher aux maires des 7 villes qui contestent cet implantation, c'est que Paris a choisi d'installer ces populations itinérantes le plus loin possible de ces habitants en dehors de son centre ville. Voyez vous cher ami, le maire de Paris préfère les mettre en périphérie plutôt que d'affronter à son tour les interrogations des Parisiens. Le maire de Paris préfère envoyer ces personnes et surtout ces enfants loin très loin plutôt que de faciliter l'accès de ces mêmes enfants aux établissements scolaires (l'école la plus proche étant à 6 km de cet aire).
Honte, honte et honte oui ... mais au maire de Paris qui ne prend aucunement en compte le quotidien de ces familles, contrairement à ce que vous semblez laisser entendre.
M. Dornbusch puisque vous semblez tout savoir, tout connaître et donner des leçons à tous, dites nous, proposez nous un lieu adéquate dans Paris ? De notre côté nous proposons les batignolles ou balard au moins ils seront, au coeur de la cité, des citoyens comme tout le monde et non reclus le plus loin possible de Paris comme cela risque d'être le cas.
Voyez-vous, contrairement à ce que vous pouvez dire mon opposition à ce projet est avant tout parce qu'il dessert les gens du voyage et qu'il ne respecte pas les engagements de la Charte...
Par vos propos transformés, mensongés et odieux vis à vis de la classe politique Fontenaysienne vous vous marginalisez chaque jour un peu plus. Si votre solitude fait sourire dans votre ancien parti, elle fait désormais pitié à lire ce genre d'attaque nauséabonde.
Prenez l'air, détendez-vous mais de grâce laissez celles et ceux qui ont un projet pour notre ville discuter en bonne intelligence et sans utiliser des arguments mensongers ou simplistes.
Bon dimanche

Gildas LECOQ www.gildaslecoq.fr


Propos de M. Dornbusch :


Bonjour,

(...) Mais aujourd'hui est a marquer d'une pierre blanche ou plutot noire: pour empécher un camp de gitans d'être construit dans le Bois de Vincennes, ces messieurs dames de droite ont enfin réussi à s'unir. Pour lutter contre les gitans, les roms, les nomades et les voleurs de poule ils ont enfin réussi à comprendre l'interet de l'intercommunalité

Honte, honte et honte

Rappelons au passage que le directeur de cabinet - et âme damnée -du maire de Vincennes co-organisateur de cette manifestation de la honte, est également candidat autoproclamé de la droite locale pour 2014 à Fontenay.
_________________
David DORNBUSCH
Membre de la communauté politique LeStand

Vous trouverez ici l'intégralité du texte de M. Dornbusch : http://www.fontenay-sous-bois.fr/forum1/viewtopic.php?t=4171

18 mars 2013

Le square aux Chats est OUVERT et pourtant...

Le Square au Chats est ouvert (pas subrepticement par la porte arrière comme la semaine passée, non par la porte avant officiellement dévérouillée). Ouvert oui mais sans inauguration officielle. Etonnant ? Pourquoi diable les enfants rebelles du quartier et leurs parents n'ont-ils pas droit à la présence au grand complet d'une municipalité radieuse, aux acras froids et au discours toujours aussi percutant de notre maire ? Pourquoi donc, en effet, ces riverains ont-ils été privés d'un discours ?

Du type :

" C'est avec une grande émotion que nous inaugurons aujourd'hui le square aux Chats totalement relooké, avec une rampe pour handicapés à qui nous promettons des attractions adaptées dès que l'Etat aura fini de ponctionner les communes à cause des gouvernements Sarkozy, avec des attractions neuves (peut-être devrais-je mettre au singulier ?), des pelouses plantées avec dévouement et compétence par nos jardiniers municipaux qui ont bravé les intempéries et le mauvais état de la voirie (que la commune va remettre en état dès que l'Etat arrêtera de ponctionner les finances des communes à cause des gouvernements Sarkozy).
Nous rappelons aujourd'hui la solidarité de la commune envers les plus démunis, la cohésion municipale qui permet de remuer des montagnes et de réaliser ce magnifique équipement en un temps records (ne rentrons pas dans une querelle de dates s'il vous plaît), malgré les ronchonnages de certains opposants (ceux qui ne sont pas dans ma majorité les autres je m'en occupe...) qui ne savent que caricaturer.
A vous tous mes amis (et futurs électeurs), j'adresse mes souhaits les plus chaleureux pour que vos enfants et vous profitiez pleinement et longtemps de cet outil fantastique, véritable poumon vert et écologique dans votre ghetto de riches (oups ! mes mots ont été plus rapides que ma pensée).
Enfin, je vous fais grâce de la suite mon discours stéréotypé et je vous convie à lever ensemble le coude de l'amitié. Merci aux enfants de ne pas manger les petits cailloux blancs et de faire semblant de s'émerveiller devant les jeux qui sont exactement les mêmes qu'avant puisqu'en fait à part la rampe... rien n'a changé ! Et rendez-vous le 25 mai pour le parc des Carrières terminé depuis 6 mois au moins et, je vous le promets, les acras seront tièdes cette fois, je m'y engage (c'est dire ?).


Applaudissements de la foule en délire !"

Voilà le message reçu sur ma boîte mail ce week-end par un habitant désabusé par la conduite de ce chantier dont je vous ai souvent parlé sur ce blog. N'hésitez pas à m'envoyer vos souhaits, vos exaspérations, vos commentaires et vos informations sur notre ville.

Bonne semaine

Gildas LECOQ

13 mars 2013

Rencontre avec le président du CRIF, Richard Prasquier



Richard Prasquier, président du CRIF et Gildas Lecoq, candidat à la mairie de Fontenay-sous-Bois



Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, est venu hier à Vincennes donner, malgré le froid, la neige et le verglas, une conférence-discussion sur le thème « Juifs en France en 2013 ?... ». 
Un événement organisé par Vigil’Ance, présidée par Franck Serfati, association antiraciste qui s’appui sur le triptyque Je défends, j'instruis, j'informe pour faire passer par le dialogue la nécessité d’une société républicaine apaisée où doivent pouvoir vivre toutes les communautés. Richard Prasquier a rappelé, devant un public essentiellement composé de Vincennois, Fontenaysiens et Saint-mandéens, la nécessité d’être vigilant sur les actes antisémites, mais aussi de travailler de concert avec les autres communautés afin de ne stigmatiser personne à cause des agissements d’une minorité d’individus. En introduction le Maire de Vincennes, Laurent Lafon avait rappelé la nécessité d'écoute que les élus doivent porter à toutes les communautés qui au final composent nos communes. Une conférence instructive avec des interventions du public très pointue. 
J'avais pu, en amont de cette conférence, accompagné de représentants de la communauté juive du Val-de-Marne et de membre de mon équipe, rencontrer en tête à tête Richard Prasquier et aborder avec lui des problématiques plus locales afin de recueillir son sentiment et son regard. Une rencontre constructive et enrichissante au cours de laquelle le président du CRIF a rappelé combien l'engagement donné par le maire de Fontenay de donner le nom de Germaine Tillion à une rue de notre ville devait être tenu en hommage à cette grande dame.

11 mars 2013

Square aux Chats... quand les enfants font la révolution !


Indignez-vous, écrivait Stéphane Hessel, qui vient de nous quitter et dont la mairie s’empresse à donner son nom à une rue de notre ville alors que celle destinée à porter celui de Germaine Tillion n’est toujours pas trouvée 5 ans après sa disparition... Mais là n’est pas le sujet ! Indignez-vous donc tel pourrait être le titre de post au regard des événements du week-end dans le square aux Chats, ou comment les enfants de Fontenay ont célébré l’arrivée trop rapide du soleil en suivant les conseils de Stéphane Hesse.


Interdit aux enfants depuis plus de 6 mois pour des raisons toujours aussi obscures que surprenantes, ce square qui n’en finit pas d’être fermé a vécu samedi un assaut en règle de la part des enfants du quartier. Au départ, c’est un bambin d’environ 5 ans qui, aidé par son papa, a ouvert la porte arrière du square. Facile, il suffisait de pousser le pêne, les derniers intervenants dans le square ayant tout simplement oublié de fermer à clé. Très vite l'information circule rapidement et en une heure, 50 enfants s'ébattent et 50 parents les surveillent. Notre square était ouvert mais toujours pas rouvert ! Pourtant les enfants s’en sont donnés à cœur joie sur les pelouses toujours pas replantées…


 
Commentaire d'un papa : « Mais qu'est-ce qu'ils ont fait dans le square depuis tout ce temps ? Mêmes appareils, juste une allée de plus, et cette rampe ! Franchement attendre aussi longtemps pour cela c’est vraiment surprenant… ». Plus loin un professionnel du jardinage expliquait que vue la surface du square des rouleaux de pelouse auraient été plus simple à poser et permis que ce square rouvre rapidement !


Là une maman commentait le choix des graviers blancs : « Vraiment très mauvais pour nos chaussures et celles de nos enfants, je ne comprends pas ce choix ! »


Indignez-vous qu’il disait et bien samedi après-midi les enfants avaient repris leur square toujours fermé au public. Pendant ce temps, les parents s’indignaient véritablement devant le résultat peu satisfaisant de ce square qu’on annonçait pourtant comme l’une des grandes révolutions du quartier… 
Sans doute que d'ici sa "réouverture officielle" (dont on attend la date !) la mairie va-t-elle mettre les petits plats dans les grands pour contenir cette "révolution des enfants" que l'on entend déjà chantonner "On ne lâche rien, on lâche rien, on lâche rien...". A un an des municipales le changement est en marche et la révolte gronde ;-) !



08 mars 2013

Photo de la semaine : No Comment !


Le 9 avril 2005, le maire de Fontenay-sous-Bois signait une charte ville handicap accompagnée d'un plan d'engagement afin de réaffirmer la place de la personne handicapée en tant que citoyen de la ville. Cette charte a été élaborée avec les membres de la commission handicap et co-signé avec les partenaires de la ville : l'éducation nationale, le conseil général du Val de Marne, l'anpe, l'office municipal des sports, l'OPAC 94, Logirep. 

Parmi les engagements il y avait ceux-là !

  















8 ans après on voit cela dans nos rues... rien à ajouter !





















 

04 mars 2013

Le vœu de la discorde

Lors du conseil municipal du 28 février, après le débat d'orientations budgétaires 2013, alors qu'il est déjà plus de 23h et que tous les membres commencent à bailler, arrivent les vœux.
Lors des conseils municipaux de Fontenay, les vœux sont souvent des moments de "grand n'importe quoi" mêlant tour à tour la situation politique nationale, la situation dans des pays du Tiers Monde ou bien encore les revendications des syndicats de l'éducation nationale envers leur ministère de tutelle mais concernent rarement la ville de Fontenay.
En règle générale les diverses composantes de la majorité municipale se mettent d'accord avant le conseil et votent comme un seul homme le vœu
Ce 28 février, dans la continuité des désaccords de plus en plus marqués entre les divers groupes de gauche, le vœu proposé par les Verts sur l'aménagement du carrefour Carnot et de ses environs a bien du mal à entraîner l'adhésion de l'ensemble des élus de la majorité. Pendant le conseil nous pouvons constater que des conciliabules ont lieu entre les Verts et le PC et que le ton monte.
La raison en est simple : le vœu critique ouvertement la gestion de l'aménagement et de la sécurisation de cette partie de Fontenay par le Conseil général puisqu'il s'agit d'une voie départementale.
Or pour le PC pas question de critiquer le Conseil général dirigé par ce même parti.
Il y a déjà eu un mort, il risque d'y en avoir d'autres, mais le Conseil général est irréprochable !
On peut à loisirs interpeller le gouvernement, tel ou tel ministre (un peu moins depuis que la gauche est au pouvoir), tel ou tel pays, etc… mais pas question de toucher au Conseil général.
Il est vrai qu'il fait maintenant partie des "espèces protégées" puisqu'il reste l'un des deux derniers Conseils généraux a être sous le joug du PC.
Résultat du vote : un vœu adopté par quasiment tout le conseil municipal à l'exception du PC !
A noter : sans le vote des groupes d'opposition et de notre groupe en particulier le maire et son groupe n'aurait pas été en minorité...
C'est la première fois que cela arrive ! Notre maire commence à se poser beaucoup de questions et n'est plus aussi serein pour 2014.
Pour mémoire, de manière générale notre groupe ne prends pas part au vote des voeux qui sont, comme indiqué ci-dessus, souvent sans lien avec Fontenay ou qui inclus des postures idéologiques que nous ne pouvons cautionner même si parfois nous pourrions approuver le fond.
Depuis le début de la nouvelle mandature, nous avons voté deux vœux : celui d'hier mais aussi en décembre un autre, présenté à notre initiative qui est d'ailleurs le seul jusqu'à présent à avoir fait l'unanimité (Tout le conseil a voté pour). Il s'agissait d'un vœu sur notre refus de voir disparaître le tronçon dit « orange » du futur Grand Paris Express menant de Champigny-centre à Rosny-Bois-Perrier et devant desservir notre ville en gare de Val-de-Fontenay."


Martine Riou