26 mai 2014

Européennes : un monumental et nauséabond MERDE !


C’est la méfiance des Français vis-à-vis des hommes et des femmes politiques, l’absence de cap et d’horizon des gouvernements successifs, la crainte de voir la situation économique et sociale de notre pays s’assombrir et l’incapacité de la classe politique à, clairement, se faire comprendre ou à écouter, qui, hier, se sont exprimées dans les résultats aux élections européennes. C’est aussi la jalousie, l’inconnue, la rancœur et la peur de l’autre qui a guidé certains dans leur vote. Mais c’est avant tout, un cri de rage que les français ont voulu exprimer. Par ce vote, 26 % des Français et 12,76% des fontenaysiens ont simplement voulu nous dire merde ! Oui merde, tout simplement merde.

Dans notre ville, pour la 1ère fois, une digue a cédé et l’extrême droite a dépassé la barre symbolique des 12 % à Fontenay-sous-Bois.

Chacun doit mesurer ce score à sa juste valeur et prendre en considération ce vote de contestation qui résulte aussi, et sans doute, dans ce contexte, d'un mal être local qui cristalise, de fait, ce désir d'exprimer un ras-le-bol plus global dans les urnes !

A nous de faire remonter cette colère plus haut, à nous d'aller encore plus au-devant de nos concitoyens pour trouver des solutions concrètes !
A nous de les écouter et de les aider.
A nous de leur montrer que les dirigeants du FN n'ont pas les solutions et, pire, que leurs diaboliques remèdes seraient bien plus dangereux. 
A nous de leur expliquer l'histoire et de tout faire pour ne pas la revivre.
A nous aussi de leur expliquer la complexité des solutions et la nécessité de maîtriser nos budgets.
A nous d’arrêter les fausses promesses, à nous d’agir et de ne pas faire semblant.

Par ce monumental et nauséabond merde, hier, 12,5% des fontenaysiens, 26% des français ont mis à exécution ce qu’ils disaient depuis des années. Tels des travailleurs licenciés qui veulent faire exploser leur usine, ces français ont voulu par leur vote faire, en quelque sorte, exploser la démocratie ou pèter le système pour être plus clair.

A Fontenay, le front national progresse de 1.258 voix par rapport à 2009, quand les listes du centre-droite et de la droite perdent seulement 280 voix en 5 ans et que celles de gauche en cèdent plus de 1540 !

Dans ce contexte je ne peux me réjouir du score de nos familles UDI-Modem et Ump, mais je sais que le travail commun que nous avons initié, depuis deux ans dans cette ville, commence à porter ses fruits. 

Concernant ma propre famille Udi, à Fontenay, elle progresse de plus de 500 voix, bien au-dessus de la moyenne départementale, c'est d'ailleurs chez nous que la liste Udi-Modem réalise son meilleur score dans une ville de gauche du 94 avec 12,37% ! L’Ump, quant à elle, frôle les 2000 voix avec un score de 14,72 %. En réalisant, à nous tous 27% nous confirmons le socle qui est le nôtre.

Malgré cette grande claque que les électeurs nous ont mise dans la figure hier soir, il ne faut pas baisser les bras. Dès aujourd’hui nous devons repartir à la reconquête car la seule réponse que nous pourrons donner à ces votes FN, c'est avant tout l'action, le terrain et le pragmatisme.


Gildas LECOQ,
conseiller municipal de Fontenay

02 mai 2014

Budget 2014 : encore une occasion ratée !


(…) Monsieur le Maire, le vote du budget est un acte politique fort et essentiel, puisqu’il oblige, concrètement, l’équipe municipale à fixer budgétairement ses orientations et ses projets politiques pour l’année. Le budget donne le rythme et l’ambition que les élus portent pour leur cité. Le fait est, qu’une fois encore, et malgré le renouvellement de votre équipe, ce budget manque à la fois d’ambition, de méthode et d’une vision partagée.

Le Diagnostic
C’est sans doute le seul point sur lequel nous allons être d’accord. Les contraintes réglementaires et économiques (baisse des dotations de l’État, renforcement des péréquations, réforme des rythmes scolaires, impact de la TVA sur les services locaux…) nous imposent un exercice budgétaire compliqué. Toutefois, cet état de fait est essentiellement dû aux mauvais choix, à l’approximation de l’équipe gouvernementale, que certains soutiennent au sein de votre majorité, et, quoiqu’il en soit, que vous avez soutenue pour lui permettre d’accéder au pouvoir. Vous avez beau jeu aujourd’hui de crier au feu quand vous avez, vous-même, participé à allumer la flamme au mois de mai 2012 en soutenant François Hollande. Vous criez stop à l’austérité mais assumez votre part de responsabilité.

Dans la conjoncture économique nationale compliquée que nous traversons, notamment due à l’absence de cap et de méthode dans la conduite de la politique gouvernementale, nous aurions souhaité, malgré les désengagements nombreux de l’État, que vous nous proposiez un budget qui offre une qualité du cadre de vie conciliant les impératifs d’équilibre durable de nos finances locales. Malheureusement même si vous aviez eu l’envie, un véritable problème de méthode vous empêche de le faire et ce sont les contribuables Fontenaysiens qui vont en payer le prix. Ils vont en payer doublement le prix par une augmentation de leurs impôts, mais surtout par l’absence de projets structurant pour leur vie quotidienne. Bref vous ne proposez rien de bien consistant car la méthode n’est pas là.


La Méthode justement. La Compte administratif nous l’a montré tout à l’heure, vous ne dégagez pas suffisamment d’autofinancement : seulement 2 659 000 euros, ce qui ne recouvre même pas le capital de la dette inhérent à toute gestion saine de comptabilité publique. Il vous manque 6 M€ pour atteindre les 8,5 M€ du capital de cette dette que vous avez creusée par votre mauvaise gestion. Problème de méthode donc qui vous oblige à voter le compte administratif en même temps que le Budget Primitif sinon vous ne dégageriez même pas d’autofinancement (…).

Ce qui est constant dans vos documents budgétaires c’est cette capacité à mélanger « la chèvre et le chou » afin de vous comparer aux autres pour, in fine,  retomber sur vos pieds et une fois encore crier à qui veut l’entendre : ce n’est pas de notre faute regardez les autres (…).

Problème de méthode quand vous omettez d’inscrire que le montant des dépenses de fonctionnement par habitant sera de +8,56% en 2014 alors que vous nous certifiez durant la campagne vouloir maîtriser la fiscalité et donc vos dépenses de fonctionnement.

Problème de méthode toujours quand vous continuez, alors que vous êtes plus de 11% au dessus de la moyenne nationale des villes de mêmes strates, à faire progresser les charges de personnel +3,61% en 2014. On est en droit de s’interroger sur votre stratégie à long terme (…).


Vous nous dites, dès lors, que cela n’est pas grave, puisque votre budget est solidaire et partagé ! Partagé dites-vous quand une partie des Fontenaysiens seulement supportent par leur contribution aux impôts locaux la totalité des dépenses, qui, parfois, ne bénéficient qu’à certains ? J’avoue que cette notion du partage m’étonne chaque jour un peu plus. A titre d’exemple 66% de la taxe foncière est portée par seulement 13% de la population à Fontenay le reste étant pris en charge par les entreprises ! Solidarité partagée ? Nous n’avons vraiment pas la même notion d’un budget partagé.

Solidarité dites-vous ! Dans cette note vous vous gaussez d’alléger l’impôt des Fontenaysiens en pratiquant une politique d’abattement ! Malheureusement si les Fontenaysiens savaient que vous pratiquez les taux d’abattement minimum quand vous pourriez les augmentez de 5% pour les ménages ayant 1 ou 2 personnes à charges et autant pour ceux en ayant 3, ils ne seraient pas aussi favorable à votre politique ! Mais allons plus loin dans la solidarité. Je ne vois nullement pratiqué dans ce budget « l’abattement spécial à la base de 15% pour les personnes à faibles revenus », ni même « l’abattement spécial handicapé de 10% ». Solidarité dites-vous ? Permettez-nous d’en douter. Les mots, Monsieur le maire, n’auraient de sens que quand vous les utiliseriez ? Dans un budget malheureusement, ce sont les chiffres qui parlent et nous autres concitoyens qui devront payer ! La solidarité n’est pas l’apanage de votre groupe voyez-vous au travers de ces deux exemples concrets que nous vous proposons (Ndlr : Au moment du vote le groupe Ensemble réveillons Fontenay a demandé à M. le Maire d’intégrer ces deux abattements au budget 2015).

La vérité est donc là. Le budget primitif 2014 que vous nous proposez est sans ambition, présenté à grand coup d’effets qui font pschitt ! La vérité c’est votre incapacité chronique à investir, plombés, que vous êtes, par ces charges de fonctionnement qui pèsent sur nos comptes. Vous critiquez le désengagement de l’Etat, mais si nous voulions être honnête jusqu’au bout, cet Etat recherche, sans doute pas avec les bonnes méthodes lui non plus, à sortir de cette situation économique critique. Vous devriez, je le pense prendre au moins exemple sur cette volonté, vous mettre dès aujourd’hui au travail et définir un projet qui tienne compte de ce nouveau paysage budgétaire qui nous attend. En augmentant de 2,9% les impôts c’est 1,3 M€ de plus qui vont rentrer dans les caisses de la ville ! Regardons ensemble de plus près ce budget, je suis sûr que nous aurions pu réduire en partie ce montant en dépenses inutiles : en le lisant avec attention j’ai trouvé quelques économies à faire, je suis sûr qu’en prenant plus de temps encore, vous auriez, malgré la conjoncture, pu en trouver aussi...
Nous voterons contre ce budget primitif 2014, évidemment, car nous ne pouvons cautionner ce manque de lucidité et ce manque d’élan. Je vous remercie de votre attention.