26 octobre 2013

Décès de Jean-Marie Barbier, ancien président de l’Association des paralysés de France

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès, le 22 octobre dernier, de Jean-Marie Barbier, président de l’Association des paralysés de France de mars 2007 à avril dernier, des suites d'une atteinte cérébrale.  

Militant engagé, président charismatique, Jean-Marie Barbier avait dédié une grande partie de sa vie à la défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille.

Nous adressons à sa famille et à l'Association des paralysés de France nos sincères condoléances. Marc Riguidel, membre de notre groupe ENSEMBLE, réveillons Fontenay, membre de l'APF, nous représentera lors des obsèques de Jean-Marie Barbier lundi prochain en l'église d'Ormesson.
Le travail pragmatique mené par Jean-Marie Barbier, hier, et l'APF au quotidien auprès de nos communes est nécessaire et indispensable pour permettre l'accessibilité de la cité à tous. Une ville accueillante se doit d'être, en effet, ouverte et accessible à tous. C'est dans cette optique qu'elle doit mobiliser tous les moyens afin que les personnes en situation de handicap puissent bénéficier d'une accessibilité entière et autonome à la cité (abaissés de trottoirs, mise à niveau des arrêts de bus, accessibilité aux équipements publics, aides à la mise en accessibilité les commerces, adaptation du site internet municipal,…), c'est en tout les cas notre désir.

14 octobre 2013

Coup de Théâtre pour un théâtre à quel coût ?

D’abord il y a eu une double page dans le magazine municipal. On faisait témoigner des personnalités du spectacle qui forcément exprimaient leur désir de voir une salle de théâtre s’ouvrir dans notre ville. Evidemment au détour de la note budgétaire 2013, il y avait bien cette mention « Préfiguration du théâtre dans le quartier de la Redoute avec les habitants et des artistes de la ville » mais le chiffre annoncé n’était égal qu'au montant d’une énième étude et le projet d’ensemble n’avait véritablement pas été développé en tout cas pas avant la commission culture de ces derniers jours. Aujourd’hui la presse locale (Le Parisien) annonce le lancement d’un concours d’architecte (sans délibération et vote quand aux membres du conseil qui devront siéger dans le jury !). Étrange "coup de théâtre".

Il faut dire que le théâtre c’était un peu l’Arlésienne, on agitait ce projet pour garder dans la majorité certains élus tout en rassurant les autres par de subtil « n’ayez crainte ce n’est qu’une étude ». Ce qui en langage Fontenaysien voulait bien dire… ça n’aboutira jamais !

Avant propos. Que l’on ne me taxe pas d’anti-théâtre (je préfère le dire et l’écrire tant M. le Maire et certains de ses élus ont la fâcheuse tendance ces derniers temps de penser et d'imaginer pour moi...), j’ai travaillé durant presque 5 ans dans plusieurs salles de théâtre parisiennes de la fonction de contrôleur à comédien, en passant par assistant metteur en scène. Je crois donc être bien placé pour connaître toute la beauté et les émotions que cet art procure mais aussi pour comprendre toute la difficulté de ce monde et de son économie car le problème est surtout là !

Non la création d’une nouvelle salle dédiée au théâtre à Fontenay-sous-Bois n’est pas une bonne nouvelle, ni même une bonne idée.

D’abord quand une ville souhaite créer un équipement public nouveau, elle s’assure de plusieurs choses et dans cet annonce, nous n'avons vraiment pas l'impression que le dossier a été bien préparé.

Le besoin. La première c’est que sa population, qui va en payer une partie par l’impôt, soit en attente de la construction d’un tel équipement. Je n’ai, depuis le lancement de ma campagne, il y a un an, jamais, en matière culturelle, entendu un habitant me dire que la ville manquait d’un théâtre. Ne jouons pas sur les mots, au-delà du théâtre une salle de 350 places pouvant accueillir des spectacles n’est pas une attente de la population et même de la majorité des associations culturelles.

L’offre existante. La deuxième question à se poser, c’est de se demander, si une salle existante ne peut servir pour accueillir de tels spectacles. A lire les échos sur cette question, il me semble que la salle Jacques-Brel (qui a le mérite d’exister) peut encore faire l’affaire à condition, sans doute, de la rénover et de l’adapter aux pratiques actuelles du spectacle.

Le principe de réalité. Faire de la création théâtrale coûte très cher et une salle de 350 places mal desservie en transport en commun aura bien du mal à rentabiliser ses spectacles quand certains théâtres parisiens ont bien plus que du mal. La ville à l’heure de l’inter-communalité pourrait si elle le souhaite vraiment développer l’offre théâtrale en se rapprochant de Nogent ou d’autres villes si elle veut réduire ses coûts de production mais encore faut-il qu’il y ait une demande du public (là on en revient à la première question). Ou alors ce théâtre n’aura vocation qu’à louer des spectacles… et là une vraie et utile réhabilitation de Jacques-Brel suffirait.

Le coût. On annonce 15 millions d’investissement non inscrit dans le budget 2013, puisque seuls les crédits de préfiguration sont inscrits (à savoir rien ou presque…). On parle de 500 à 600.000 euros de fonctionnement hors frais de production ? rien n’est vraiment indiqué.

Le moment. Annoncer cela à la veille d’une échéance électorale importante dans une ville est surprenant. Soit c’est le moyen de garantir aux rares élus non communistes de rester dans le groupe du maire. Soit ce concours n’aboutira pas (ce qui, à mon avis, serait la meilleure solution). Soit c’est la politique de la terre brûlée (et là…).

Bref à l’heure où la ville pour se désendetter a faiblement investi durant de trop longues années, ces 15 millions pourraient servir à beaucoup mieux : réhabilitation de la salle Jacques-Brel, rénovation de la halle Moreau-David, rénovation des nombreux équipements publics sportifs, culturels ou scolaires qui eux en ont vraiment besoin et dont on sait, de plus, qu’il y a une véritable attente de la part de la population. Mais il est vrai que cette ville est gérée, non pas en écoutant ses habitants, mais bien en leur imposant une vision dépassée et des choix datant d’une autre époque.

12 octobre 2013

JF Voguet : du mensonge à la sortie de route !

Samedi 5 octobre, le maire sortant Jean-François Voguet lançait sa campagne officielle ! Si tôt ? s'étonnaient certains habitants. Enfin ! soufflaient certains militants lucides sur le bilan de ce mandat. Le constat est simple : en très grande difficulté, le candidat sortant va devoir batailler s'il veut conserver ce bastion acquis depuis 1965, et pour cela il va avoir besoin de temps pour rattraper son retard.


Jusque là tout va bien...

Pour lancer sa campagne, le maire n'a pas lésiné sur les moyens, pour montrer combien il est apprécié. Celui-ci a donc présenté un petit film promotionnel à sa gloire ! C'est à la 3e minute de ce film que les choses ont commencé à dérailler... Pourquoi ? tout simplement parce que l'équipe de campagne n'a pas trouvé mieux que d'interviewer le responsable d'un service municipal de Fontenay, se mettant, dès lors, en infraction avec le code électoral, interdisant à un agent rémunéré par une collectivité à prendre publiquement part à la campagne électorale qui la concerne (notre groupe a d'ailleurs informé M. le Préfet de ce contournement de la loi). Évidemment, cette personne est libre de soutenir qui elle veut, je ne conteste nullement cela, mais à partir du moment où elle est rémunérée par la ville (et donc par les contribuables fontenaysiens), elle ne peut en aucun cas sortir de son devoir de réserve et ainsi afficher publiquement son soutien au maire (soutien qui apparaît également sur le site du candidat).

Des mensonges comme arguments !

Le discours qui suivit ce film est aussi surprenant. Extraits.

" Alors, où en est-on du point de vue politique et des forces en présence ?
On le sait, la droite veut faire des élections municipales la première étape de la reconquête du pouvoir. Elle est hargneuse et déterminée.
A Fontenay, elle est unie et a changé de leader : elle présente le directeur de cabinet du maire de Vincennes.
Son projet : le libéralisme, Fontenay — qu’il veut réveiller ! — livrée aux promoteurs, la privatisation des services publics, la vente de logements sociaux, le stationnement payant pour les Fontenaysiens, la densification de la ville, la fin des centres de vacances pour les enfants ..."

Impressionnant ! Mais pendez-donc ce Lecoq qui veut tout casser !

Quand on se présente, après avoir siégé durant plus de 36 ans au conseil municipal de sa ville, l'usage des "vieilles méthodes", qui décrédibilisent la vie politique et empêchent le débat de fond, devrait être prohibé. Dans son portrait scandaleux, Jean-François Voguet a donc utilisé le mensonge comme argument premier et la démagogie pour habiller sa faute. Un peu avant il avait annoncé la couleur " (...) Vous connaissez nos pratiques, nos convictions, nos valeurs …".

Certes j'en avais déjà eu un avant-goût depuis longtemps, mais là, Monsieur le Maire, il va falloir étayer vos propos tant sur la question de l'urbanisme, du logement, du stationnement ou des centres de vacances.

Dire et écrire de tels mensonges relève bien d'une pratique scandaleuse qui a trop duré dans notre ville. Quant à la question de la densification, marotte de vos amis d'EELV et à laquelle la récente modification du PLU de Fontenay donne une place plus qu'importante (qu'allez-vous dire aux habitants du Plateau notamment sur vos choix ?), je vous mets au défi d'apporter également le début du commencement d'une preuve sur ma supposée intention en ce domaine.

Utiliser le mensonge comme argument, c'est accepter dès lors que l'on doute sur l'ensemble de vos propos. Et des doutes Monsieur le Maire, nombreux sont les habitants à en avoir sur votre capacité à bien gérer cette ville.

Vous avez raison sur un point, je souhaite avec l'ensemble de mon équipe et une majorité de Fontenaysiens réveiller cette ville que vous avez plongée dans l'ombre depuis trop longtemps.

Je souhaite, avec le soutien des habitants, faire vivre la mixité sociale de notre cité, véritable chance pour tous. Mixité que vous avez décomposée pour la gérer de façon clientéliste ou électoraliste.

Je souhaite, avec le soutien des habitants, aborder enfin la problématique du stationnement dans cette ville (que je souhaite maintenir gratuit pour les Fontenaysiens) en dépassant le stade des simples études commandées à grands frais mais jamais mises en œuvre.

Je souhaite, avec le soutien des habitants, améliorer les conditions de vie de nos concitoyens qui vivent en logement social en sortant des statistiques de la loi SRU qui dépassent ces familles pour leur proposer une véritable qualité de vie absente de leur quotidien.

Je souhaite, avec le soutien des habitants, redire combien la place des enfants et leur bien-être sont vitaux dans une ville comme la nôtre. On ne peut pas comme vous l'avez fait ce samedi 5 octobre se réjouir que seulement 550 enfants fréquentent nos lieux d'accueil Petite enfance, combien cela fait-il de berceaux réellement ? Dans une ville de 53.000 habitants cela est plus que faible...


Mais nos intentions ne s'arrêtent pas là, puisque nous devrons aussi répondre aux attentes de nos concitoyens tant en matière de sécurité, mot qui vous fait peur et que vous avez depuis trop longtemps négligé, qu'en matière de propreté, qu'au niveau des équipements publics en manque d'investissement, des animations proposées ou enfin de l'élaboration d'un Agenda 21 (jamais mis en place), que vous traitez comme un gadget alors que cela pourrait être la base de notre capacité à accomplir une transition écologique créatrices d'emplois.

Concernant le personnel municipal, au sujet duquel j'attends de votre part un prochain mensonge me concernant, écoutez ses cris et ses craintes concernant votre management interne avant de leur faire croire de nouvelles contre-vérités.

Notre projet pour Fontenay se construit jour après jour depuis de nombreux mois avec les Fontenaysiens que nous écoutons. Oui, le temps de l'alternance est arrivé dans notre ville et n'ayez crainte, elle se fera avec tout le professionnalisme qui nous caractérise et avec comme principales ambitions l'honnêteté, l'exemplarité, le sens du service pour tous et le nécessaire dynamisme dont Fontenay a besoin pour se réveiller.

11 octobre 2013

Victor-Duruy notre action a pesé !

Alors que je vous relatais au début de la semaine, l'incident survenue à l'école Victor-Dury de Fontenay-sous-Bois (deux élèves ayant pu quitter l'établissement sans que personne ne s'en aperçoive), les choses ont bougé notamment après que le maire ait reçu mon courrier.

Désormais deux animatrices encadrent la sortie des enfants qui doivent présenter un carton vert pour avoir l'autorisation de partir de l'école.

A ce jour M. le maire n'a pas daigné répondre à notre lettre (on mesure la considération qu'il peut porter à son opposition), mais c'est vrai que rares sont les courriers auxquels il répond. Une chose est certaine notre action a payé pour le plus grand soulagement des parents d'élèves. Il aura malheureusement fallu une nouvelle sortie intempestive (il y a un an deux enfants ayant déjà pris la poudre d'escampette pour aller pique-niquer dans le bois), notre mobilisation rapide et la période électorale proche pour que le maire se réveille... enfin. Dommage. 

Les parents d'élèves apprécieraient que les dossiers soient gérés avec la même rapidité en dehors de cette période ou d'incidents si stressant. De notre côté, parce que le bien être de nos enfants fait partie de notre quotidien et de celui de notre ville, nous continuerons à regarder avec précision ce qui ne fonctionne pas ou fonctionne mal afin de faire le maximum pour résoudre ces problèmes. Vous pouvez compter sur nous.

10 octobre 2013

La photo de la semaine ! Fort Alamo

Pour ceux qui s'interrogent, il semblerait bien que notre matériel municipal serve parfois au parti politique de notre maire... Ses amis de la fédération aveyronnaise du PCF peuvent donc remercier les contribuables Fontenaysiens de leur soutien. Non cette photo n'a pas été prise à la fête de l'Huma mais sur le marché Moreau-David ce matin...



08 octobre 2013

Problème de sécurité à l'école Victor-Duruy

Voici copie de la lettre que j'ai adressé ce jour à Monsieur le maire de Fontenay afin que des solutions soient rapidement prises dans cet établissement scolaire.


-----------------------------------



Monsieur le Maire,

Hier midi, deux élèves scolarisés en classe de primaire à l’école Victor-Duruy de Fontenay-sous-Bois ont quitté l’établissement alors qu’ils étaient inscrits à la cantine afin de partir déjeuner à l’extérieur. Heureusement pour eux, les enfants se sont rendus dans un restaurant où travaillait l’un des parents, qui a aussitôt prévenu la direction de l’établissement scolaire - qui n’avait, à ce moment-là de la journée, pas encore constaté la sortie non autorisée de ces élèves.

Sachant que pareille mésaventure a déjà eu lieu par le passé (deux élèves plus petits allant déjeuner dans le bois), je me permets de me faire le porte-parole de certains parents qui s’inquiètent quant à la qualité de la surveillance effectuée lors de la pause méridienne dans cet établissement. Les enfants ont compris qu’ils avaient commis une grosse bêtise mais ne peuvent en aucun cas être considérés comme responsable dans cette pénible histoire.

Je me permets donc de vous alerter et de vous demander, au nom des parents d’élèves que chacun de nous peut être, de bien vouloir faire en sorte que pareille situation ne se reproduise plus jamais dans les établissements scolaires primaires de notre ville. J’aimerais, de plus, savoir qui est le responsable de ce temps péri-scolaire dans cet établissement : est-ce la directrice ou un agent municipal qui est légalement le responsable de ce temps de pause, et auquel cas connaître les mesures que vous allez mettre en œuvre pour éviter un troisième incident de ce genre, qui une fois encore se termine bien fort heureusement.

A quelques mois de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires sur notre ville (en septembre 2014), vous comprendrez, Monsieur le Maire, les craintes qui sont les nôtres concernant la sécurité de nos enfants.
Dans l’attente d’une réponse et de solutions que je souhaite rapides, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.


Gildas LECOQ