31 octobre 2014

Lepaon et Lecoq !

La répartie de ce client, ce matin, au café m'a fait sourire et m'invite à vous la livrer !

- Monsieur Lecoq vous avez vu que la CGT loge son secrétaire général à Vincennes ?
- Oui près du Bois dans la carré magique (NDLR : comprenez c'est le quartier où les prix de l'immobilier sont assez élevés !).
- Je trouve cela assez amusant quand même. La CGT, les communistes se logeant à Vincennes ! Ils auraient pu aller à Montreuil (NDLR : le siège national de la CGT est basé à Montreuil) ou à Fontenay !
- En effet, me dois-je de répondre poliment.
- Vous connaissez la différence entre Lepaon et Lecoq ?
- Non mais vous me faites peur...
- Lepaon de la CGT se pavane à Vincennes quand Lecoq du centre et de la droite réveille Fontenay ! Et ça n'est pas une fable ! me dit-il en explosant de rire...

Au delà de ce bon mot, il est vrai que j'ose espérer, désormais, que mes "amis" Fontenaysiens de la majorité municipale réfléchiront à deux fois avant de systématiquement me parler de Vincennes dans leurs argumentations politiques futures.

En effet cette ville, "aussi détestable", à les entendre, ne doit pas forcément être si désagréable à vivre pour que le secrétaire général de ce syndicat ami du front de gauche et du PCF décide de s'y loger... à grand frais de rénovation (environ le coût de 750 adhésions à la CGT).

Et pendant ce temps là, les Fontenaysiens, par leurs impôts locaux, financent la section locale de la CGT (près de 5.000 euros). Ça pourrait prêter à rire si nous ne traversions pas une crise financière aussi importante qui a obligé le Maire à réduire certaines subventions d'associations fontenaysiennes qui, elles, œuvrent au quotidien dans nos quartiers. A méditer...









30 octobre 2014

Ligne 1 : les dates des réunions de concertation !

Comme évoqué en début de semaine, la concertation sur le prolongement de la ligne 1 du métro se déroulera du 10 novembre 2014 au 10 janvier 2015.
On connaît désormais les dates des différentes rencontres publiques :
 

Réunion avec les acteurs du territoire : (sur  invitation avec les collectivités / associations / acteurs économiques) le mardi 18 novembre à 19h30 en salle du Conseil à l’Hôtel de Ville de Fontenay-sous-Bois.

Réunion publique Vincennes - Paris : le lundi 24 novembre à 19h30 à l’École de l’Est (108-110 rue Diderot – 94300 Vincennes)

Réunion publique Montreuil : le mardi 2 décembre à 18h30 au centre sportif d’Arthur Ashe (159 rue de la Nouvelle-France – 93100 Montreuil).

Réunion publique Fontenay-sous-Bois : le mercredi 17 décembre à 19h30  à l’École Michelet (
1 rue Michelet – 94120 Fontenay-sous-Bois)


Des rencontres sur le terrain sont également prévues :

Val de Fontenay : le jeudi 13 novembre  de 11h à 15h

Château de Vincennes : le mardi 9 décembre  de 17h à 20h

Sur le marché Diderot (Vincennes) : le samedi 22 novembre à partir de 9h

 

29 octobre 2014

Rencontre avec Blaise Matuidi

C'est en mars 2012 que l'associé de Blaise Matuidi a pris contact avec moi. Blaise et Afouz avaient un projet de création d'une salle ou d'un complexe privé de Foot Five (comprenez terrains de foot pour jouer à 5 contre 5). A la fois candidat à la mairie de Fontenay et directeur de la Communication à la ville de Vincennes, deux communes qu'il connaissait bien pour y avoir vécu et joué en club, Blaise souhaitait, avant tout, me présenter son projet pour recueillir mon avis et voir si je connaissais des terrains disponibles dans ces deux villes. J'avais accepté avec plaisir.
Je dois dire que je connaissais bien Blaise pour l'avoir vu évoluer un temps sous les couleurs du COV quand il était plus jeune sous la houlette de mon ami Gérard Bizeule. De nombreux amis fontenaysiens m'en avaient aussi parlé pour avoir joués avec lui sur la dalle de la Redoute ! Lui l'enfant de la Redoute au 3e étage de la tour B de ce grand ensemble.
Je garde de cette rencontre le souvenir de deux jeunes motivés, souriants et véritablement décidés à faire aboutir leur projet. Nous avions parié une bouteille de champagne que Blaise serait sélectionné en équipe de France pour jouer l'Euro 2012. Pari gagné !


28 octobre 2014

Prolongement de la ligne 1, la concertation va débuter !

Du 10 novembre prochain au 10 janvier 2015, le projet de prolongement de la ligne 1 de la station Château de Vincennes jusqu’au Val-de-Fontenay fera l’objet d’une concertation publique importante pour l’avenir de notre ville. Une concertation organisée par le STIF, sous l’égide d’une personnalité indépendante mandatée par la Commission nationale du débat public. Je me réjouis de cette étape démocratique qui ne doit pas pour autant masquer les quelques doutes qui me traversent sur ce dossier.

Ce projet, que je soutiens depuis de nombreuses années, avec les élus qui m’entourent, prévoit la création de trois nouvelles stations, ainsi que trois variantes de tracé.

On sait globalement qu’il y en aura une station dans le quartier des Rigollots et une autre au Val-de-Fontenay. Certes leur situation précise n'est pas encore connue mais leur localisation sera bien dans ces quartiers et la concertation permettra de décider.
 

Le premier doute qui est le mien repose sur la fameuse station intermédiaire. Le dossier d'objectifs et de caractéristiques principales (DOCP) présente, en effet, trois propositions de station :

• Aux Grands Pêchers (Montreuil)
• Rue la Fontaine (Fontenay)
• Boulevard de Verdun (Fontenay)


Ces stations et ces tracés présentent des caractéristiques propres du point de vue de la desserte des territoires, des correspondances avec les transports en commun, de l’impact des travaux sur la vie locale et l’environnement, de leur complexité technique et du coût d’investissement. Ces variantes de tracés et de stations ont toutes fait l’objet d’études techniques de même niveau. Elles seront soumises à l’avis du public dans le cadre de la concertation.

Pourtant si les Fontenaysiens, dans leur grande majorité, semblent favorables à voir cette station s’installer au niveau du boulevard de Verdun à Fontenay, des articles de presse récents ont laissé entendre que le choix était déjà acté sur la commune de Montreuil. Jean-François Voguet, même, a d’ailleurs, durant la campagne (notamment lors du débat à Ste Thérèse) confirmé que son choix se portait sur une station qui serait située à Montreuil, propos validés par le maire et les candidats de la ville frontalière à l'époque.

J’avoue, pour ma part, que je reste persuadé qu’une station Boulevard de Verdun est loin d’être irréalisable. Je pense même qu’elle serait salutaire car elle réduirait la fracture qui existe entre les différents quartiers de notre ville plaçant dès lors la ligne de crête véritablement au centre de la vie locale. Je regrette que le maire et ses équipes n'aient jamais anticipé ce projet car soyons honnête il n'est pas né de la dernière pluie. Si les équipes municipales précédentes conduites par Jean-François Voguet avaient véritablement placé cette future station au cœur de leur projet politique bons nombres de freins soulignés dans le DOCP, autres que techniques (entendons-nous bien), auraient
déjà été levés ! Le quartier du plateau a été abandonné et justement le choix privilégié d'installer la station intermédiaire dans le quartier des grands Pêchers ou aux Ruffins n'en est juste que la conséquence.

Mon deuxième doute est d’ordre financier. Au printemps dernier nous avions écrit au Vice-président du STIF, suite à ces propos dans la presse où il exprimait la possible suspension, faute de crédits, du prolongement de la ligne 11. Ce qui était valable pour l’une (la ligne 11) pouvait l’être pour l’autre (la ligne 1). Si sa réponse avait en partie apaisée certaines de nos craintes quant au financement du prolongement de la ligne 1 jusqu'à Val-de-Fontenay, elle nous invitait à rester vigilants. 

Justement le discours de Manuel Valls sur la question du Grand Paris et des transports, prononcé le 13 octobre dernier à Créteil n’a pas complètement fini de lever les doutes qui pouvaient être les miens, bien au contraire. S’il a longuement évoqué les transports et en particulier l’extension de certaines lignes de métro en région parisienne, à aucun moment il n’a mentionné le prolongement de la ligne 1 jusqu'à Val-de-Fontenay…

Quand on sait que de son côté Jean-Paul Huchon n’a pas souhaité que la Région Île-de-France intègre ce projet dans le plan de mobilisation. On ne peut manifestement pas lever nos doutes, puisque le prolongement de la ligne 1 n’apparaît, dès lors, dans aucun des plans de financement à ce jour.


La question financière est malheureusement la plus importante et nécessite véritablement une attention particulière.

Tout cela ne doit pas pour autant nous interdire de participer en nombre à cette concertation, bien au contraire ! Les Fontenaysiens doivent se mobiliser et appeler à mobiliser, les groupes politiques doivent se rejoindre sur la nécessité de voir ce projet se réaliser dans le futur, c’est du moins ce que je défendrai tout en restant extrêmement vigilant vis-à-vis de l’exécutif régional actuel et du financement de ce projet qui est plus que nécessaire.

Gildas LECOQ

27 octobre 2014

Eclairage public : des pannes qui interpellent !

Il y a presque deux ans jour pour jour, nous interpellions les Fontenaysiens sur les problèmes récurrents de panne de l'éclairage public. Voici ce que nous écrivions notamment le 10 novembre 2012.
"Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois dans certains quartiers, nous sommes régulièrement les témoins et les victimes des nombreuses pannes à répétition de l’éclairage public qui jalonne nos rues. Comme vous, nous constatons que malgré de multiples relances, de la part des membres de notre équipe auprès de la mairie, aucune amélioration notable n’est visible. Il semble que l’entretien de la voirie et des lampadaires ne soient pas la première des priorités de notre exécutif local. (...) Parce que ces pannes à répétition peuvent avoir des conséquences fâcheuses en terme de sécurité ; devrons-nous attendre un accident ou une agression pour que l’équipe municipale gère enfin ces dysfonctionnements ? Enfin, parce que chacun à notre niveau nous participons au financement de ces éclairages et que nous sommes donc en droit d’exiger de la lumière.

Malheureusement, depuis une semaine, une grande partie des quartiers du Bois Cadet, Montesquieu et du Terroir (place des arts, rues Maximilien-Robespierre, Roger-Salengro, Edouard-Vaillant, place du Général De Gaulle...) est plongée dans l'obscurité la plus totale. Fâcheuse habitude qui vient s'ajouter aux pannes régulières du quartier des Parapluies, Dalayrac, Pasteur, Plateau, Clos d'Orléans... 
Au début de l'été, lorsque notre permanence a été vandalisée, une panne de l'éclairage public avait également été constatée depuis plusieurs jours dans le quartier. Conséquence : outre notre local, des commerces avaient été cambriolés également la même semaine. Lors du dépôt de plainte l'éventualité d'un sabotage volontaire de l'éclairage avait été émise par la police d'ailleurs, mais personne n'avait pu me le confirmer. Pensez-vous une permanence braquée ça n'intéressait pas grand monde ! 

Aujourd'hui c'est d'un adjoint au maire que l'information provient. Michel Tabanou écrit, en effet, sur son blog : "Les services municipaux alertés par ces coupures récurrentes (Ndlr : celles de Bois cadet) ont constaté que des comportements malveillants sont à l'origine de ces troubles.

Je ne me permettrais pas de tirer des conclusions hâtives, mais aux regards de nos différents constats il existe clairement (c'est le cas de le dire !) un dysfonctionnement de l'éclairage public dans cette ville qui n'est nullement du à d'éventuels sabotages. En revanche si des interventions volontaires sont désormais constatées en ville pour permettre des cambriolages ou agressions diverses, il est urgent que le maire intervienne rapidement. 

Toute la lumière doit être faite (oui je sais ce jeu de mot est facile mais il me brulait les doigts !!!) et rapidement pour que les Fontenaysiens retrouvent une sérénité et surtout comme nous l'écrivions il y a deux ans : "(...) parce que chacun à notre niveau nous participons au financement de ces éclairages et que nous sommes donc en droit d’exiger de la lumière.

Gildas LECOQ

25 octobre 2014

Une certaine idée de la démocratie

Démocratie, un mot magnifique : Un élan de liberté, liberté de parole, liberté d’expression. Un souffle d’égalité, égalité entre tous les concitoyens, égalité devant la loi. Un besoin de fraternité, puisque nous sommes tous appelés à vivre ensemble. « Démocratie : Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » (A. Lincoln)

Mais la démocratie est trop souvent ébranlée, notamment quand le dogme et les idéologies d’un autre temps s’en emparent ! La démocratie dite « participative » instituée à Fontenay, avec la réorganisation des conseils de quartiers, est plutôt… sélective ! La majorité n’accepte que la démocratie qu’elle instaure !

Lors de la réunion de rentrée des bureaux des conseils de quartiers du 27 septembre, il nous a été dit que, dorénavant, la place de l’élu dans ces instances serait moins importante, avec un seul élu représentant la municipalité. Selon la majorité municipale « l’élu n’est pas un citoyen mais avant tout un élu ». Il nous a en effet été rappelé que les élus d’opposition n’auraient pas de rôle actif (co-présidence, élu référent, peu importe le terme) mais que nous serions relégués dans les rangs de l’assistance. La voix de 41 % des fontenaysiens devrait-elle donc être muselée ? Où sont passées les promesses de donner une plus grande place à l’opposition ? Nous sommes toutefois autorisés à être présents à ces conseils : voilà qui est rassurant ! Comptez donc sur nous pour honorer cette invitation…

Gildas LECOQ, Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

24 octobre 2014

La tribune du mois de novembre !

Sécurité : non à la politique du tabou ! 
La sécurité est une préoccupation majeure des citoyens qui fait partie des compétences régaliennes de l’État. Pour autant, l’ensemble des collectivités et leurs élus sont concernés et se doivent d’agir pour contribuer à préserver l’intégrité des citoyens et leur offrir un cadre de vie tranquille. À Fontenay, comme ailleurs, nous sommes en droit d’attendre que la municipalité agisse dans ce domaine, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Les chiffres 2012 publiés par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (332 cambriolages, 523 atteintes à l’intégrité physique ou 735 vols de voitures et deux roues,…) ont de quoi inquiéter surtout au regard de la recrudescence estivale de vols à mains armées ou d’agressions (avenue de la République, aux Larris, au Val,…) dont la presse s’est faite l’écho. Ces agressions et actes de délinquance nous prouvent qu’hélas, Fontenay n’est pas mieux protégée que les autres communes, bien au contraire. Confronté à une telle situation, chacun est en mesure d’attendre du maire des actions concrètes qui malheureusement ne se mettent jamais en place.

Un Conseil local de sécurité qui se fait attendre

On se souvient que le préfet a dû taper du poing sur la table pour que notre ville convoque son Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), instance de coordination présidée par le Maire. Six mois après l’élection, alors que les actes délictueux augmentent dans nos quartiers, aucune réunion n’a été convoquée. Pire, les groupes de travail prévus dans le cadre de la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2013-2017 ne sont pas encore définis alors qu’ils doivent l’être avant le 31 décembre. Nous demandons solennellement que le maire réunisse sans plus tarder le CLSPD de Fontenay, c’est une obligation légale et une urgence locale. Urgence, car des mesures simples mais nécessaires doivent être enfin prises par notre ville pour lutter efficacement en matière de sécurité et de prévention. 

Sortir du tabou de la vidéo-protection 

La première et la seule urgence que nous traiterons dans cet éditorial est celle du tabou de la vidéo-protection. Fontenay ne peut plus refuser, pour des raisons idéologiques, d’utiliser cet outil technologique qui se révèle de plus en plus efficace pour l’élucidation des affaires. La police nationale la réclame, les habitants sont favorables à son installation, l’investissement sur 6 ans ne dépasserait pas les 150 000 euros pour 40 caméras. En comparaison avec le budget global du mandat qui atteindra presque 1 milliard d’euros, cet investissement ne grèvera pas les finances de notre ville ! Il est désormais urgent que notre ville soit enfin équipée avec cet outil complémentaire au travail des équipes de la police pour lutter contre l’insécurité. 

Des promesses électorales non tenues ! 

Hélas, la question de la sécurité est regardée par les élus de la majorité comme une « grossièreté » ou pire une atteinte à la liberté de certains. Pourtant, respecter des règles et les faire appliquer c’est la garantie d’offrir à la collectivité, et donc à chacun des habitants, une ville où la tranquillité serait au coeur de l’ambition de nos élus ! Monsieur Voguet s’était pourtant engagé à la création d’équipes de médiateurs ainsi qu’à l’élaboration d’un schéma de tranquillité publique, dès le début de ce mandat. Ces mesures étaient largement inspirées de la vision et du projet que nous développons pour Fontenay ! La sécurité, c’est un droit pour les habitants et des devoirs pour la municipalité. 

Gildas LECOQ, Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

11 octobre 2014

Inauguration du marché paysan

Inauguration du marché paysan ce midi avec une partie de l'équipe ! De belles rencontres et notamment Éric Cantona qui a salivé comme nous sur les huîtres ! Avec Brigitte Chambre Martin, Geneviève Louicellier-Calmels et Jean Pierre Bernard. Ainsi que Patricia, Lucile et Jean-Michel !

03 octobre 2014

L'Est en marche !

Avec Brigitte Chambre-Martin et Lionel Bertrand élus à mes côtés au conseil municipal de Fontenay-sous-Bois, nous avons participé avec d'autres élus locaux du département au colloque organisé par le Syndicat Mixte Ouvert de l’ACTEP, mardi 30 septembre dernier à Vincennes. Un colloque auquel participaient aussi les habitants, les représentants associatifs, les entrepreneurs, les acteurs économique et institutionnels de l'Est parisien.

Nous étions donc près de 350 participants invités à réfléchir collectivement à l’identité de l’Est parisien, à identifier les forces et les faiblesses de nos territoires, à enrichir le débat sur notre vision et les enjeux du projet commun que les élus portent depuis des années. Ce colloque nous a permis enfin d'exprimer au travers d'ateliers  les préoccupations de tous à l’égard de notre territoire et de la Métropole.

Je crois que la démarche initiée par les 14 maires des communes* du Val de Marne et de Seine-Saint-Denis qui composent l'ACTEP est une très bonne chose. Nous devons en effet réaffirmer la place de l’Est parisien dans la construction de la Métropole du Grand Paris et notre volonté de travailler à la construction d’un territoire dynamique, sur la base d’un projet commun.

La pertinence de l’ACTEP est plus que jamais d’actualité avec, en particulier, le projet de loi sur la Métropole du Grand Paris qui va restructurer nos territoires. Les élus l'ACTEP montrent, dans un contexte institutionnel encore flou, une véritable volonté de travailler ensemble à l’émergence d’un territoire et à la construction d’un projet commun, dans une dynamique intercommunale. Le tout afin d'offrir à nos concitoyens un cadre de vie agréable, des transports de qualité et d'agir tout en restant respectueux des budgets communaux.




* Bry-sur-marne, Champigny-sur-Marne, Charenton-le-Pont, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Neuilly-sur-Marne, Neuilly-Plaisance, Nogent-sur-Marne, Le Perreux-sur-Marne, Rosny-sous-Bois, Saint-Mandé, Saint-Maurice, Villiers-sur-Marne et Vincennes. Il y a également le dpartement du Val-de-Marne.

02 octobre 2014

Le logement social à Fontenay

A l'occasion du dernier conseil municipal, je suis intervenu au nom de notre groupe pour rappeler qu'en l'absence de données chiffrées exactes et certifiées sur le nombre de logements sociaux existant réellement à Fontenay, notre groupe désormais s'abstiendrait sur les délibérations. Si la loi nous oblige à 25% à Fontenay les chiffres varient entre 32% et 37% ! L'équilibre n'est de fait plus le même. Si nous ne sommes pas hostiles à la construction de logements sociaux nous savons la nécessité d'avoir une représentativité équilibrée dans nos quartiers. Or aujourd'hui ça n'est malheureusement plus le cas. Plutôt que de construire toujours plus nous militons pour un réel plan de rénovation du parc existant.


Conseil municipal 25 septembre 2014... par GLECOQ

01 octobre 2014

Au dernier conseil : notre vote contre la limitation des hausses de loyer dans le parc privé

Intervention de notre groupe lors du dernier conseil municipal sur l'application de la loi ALUR à Fontenay et notamment sur la limitation des hausses de loyer dans le parc privé. Fausse bonne idée : celle-ci, si elle était généralisée à Fontenay-sous-Bois, aurait pour effet de permettre aux loyers les plus bas d'être automatiquement augmenté de 20%. Voici notre intervention.


Conseil municipal 25 septembre 2014... par GLECOQ