30 septembre 2013

Un week-end de proximité(s) !

Le temps maussade n'aura pas eu raison de notre détermination à aller à la rencontre des habitants. Ce week-end nous a permis, à Brigitte Martin, les membres de notre équipe et à moi-même, d'aller toujours plus encore à la rencontre des habitants de notre ville. A chaque fois l'accueil est sympathique, chaleureux et souvent emprunt d'un grand soulagement ! 

A l'occasion de la fête de l'Automne du quartier Dalayrac, Laurent Lafon, maire de Vincennes est venu en voisin nous soutenir et nous encourager. 
Dans l'après-midi nous sommes allés à la rencontre des habitants du "Plateau" sur le marché de Verdun, où nous constatons mois après mois la perte de vitesse de ce marché pourtant si important pour l'animation et la vitalité commerciale.
 
Enfin après le traditionnel vernissage de l'exposition ArtCité, nous nous sommes rendus à l'apéritif offert par les commerçants du Village, dont l'association renaît pour le plus grand plaisir des habitants mais aussi pour la défense du commerce de proximité que nous soutenons évidemment.
L’une des missions d'une ville est de mettre en œuvre les actions œuvrant à la dynamisation de la vie économique locale, en étant à l’écoute des commerces et des artisans locaux notamment et des entreprises également, c'est en tous les cas notre vision pour Fontenay.

Par son nombre et sa diversité, le petit commerce, en plus de répondre aux besoins des habitants, peut jouer pleinement son rôle d'animation et de lien social ; composante essentielle de la qualité de la vie, il contribue à donner aux quartiers un esprit de village généralement apprécié de ceux qui l'habitent et de ceux qui y travaillent. Soutenir efficacement le commerce de proximité dans tous les quartiers, voilà l'un des axes de notre projet pour Fontenay, axe qui sera forcément lié étroitement avec des réaménagements urbains facilitant l'accès et le stationnement aux visiteurs.
 

27 septembre 2013

Au dernier conseil ... jeudi 26 septembre

Une chose est sûre la tension était bien là, hier soir à l'occasion de ce conseil de rentrée. Une fois encore, le maire (élu depuis 1977) avait du mal à garder son calme, tout comme son premier adjoint, qui, je dois l'avouer, tenait une forme magnifique ! 

La première banderille visait le camarade socialiste Patrice Bédouret, taxé (gratuitement) de "populiste" et de "menteur", au détour de la première prise de parole du "maire-sortant-candidat" ! Avant la clameur du public il y eut un silence profond, comme au moment où un boxeur se prend un coup qu'il n'avait pas venu venir... Le match pouvait commencer le "maire-sortant-candidat" venait de lancer les hostilités !

Le conseil se déroulait normalement (enfin, façon de parler, vu que le nombre d'erreurs de procédure était incalculable). Nous proposions, par la voix de Christophe Esclattier, de geler l'augmentation des tarifs du quotient familial, justifiant ce choix par la période compliquée économiquement et fiscalement pour les ménages français et donc aussi fontenaysiens. Mais la majorité vota une fois encore un ajustement sur l'indice des prix à la consommation soit +1,9% cette année ! Le matraquage n'est plus seulement national il est aussi local...

Il y eu ensuite une grosse, grosse, mais vraiment grosse, colère de M. Clerget 1er adjoint au maire, qui cria (oui oui) à destination de ses futur-ex-futur-ex-meilleurs-amis (ou pas) "continuez comme cela et nous allons nous faire piler par la droite"... Le lettré, élu socialiste, M. Bénédict lui rétorqua assuré de sa victoire "mais non puisque la gauche gagnera" (enfin il pensait à la sienne de gauche pas à celle de son camarade plus à gauche) ! A ce moment là de ce compte rendu, je t'avoue, ami lecteur, qu'il faut vraiment bien connaître l'ensemble des nuances politiques de ce conseil pour tout comprendre ! Bref les socialistes semblent sûrs de leur victoire (ils peuvent rêver !) quand les communistes, eux, commencent sérieusement à sentir la défaite leur chatouiller les oreilles...

Puis il y eu le point n°10 à l'ordre du jour, celui dont je vous avais parlé hier ICI. Notre groupe a voté favorablement appelant simplement l'attention des fontenaysiens sur la correspondance entre le lancement de cette énième étude et les échéances électorales à venir (il ne faudrait pas nous prendre pour des perdreaux de l'année tout de même)... Vous connaissez notre avis désormais sur la requalification, nécessaire, de ce centre commercial. Il faut de l'ambition, de l'audace et du courage ce qui a cruellement manqué depuis quelques années maintenant.

Murielle Michon, élue socialiste à l'économie, et peut être, si j'en crois les bruissements, future candidate dissidente, prit la parole pour exprimer son avis. M. le Maire lui répondit alors de façon véritablement discourtoise, rappelant ses absences régulières et durables... Je dois dire que la politesse et l'élégance n'étaient pas au rendez-vous de cette saillie verbale, ni la défense du droit des femmes d'ailleurs...

Au climat délétère de ces dernières semaines, la tension venait de s'inviter. De notre côté notre groupe qui s'agrandit, chaque jour, rencontre également sur le terrain, des femmes et des hommes venant d'horizons différents mais partageant le même désir de changement. L'envie de passer du XXe au XXIe siècle et de concentrer notre projet sur le quotidien des fontenaysiens, comme je l'écris depuis plusieurs mois maintenant sur ce blog, sont au cœur de cette campagne électorales. Ils sont  tellement inscrits que nos concurrents socialistes en viennent même à utiliser notre propre verbatim dans leurs écrits et discours... j'y vois un hommage que la politesse m'oblige à mon tour de saluer.


26 septembre 2013

Requalification du centre commercial des Larris

A l'ordre du jour du Conseil municipal de ce soir, un point semble noyé au milieu du programme de la soirée. Le point numéro 10 qui s'intitule "Requalification du centre commercial des Larris - convention de mandat entre la Ville et Marne au Bois Aménagement - SPL". Noyé mais suffisamment visible pour que la majorité municipale conduite par M. Voguet puisse une fois encore faire croire qu'elle s'intéresse au devenir du quartier des Larris ! Et pourtant quel manque d'ambition...

C'est une note de quelques lignes dans un flot de notes alors que ce devrait-être un projet mobilisateur de toutes les énergies ! Un véritable projet de ville... A quelques mois des élections le maire a nécessairement besoin de faire croire qu'il s'intéresse aux Larris, je peux le comprendre tant la situation urbaine est dans un état d'abandon, alors il nous sort du chapeau une énième étude histoire de calmer le monde. Et que dit cette note ?
Avec Brigitte Martin et Martine Riou lors de notre passage à la fête des Larris

D'abord que malgré les interventions entreprises dans le passé notamment sur le centre commercial celle-ci "présente encore un ensemble de dysfonctionnement qui en font aujourd'hui un lieu en grande difficulté d'un point de vue économique, social et urbain" ! Autant de lucidité fait plaisir dommage de ne pas reconnaître en être en partie le fautif mais bon... L'objet de ce nouveau projet ? Confier à la SPL une mission "d'études de faisabilité urbaines, techniques, architecturales, commerciales et financières ". Encore une me direz-vous après le projet Anru laissé aux oubliettes, le ^plan-guide d'aménagement urbain, le schéma directeur des déplacements etc...

Les Larris méritent un big-bang urbanistique, une attention particulière et forte. Un investissement lourd et durable plutôt que des kyrielles d'études pour accoucher d'une souris...

Il est évident que ce soir notre groupe votera cette délibération mais franchement comment peut-on réellement croire le maire quand on voit cette nécessité d'action depuis si longtemps. Il est grand temps que Les Larris se réveillent...

24 septembre 2013

Redonner du dynamisme à nos quartiers (Les Larris)

Samedi matin, nous sommes allés, Brigitte Martin et moi-même, entourés d’une partie de notre équipe, à la rencontre des commerçants et des habitants des quartiers Dalayrac et Parapluies. Le bilan est triste et sans appel, qu’ils soient artisans, commerçants ou habitants, nos interlocuteurs dressaient tous le même constat, cette ville a perdu son âme, son attrait, chacun regrettant le manque de dynamisme et d’intérêt de la part de l’actuelle majorité municipale.

L’après-midi, c’est aux Larris, à l’occasion de la fête de quartier que nous nous sommes rendus. L’ambiance y était festive mais malgré leur énergie et leur volonté de faire vivre leur quartier les habitants tiraient la même conclusion. « Soutenir Les Larris, ça n’est pas subventionner des associations pour continuer à occuper des locaux commerciaux qui se vident » soulignait très justement un habitant, « Il faut  redonner du dynamisme au quartier ! Ici les jeunes veulent un emploi et on leur répond déposez un CV. On a vraiment l’impression que tout le monde s’en fiche ». Pourtant l’énergie et l’envie sont bien là, à l’image des associatifs qui œuvrent au quotidien ou par exemple des nouveaux propriétaires du café qui mettent leur enthousiasme au service du quartier.

Dans le futur, et compte tenu du contexte économique mondial et local, l’action sociale vis-à-vis de nos jeunes notamment, devra être totalement repensée pour faire place à un véritable accompagnement mettant en synergie les travailleurs sociaux mais aussi les acteurs économiques du territoire, en simplifiant le mille-feuille déjà existant, en adaptant notre organisation municipale. Services sociaux, service de la jeunesse, service de l’action économique, mission locale pour l’emploi des jeunes ont, de fait, un rôle majeur à jouer et nous devrons forcément revoir le niveau de notre participation pour leur permettre de renforcer leur action et leur synergie.
Au-delà de l’accompagnement, il y aura aussi des actions concrètes à mener en termes d’animation et d’aménagements urbains. La dalle des Larris, par exemple, manque cruellement d’éclairage public (la mairie dit pourtant s’en charger depuis… toujours !), le nettoyage est défaillant, la présence policière trop parcimonieuse (je ne parle pas des contrôles d’identité mais simplement de rappeler les usages de vie en collectivité et de rassurer les habitants : port du casque à moto, bruits nocturnes, rappel à l’ordre…). En matière de cheminements piétons et cyclistes, ils ne sont pas définis sur la dalle, mettant en danger les enfants qui peuvent y jouer, les habitants qui se promènent dans le centre commercial. Bref plus que des micros actions c’est un véritable projet de réhabilitation qu’il conviendra de consacrer à ce quartier à la mixité enrichissante et positive et qui attend énormément des pouvoirs publics. Oui passer enfin au 21e siècle c’est savoir agir dans nos quartiers, dans tous nos quartiers avec le même désir, celui de réveiller enfin notre ville.

19 septembre 2013

Inauguration de la permanence


Mardi 17 septembre, Valérie Pécresse et Maurice Leroy, anciens ministres tous les deux, sont venus inaugurer la permanence de l’équipe « Ensemble, réveillons Fontenay » (111, rue Dalayrac) en présence d’une foule nombreuse et chaleureuse malgré la pluie. Parmi les personnalités présentes on pouvait noter la présence du Sénateur Maire de St Maurice, Christian Cambon, Laurent Lafon Maire de Vincennes et conseiller régional d'île de France et de Didier Gonzales et Patrick Beaudouin, respectivement maire de Villeneuve-le-Roi et de St Mandé. 

« Si nous organisons cette réunion dans la rue ce soir, c’est pour montrer que nous n’avons pas peur du combat politique qui s’annonce, et qu’ensemble nous nous engageons sur le chemin de la reconquête » a annoncé Gildas Lecoq en introduction de son propos qui déclinait le slogan de sa campagne.

« Ensemble, nous voulons réveillez cette ville »


ENSEMBLE
« Ensemble, nous voulons réveillez cette ville. Ensemble, parce que nous avons fait le choix il y a un peu plus d’un an maintenant de nous unir. Ce soir nous ne parlerons pas de l’UDI ou de l’UMP, mais seulement de notre désir de changement pour cette ville, car notre seul parti c’est Fontenay. Ensemble, ce sont des femmes et des hommes engagés qui forment ce groupe renouvelé, dynamique et représentatif de cette ville. Des femmes et des hommes venant d'horizons divers qui ont un seul dessein pour leur ville, celui d’additionner leurs nuances pour faire gagner Fontenay. »

REVEILLONS
« Réveiller Fontenay, c’est conduire enfin cette ville dans le XXIe siècle, proposer un projet novateur et pragmatique répondant aux attentes des habitants, c’est prendre en considération le quotidien de chacun et agir. Réveiller Fontenay c’est faire preuve d’audace pour cette ville, lui redonner de l’ambition et une attractivité qu’elle a perdue depuis trop longtemps. Réveiller la ville c’est proposer enfin un projet nouveau, moderne, exemplaire et pragmatique »

FONTENAY
« Fontenay c’est la belle endormie, une ville hélas grise à l’image de ce temps ce soir. Fontenay c’est une ville qui fait perdre tout sentiment d’appartenance à ses habitants. Pourtant Fontenay est une ville agréable, riche de ses spécificités, une ville non pas mixte comme nous le font croire les élus de la majorité mais une ville composée voire décomposée qui mériterait une attention commune à chacun, à chaque quartier. Fontenay c’est une ville bouillonnante d’énergie mais en perte d’idées, d’énergie et surtout divisée dans son exécutif. »

Brigitte Chambre-Martin a, quant à elle, invité « les Fontenaysiens à oser », soulignant ensuite « qu’oser c’est gagner ! S’engager pour Fontenay, c’est s’engager dans notre diversité en rassemblant nos valeurs pour que les choses changent dans cette ville. C’est aussi s’engager pour l’avenir et l’espoir de nos enfants, s’engager, à rejoindre ce groupe dynamique et volontaire, à venir dans cette permanence qui sera un lieu d’échange et de dialogue, un lieu de reconquête. »

Maurice Leroy et Valérie Pécresse ont pour leur part encouragé cette équipe chaleureusement. « Vous devrez aller voir chaque électeur, frapper à leur porte, aller à leur rencontre » a souligné Maurice Leroy. « Je connais l’énergie de Gildas, je salue sa capacité d’analyse, et lui reconnaît une qualité celle de respecter ses adversaires et notamment l’ancien maire Louis Bayeurte (Maurice Leroy est un ancien communiste). Une campagne électorale se gagne de façon organisée et méthodique, je sais que Gildas saura mener ce challenge ! ». Valérie Pécresse, pour sa part, a souligné que « toute ville est gagnable si une union se forme autour d’un candidat de qualité et bénéficiant de soutiens. C’est le cas de Gildas Lecoq. Les Municipales sont importantes,  car elles constituent les petits ruisseaux qui se transformeront en grandes rivières au niveau régional. Vous pouvez gagner cette élection et changer le visage de cette ville. Je me souviens encore de la bande de jeunes loups qui avaient décidé de s’attaquer aux villes de l’ouest parisien il y a plusieurs années. Ils ont conquis Suresnes, Puteaux, Issy les Moulineaux…. Et aujourd’hui les habitants de ces villes sont bien loin de regretter leur choix d’avoir fait confiance à cette nouvelle génération ».

17 septembre 2013

Un patrimoine à préserver

J'ai, comme un très grand nombre de Fontenaysiens, participé aux Journées européennes du Patrimoine à Fontenay.

Après l'excellente visite commentée de l’Église St. Germain l'Auxerrois, j'ai pu visiter le quartier du Village ! Fausses fenêtres en façade pour éviter l'impôt, poulies au fronton des maisons pour acheminer la farine ou les fourrages dans les greniers, vestige d'une des dernières fermes, la visite nous a permis de découvrir toute la richesse d'un patrimoine bâti que le quotidien nous empêche parfois de regarder plus attentivement. Le patrimoine bâti fontenaysien est une composante majeure du paysage urbain et de son identité. Protégé et entretenu il pourra participer à son attractivité et ainsi au réveil de certains de nos quartiers. Cela pourra se faire par la création d’une Aire de mise en valeur du patrimoine (AVAP)
, à l'état de projet depuis trop longtemps dans notre ville, afin de préserver le caractère patrimonial de certaines habitations. De même, nous engagerons à développer un dispositif exceptionnel d’aides techniques, administratives et financières afin d’initier la mise en œuvre d’une campagne de ravalements (il s’agit d’inciter progressivement à un entretien durable des immeubles plutôt qu’à de lourds et coûteux travaux de restauration). Enfin nous déploierons également l’ensemble des leviers administratifs et financiers, qui permettront d’aider propriétaires et locataires, afin d’accélérer la réhabilitation des logements anciens, de lutter contre l’habitat indigne et de préserver ce caractère si typique de Fontenay (Opération programmée d’amélioration de l’habitat – OPAH,…).


Si notre ville est dotée de nombreux atouts, Fontenay doit enfin s’adapter à son époque et devenir une ville exemplaire en matière de qualité de vie, la préservation de son patrimoine y participe activement.

12 septembre 2013

Retour au parc des Carrières, trois mois après son ouverture



En juin dernier, la municipalité avait déployé les grands moyens à l'occasion de l'inauguration du Parc des Carrières. Pensez donc, terminé depuis des mois, l'ouverture au public avait été reculée pour permettre à la flore et à la faune de s'y installer. Il y avait des fleurs, et le parc semblait, par endroit, prendre un air de fête.


Un air de Fête par endroit seulement, parce qu'on pouvait déjà constater quelques problèmes le lendemain même se son ouverture !

Mais aujourd'hui, les fleurs se sont fanées, laissant apparaître encore davantage les dégradations multiples et la difficulté pour les équipes d'entretien de tenir la distance.
Dès l'entrée le visiteur est saisi par une impression de saleté, qui hélas, va se confirmer par la suite.
Les bancs sont très sales, parce que le dossier sert de siège, et que le siège sert de paillasson. Et la plupart arborent quelques décorations ...

Même les bornes lumineuses n'y ont pas échappé

Quant au petit pont de bois, déjà bien abîmé par le feu d'artifice initié lors de l'inauguration, lui aussi a eu sa dose de tags.


Mais, surprise, il semble y avoir eu un début de prise de conscience du caractère dangereux pour les jeunes enfants des abords du pont, des talus en pente raide vers la " rivière sèche ". Quelques mètres de palissades ont été posés, mais peuvent être aisément contournées. Le tout laisse un sentiment d'improvisation ou de rafistolage !

Du côté des jeux des enfants, là aussi, des ordures près des bancs.

Pourquoi les poubelles sont-elles si peu nombreuses, et surtout aussi éloignées des bancs ?
Et puis le géotextile, sensé retenir les graviers et le sable sous les jeux, semble déjà ne plus tenir.
Il faut espérer que les géogrilles qui nous ont été présentées lors de l'inauguration, ont été mieux fixées.

Du côté des végétaux, il y a ceux qui poussent en liberté, et les autres : sur le talus au sud, les plantations ont crevé, et des pieds de vigne ont disparu.

Une dame avec un chien tenu en laisse se demande si les chiens sont admis, elle ne comprend rien à la signalisation : Les pictogrammes sont très petits. Un grand panneau a été ajouté à l'entrée près du bowling, mais le " règlement général " semble contredire les panneaux.

Lecture attentive du fameux règlement : Il date de 2010, et ne semble pas vraiment adapté au nouveau parc.
J'y apprends qu'un autre parc est fermé le lundi pour entretien celui-là a bien de la chance d'être entretenu !
Intéressants aussi, les " droits et devoirs des usagers " : si tout cela était respecté, les problèmes décrits ci-dessus n'existeraient pas, mais ...
Le meilleur est à la fin : " L'utilisation de pétards et feux d'artifice est interdite ". Faut-il rire ou pleurer ? J'hésite en pensant au petit pont de bois et au faste de la soirée inaugurale.
La dernière phrase se veut  rassurante : " Les agents de la force publique et les agents municipaux sont chargés de la bonne application de ce règlement ". Si c'est écrit et signé par le Maire, ça doit être vrai !

Ce parc, qui nous a pourtant été présenté comme une belle réussite, est à l'image de la ville : triste, peu entretenu, pas surveillé. Dommage !
On peut comprendre la nécessité écologique du parc, mais son état, trois mois après son ouverture, est un désaveu flagrant !
Qui dit écologie ne dit pas forcément abandon et négligence !


Avec Geneviève Louicellier-Calmels


04 septembre 2013

Mes vœux pour la communauté juive de Fontenay


C’est toujours avec le même plaisir que je souhaite sincèrement m’associer à ce moment de fêtes que célèbre la communauté juive de notre ville. A l’occasion de Roch Hachana et quelques jours avant la fête de Yom Kippour, je tiens à adresser à chacune et chacun d’entre vous tous mes vœux.

Je connais l’importance de ces moments de partage où chacun conjugue recueillement et réflexion, où l’on s’interroge sur sa place, son rôle dans la communauté, dans la cité ou dans le monde. Cette période sacrée est aussi propice aux réconciliations qui scellent, à mon sens, la force, la beauté et la richesse d’esprit d’une communauté capable ainsi, chaque année, de repartir avec le secret espoir de bâtir un monde meilleur.

Que cette nouvelle année 5774 apporte à la communauté de Fontenay la quiétude et le respect de l’autre, à notre pays la force d’affronter l’inconnue de cette crise économique et sociale et au monde la paix tant espérée !
Le Chana Tova Tekatevou, puissiez-vous être inscrits pour une bonne année.

03 septembre 2013

Pour une campagne respectueuse des candidats... et des électeurs !

J'ai été destinataire d'un projet d'acte d'engagement pour une campagne démocratique et respectueuse proposé par le candidat Patrice Bédouret (PS). Je me félicite de cette démarche à laquelle je souscris sur le principe évidemment, ayant été moi même, ainsi que certains membres de mon équipe, les victimes de "hasards" moins folkloriques qu'il n'y paraît.

Toutefois, si le candidat sortant, JF Voguet, maire de Fontenay, après 37 années de mandat (50 si vous y ajoutez ses années au conseil général et au Sénat), n'est pas prêt à signer cet acte d'engagement la démarche n'aura aucun effet. C'est donc dans cet esprit que j'ai hier répondu au candidat Bédouret après lui avoir expliqué mes motivations de vive voix.

Courrier adressé à Patrice Bédouret


La réaction du candidat sortant Voguet que j'ai pu lire dans la presse ce matin m'interroge :

Article dans Le Parisien du 3 septembre 2013

- soit il n'est plus conscient de cette tension malsaine et palpable qui règne dans la ville en ce début de campagne et reconnaît donc être complètement déconnecté de la réalité de sa ville, 

- soit en refusant de signer cet acte symbolique il accepte au contraire ce climat délétère et là les fontenaysiens doivent véritablement s'interroger sur sa conception de la vie politique locale.
Enfin l'insistance de son collaborateur à souligner une fois encore que le dossier de l'A86 ne pourrait souffrir d'aucune critique est surprenante compte tenu du sujet initial de l'article...

Pour ma part j'attends donc que monsieur Voguet se réveille, constate le climat qu'il laisse s'installer dans sa ville en ne le dénonçant pas, et paraphe cet acte d'engagement, proposé par son adjoint candidat à l'élection municipale, pour le signer à mon tour enfin.


Gildas Lecoq
Ensemble, réveillons Fontenay

www.gildaslecoq.fr