30 juin 2015

Prolongement de la ligne 1 : Le maire choisit Montreuil, nous préférons Fontenay !

Le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) vient de présenter le bilan de la concertation organisée sur le prolongement de la ligne 1. 

A l'heure où une étude complémentaire est menée
sur l'implantation d'une station à proximité
de la place du 8-Mai 1945,
rien n'apparaît dans le règlement futur
du PLU révisé ! Seule la station de Montreuil
est mentionnée par la mairie
comme si les jeux étaient déjà faits...
Avec plus de 2900 avis exprimés, dont
48 % de la part de Fontenaysiens, les résultats révèlent combien cette question concerne prioritairement les habitants de notre ville. Le consensus est large lorsqu’il s’agit des stations Rigollots et Val-de-Fontenay. Il ne l’est pas concernant la station intermédiaire. Alors que le maire et son équipe ont choisi, contre l’avis de la population et des associations de quartier, d’apporter leur soutien à l’implantation de cette station à Montreuil, une étude complémentaire de faisabilité sur ce nouveau tracé avec une station intermédiaire à Fontenay vient d’être officialisée. 


Un désaveu pour la majorité, une très bonne nouvelle pour les habitants, et notamment ceux de la ligne de crête et des quartiers environnants, puisque les maîtres d’ouvrage se sont engagés à étudier un nouveau tracé intégrant une station à proximité de la place du 8 mai 1945 à Fontenay. Les deux projets, l’un à Fontenay et l’autre à Montreuil, vont désormais être étudiés. 

Notre groupe défendra cette nouvelle opportunité de station fontenaysienne, comme il l’a déjà fait en déposant un vœu en ce sens.


Gildas LECOQ,  Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

29 juin 2015

Rythme scolaire : Une vision comptable au détriment de nos enfants !

La fin de l’année scolaire sonne, la majorité municipale a décidé unilatéralement de changer les horaires scolaires dès septembre prochain en réduisant de 15 minutes la pause méridienne. Les élèves reprendront la classe à 14h et seront donc désormais libérés à 16h15 au lieu de 16h30.
En s'opposant à la réforme, la ville
n'a pas anticipé celle-ci pour le bien des enfants !
On pourrait penser qu’il s’agit d’une réponse à une demande régulièrement exprimée par les parents et les enseignants avant la mise en place de cette réforme des rythmes scolaires. Il n’en est rien ! Ce sont bien des préoccupations financières qui guident cette décision lourde de conséquences !
Pour les parents tout d’abord dont beaucoup ne seront pas en capacité de venir les chercher si tôt... il leur restera la solution de la garderie (payante) qui, dans de nombreuses écoles, risque d’être très vite saturée !
Pour les enfants avec des ateliers, déjà peu attractifs et mal positionnés dans la journée, dont la pertinence et l’efficacité vont poser question avec des durées effectives aussi faibles (30’ quotidiennes seulement en comptant le temps de mise en place et de rangement...).
Pour les enseignants enfin, notamment ceux du primaire, qui assurent l’étude du soir, pour qui la question de l’allongement de ce temps d’étude d’un quart d’heure et de sa rémunération n’a pas encore trouvé de solutions à ce jour.
Nous regrettons l’absence de dialogue et surtout cette vision comptable que la majorité fait au détriment de nos enfants ! Mais rassurons-nous, la majorité nous l’assure elle n’est pas responsable, c’est la faute du gouvernement au travers de cette réforme imposée aux collectivités. Ne pas être responsable, parfois à Fontenay, on se demande si ça ne veut pas dire être irresponsable !


Gildas LECOQ, Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

26 juin 2015

Au dernier Conseil : notre vote favorable au contrat de Ville "Nouvelle génération"

Retour en vidéo sur notre intervention concernant la signature du Contrat de ville "nouvelle génération".

La loi de programmation pour la ville et la Cohésion Urbaine du 21 février 2014, a posé les 3 grands principes de la réforme de la Politique de la Ville :

1) Définition de la nouvelle géographie d’intervention identifiant des quartiers prioritaires.

A Fontenay ce sont deux quartiers qui vont pouvoir en bénéficier : La Redoute et Les Larris.

2) L’obligation de signer avec les services de l’État et les institutions un Contrat de Ville « cadre » puis un « Contrat de ville « nouvelle génération » au mois de juin pour bénéficier de moyens financiers.


3) Création, dans chaque quartier prioritaire, d’un conseil citoyen impliqué dans la conduite du "Contrat de Ville".


Non, personne ne doit se réjouir qu'une ville signe un tel contrat. Quel triste constat que celui de se réjouir de pouvoir réhabiliter deux quartiers entiers quand on administre une ville depuis plus de 50 ans ! 
Félicitons-nous toutefois en cette période, que l’État nous aide à financer ces rénovations urbaines, mais soyons vigilants afin de ne pas réitérer les erreurs du passé. Notre groupe est favorable à cette signature même si l'ensemble des points du plan d'action n'est pas satisfaisant et que nous regrettons de ne pas avoir été associés à son élaboration.


Conseil municipal du 18-06-2015 - Signature du... par GLECOQ

24 juin 2015

Tribune du Mois : Sur notre opposition à la construction d’un théâtre, suite…

C’est bien connu « Les gens de droite n’aiment pas la culture » ! Argument simpliste et ridicule quand on sait qu’1/3 de notre groupe est constitué d’anciens intermittents du spectacle dont le parcours de certains est à 100% consacré à la culture et à la défense des artistes.

Un coût prohibitif
Le projet ‘théâtre’ devrait plutôt, désormais, s’appeler projet ‘salle de spectacle’. L’infléchissement viendrait d’un certain nombre d’opposants au projet issus des rangs mêmes de la majorité municipale. Peut-être ont-ils enfin réalisé que l’offre théâtrale était pléthorique dans un rayon de 5 km et qu’une offre diversifiée serait plus réaliste. Ou alors, ont-ils enfin compris que construire un théâtre n’est pas, en soi, seulement un acte culturel. Si l’on admet qu’il ne s’agit pas d’un délire mégalomaniaque, c’est d’abord la construction d’un nouvel équipement d’environ 10 M€, supportés par nos impôts locaux. Ensuite il faut penser au budget de fonctionnement : environ 800K€/an avant même d’y produire le premier spectacle. 

Et vient la question cruciale, celle qui permet enfin de parler de culture : construire une salle, mais pour y faire quoi et avec quel budget artistique ? Aucune réponse de la majorité municipale alors c’est notre groupe qui vous l’annonce ! Les dernières informations glanées auprès de nos collègues ‘tendance gauche bavarde’, la majorité envisagerait, sans rire, de louer la salle pour y organiser des congrès : un projet ‘artistique’ excitant ! Un palais des congrès sans parking ni desserte en transports publics, on peut vraiment parler d’un art DRAMATIQUE !

Que proposons-nous ? 
Habituée à ne rien anticiper, la majorité en oublie le présent. Le présent ce sont des artistes qui ont besoin de travailler maintenant. Le principe de réalité impose donc de surseoir à un tel engagement. En revanche, il est urgent de mettre aux normes des structures déjà existantes comme Jacques-Brel ou le Conservatoire… À Fontenay comme ailleurs, il faut soutenir le fonctionnement des compagnies, encourager les projets artistiques, développer l’accès à la culture, investir sur des projets socio-culturels comme le projet El Sistema…

Mais il est vrai que c’étaient là nos propositions, elles sont donc foncièrement mauvaises pour les représentants auto-proclamés du Parti du Bien !

Gildas LECOQ,  Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

23 juin 2015

Notre tribune : Ecole Jeanne d’Arc, notre groupe sauve le maire d’un désaveu de sa majorité !

Lors du conseil municipal de mai, le débat sur la délibération qui permet d'allouer une subvention de 107.108 € à l'école privée Jeanne d'Arc a divisé la majorité. Grâce au vote, à l’unanimité, de notre groupe cette délibération a heureusement été adoptée. 

En effet, les élus du Parti de Gauche ceux de Fontenay socialiste, des Radicaux de gauche et certains élus communistes ont voté contre cette prise en charge, pourtant légale, des dépenses de fonctionnement par la commune. Cette subvention allouée à l'école privée de notre ville lui est due, c'est la loi ! En votant contre, ces élus s'opposent à l'application de la loi. Dans tous les cas, c'est au mépris de la fonction qu'ils représentent... Et pour ceux qui enseignent l'éducation civique, au mépris de la fonction qu'ils exercent. 

Pire encore, certains de ces élus ont osé prendre prétexte de cette signature de convention pour accuser publiquement les parents qui font le choix d'une école libre et privée pour leur enfant de faire le choix de la discrimination. Que d’excès et de disproportion à l’heure où la polémique sur cette question ne devrait même plus exister ! 

N’opposons pas l’école privée à l’école publique, n’opposons pas les enseignants, les parents et encore moins les enfants, notre devoir d’élus locaux nous impose d’œuvrer pour le bien commun, de préserver la liberté de conscience de chaque citoyen, de permettre à chacun de choisir l’école de ses enfants, à l’aune des lois de le République et au nom de la République. Libre à ceux qui ont voté contre de penser différemment, libre à eux de le dire, mais ils en seront comptables : comptables de leurs propos dogmatiques sur l’Éducation mais surtout comptables financièrement du risque qu'ils feraient prendre, sciemment, aux Fontenaysiens de leur faire payer PLUS, puisque, sur injonction du Préfet, la participation financière de la ville, et donc celle des contribuables, serait plus élevée.

Gildas LECOQ, Brigitte CHAMBRE-MARTIN, David GUYOT, Sana RONDA, Philip DE LA CROIX, Geneviève LOUICELLIER-CALMELS, Christophe ESCLATTIER, Brigitte ROCHE, Lionel BERTRAND.

Au dernier Conseil : Notre intervention contre le PLU

« Il est deux choses contraires à une sage délibération : la précipitation et la colère ».
En lisant cette citation de Thucydide tirée de L'histoire de la guerre du Péloponnèse, je ne peux que faire un parallèle avec cette délibération sur le PLU que la majorité Front de gauche nous a demandé de voter au dernier conseil municipal.


Conseil municipal Fontenay intervention sur le... par GLECOQ

En substance que nous propose ce PLU ?

1) De prévoir un règlement qui n'intègre pas le vrai nombre des habitants futurs de notre ville. Nous attendons 7 000 habitants de plus à Fontenay d'ici à 2030, la mairie nous en annonce 3 000.

2) De densifier certains quartiers et non pas de répartir la construction de nouveaux logements dans l'ensemble de la commune, mais de concentrer la densification massive dans 4 zones : hôtel de ville, Rigollots, Parapluies et Alouettes. En revanche rien ne changera dans les quartiers des grands ensembles, les bailleurs seront invités, éventuellement, à rénover les logements d'ici à 2030.



3) La majorité a introduit de nouvelles zones de mixité sociale (mais pas dans les grands ensembles où un rééquilibrage par une offre en accession à la propriété aurait été une bonne chose) mais dans les faits seuls les Rigollots, les Parapluies et une petite partie des Alouettes seront concernés. L'ambition déguisée : tendre vers les 50% de logements sociaux dans la ville.
 

4) De permettre la construction d'immeuble de 15 à 22 m dans certains quartiers à proximité de maisons de ville défigurant ainsi l'aspect patrimonial.

4) De ne surtout pas anticiper une station à Verdun puisque le maire et ses élus préfèrent aider Montreuil à se développer économiquement et socialement.

5) Qu'en matière environnementale la majorité ne pourra tenir ses engagements d'assurer 45m² d'espaces verts par habitants puisque les emprises au sol vont être très importantes dans les zones à densifier et que seulement 10% du terrain devra être de pleine terre dans ces zones (ce qui risque de créer un accroissement des inondations car nous n'avons rien prévu pour leur évacuation alors que de plus en plus de pleine terre va être imperméabilisée). La Ville envisage pour compenser les pertes de pleine terre (34 m² par habitant dans les espaces privés) de construire des murs végétalisés. Avec un coefficient biotope de 0,25 (vs 1 pour de la pleine terre) il nous faudrait dans l'hypothèse basse de 6 000 habitants de plus, mettre en place 0.540 km2 de murs végétalisés soit 12 % de la superficie de Fontenay, pour un coût de 270 millions d'euros (soit 36 théâtres).

6) Que la majorité une fois encore n'a pas prévu de réserver des emplacements d'école dans l'ouest de la commune qui va pourtant être densifiée. Ni même de réfléchir aux solutions de stationnement dans ces quartiers densifiés... où la circulation et le stationnement sont déjà très problématiques.

15 juin 2015

Chantal Jouanno en visite à Fontenay

Chantal Jouanno était jeudi 11 juin dans notre ville pour aborder la problématique du logement en Île-de-France dans le cadre du débat d'idées qu'elle a initié en avril dernier.

Entourés d’élus de notre groupe et de nombreux soutiens, nous sommes allés visiter, avec elle, La Redoute qui fait partie des quartiers retenus dans la liste des projets d’intérêts régionaux en matière de renouvellement urbain.
Sur place nous avons pu rencontrer Haruna, le responsable de l’antenne jeunesse de ce quartier mais aussi de nombreux habitants, comme Olivier qui nous a confié combien la désespérance des jeunes du quartier était forte. « Trop de promesses non tenues, un dialogue de sourds et aujourd’hui plus personne ne croit en rien dans ce quartier. Pourtant il y a une énergie et un désir d’entreprendre dans le domaine social mais aussi culturel et sportif » souligne le jeune entrepreneur. Pourtant, malheureusement, ce quartier ne bénéficie plus d’une bonne réputation. « Il m’est de plus en plus difficile de garder des enfants à mon domicile » souligne une assistante maternelle. « La mauvaise réputation du quartier fait peur aux parents ». « La police a reçu des jets de projectiles par le passé comme les agents de nettoyage qui avaient fait valoir leur droit de retrait », précise pour sa part Marie-Christine pour qui « le quartier reste agréable mais surtout mal conçu ». L'accueil a été formidable, les nombreux sourires et encouragements nous confirment combien La Redoute ne mérite pas cette réputation mais bien, au contraire, une attention particulière. C’est donc une très bonne nouvelle que le quartier soit retenu dans la liste des projets d’intérêts régionaux en matière de renouvellement urbain, Fontenay devrait ainsi pouvoir bénéficier de financements de l’Anru pour mener les opérations de rénovation annoncées en réunion de quartier.
  
A l’issue de cette visite de terrain, Chantal Jouanno a pu animer sa convention thématique sur le logement en abordant 3 thèmes à travers des ateliers : Logement et emploi, logement et cohésion sociale, logement et développement durable.

En conclusion, Chantal Jouanno a tenu à rappeler : « Je reste persuadée que la région a un vrai rôle à jouer en matière de rénovation des logements tant privés que sociaux. 600 à 700.000 foyers vivent en précarité énergétique, c’est une compétence de la Région, nous devrons demain agir efficacement pour leur venir en aide au travers d’un plan de cohésion régionale qui n’oublie aucun quartier. En Île-de-France, la question du logement est la 1ère raison de pauvreté des populations les plus fragiles. La multitude des acteurs distribuant des aides doit être organisée pour être plus efficace. Mais je le répète, la région est un chef d’orchestre qui ne doit pas se substituer aux communes et intercommunalités, juste travailler de concert ! ».

02 juin 2015

PLU : Une Libellule qui ne fait pas le printemps !

A 16 jours du Conseil municipal portant sur la révision du PLU et alors même que la consultation citoyenne est ouverte jusqu'au 7 juin, j'apprends par hasard sur le forum du plateau par l'avatar Libellule (qui n'est autre que l'élu écologiste Dominique Macabeth) que la mairie réécrit en partie la règle du "jeu" suite aux différents loups que nous avons levés ! Le PLU de Fontenay n'a pas fini de faire parler. On savait que cette consultation n'avait aucune valeur juridique, on sait désormais que l'avis des habitants importe peu à la municipalité.

Pourquoi ?
Parce que nous avons publiquement interpellé les élus à plusieurs reprises concernant la hauteur maximale des constructions en zones UBb (zones pavillonnaires : hôtel de ville, Rigollots, Parapluie ...). Le PLU sur lequel les citoyens sont invités à se prononcer actuellement, au travers d'une consultation sans fondement juridique, prévoit, en effet, dans son article UB 10 que les constructions des zones pavillonnaires pourraient s'élever jusqu'à 15 m au faîtage (soit 5 étages tout de même !) alors que M. Gautrais, élu délégué à l'urbanisme nous garantissait à chacune des réunions publiques que le nouveau PLU était destiné notamment à préserver l'aspect des zones pavillonnaires ! 
Nous voyons très mal en quoi des immeubles de 5 étages accolés à des pavillons vont "préserver l'aspect pavillonnaire" de ces zones.

Sans doute mal informé, notre ineffable "Libellule" (c'est sans doute assez surprenant pour le lecteur de ce blog de voir un élu être appelé ainsi, mais sur le forum de l'association du Plateau c'est sa volonté...) nous a longtemps assuré que la hauteur maximale prévue serait de 8 m et non 15 m ! Ce qu'il n'avait pas compris c'est que ces 8 m sont l'objet d'une règle particulière prévue pour les "villas" dans l'article 10 du règlement du PLU (règles communes)... 
En résumé, à cette heure, pour les parcelles attenantes aux "Villas", la hauteur de constructibilité est de 8 m maximum et dans les rues des "quartiers résidentiels" de 15 m, ce que notre groupe conteste évidemment.
Comprenant enfin sa méprise grâce à nos interventions, "Libellule" s'est déclaré opposé à cette hauteur qui d'un coup s'est étonnamment révélée comme étant "une boulette" selon lui faisant actuellement l'objet d'une révision... 
D'une révision ? Oui, "Libellule" parle même d'une révision "de la version 4.2", ce que nous traduisons par la révision du règlement de 72 pages ! Il nous dit que la nouvelle version sera disponible pour le 18 juin (jour du vote en CM) ! Nous verrons bien.

Cette gestion à l'emporte pièce est d'autant plus étonnante que lors de la dernière réunion publique, M. Gautrais nous informait que l'ensemble des éléments de la consultation citoyenne actuellement en cours (enveloppe T et vote électronique) serait versé à l'enquête publique en automne ! Enquête publique qui est la seule à avoir une valeur juridique dans le cas présent.
Cette correction (et sans doute beaucoup d'autres) en cours de consultation nous révèle plusieurs choses :
1) que, le texte ayant été changé, les avis ne seront plus valables, et qu'il sera donc impossible de les verser aux conclusions de l'enquête publique ;
2) que l'on nous ment puisque la ville s'est engagée à ne pas modifier le texte pendant la consultation mais seulement au moment de l'enquête publique (cf. page 13 Révision PLU - Réunion publique de synthèse, M. Jonnet répondant à une question du public "Comment peut-on se prononcer sur un PLU qui va encore être modifié?")

3) que les groupes politiques qui composent la majorité municipale ont commencé le travail habituel de "destruction" et de "pression" et que le Maire et les services vont devoir composer et modifier le texte actuellement en ligne.


Bref, ces "corrections" ou "réécritures" à la hâte rendent caduque une consultation citoyenne qui avait pour seul objectif d'offrir un plébiscite à la majorité municipale. C'est regrettable car tout cela a un coût et au final ne pèsera en rien dans la validation du futur PLU.

01 juin 2015

A la commission voirie !

Voici une rapide synthèse des points abordés lors de la dernière réunion de la commission "Voirie" du 27 mai :


-Le budget "voirie" a été présenté. Connaissant les contraintes budgétaires du moment, seuls quelques projets de réfection de rue sont au programme pour 2015, dont la rue Louis-Xavier de Ricard, bien abîmée par les bus qui y sont passés pendant quelques semaines.

Comme trop souvent, hélas, à la question posée dans la salle "Comment choisissez-vous les projets à réaliser ?" aucune réponse claire, la mairie laissant imaginer qu'elle va d'urgence en urgence sans vraiment planifier.

- L'éclairage public : la municipalité reconnaît que 2014 a été une mauvaise année (2012 et 2013 n'étaient pas mieux rappelons le !), mais ça va s'arranger nous promet-on, puisqu'un grand programme de remise à niveau est en cours de réalisation. Mais en attendant la fin du programme, la phase intermédiaire actuelle risque d'être encore difficile.

- Les herbes folles : il y a un an a été prise la décision de ne plus utiliser de produits chimiques pour se débarrasser des herbes folles. Mais, une fois encore, personne ne semble avoir vraiment réfléchi à une solution alternative. "On la recherche, et en attendant on forme les cantonniers à cette alternative et on achète le matériel" est il répondu. Quelle logique ! "Gouverner c'est prévoir" (Emile de Girardin 1806-1881). Ne pas prévoir ça n'est pas gouverner (réciproque à ma sauce). Vu l'ampleur et le nombre d'herbes folles, on va bientôt avoir des trottoirs végétalisés à 100 % ! Il paraît aussi que les herbes folles des trottoirs participent à la biodiversité animale. Tout un programme ! Celui qui verra le premier chevreuil aura droit à la cuisse comme on dit en Sologne.

- Prolongement de la ligne 1 du métro. Deux tracés restent en compétition : celui qui passe par "Les grands pêchers" à Montreuil et celui qui passe par "la ligne de crête du côté du boulevard de Verdun" à Fontenay comme nous l'avions demandé par un vœu rejeté par la majorité municipale mais soutenu par d'autres associations. La majorité municipale répète qu'elle souhaite que le tracé choisi minimise les expropriations et que c'est pour cette raison qu'elle a une préférence pour une station à Montreuil ! Les expropriations sont une sorte d'épouvantail destiné à faire peur. D'ailleurs, personne ne parle jamais des expropriations nécessaires aux Rigollots et à Champigny, pour rien au monde, les "amis" communistes de la majorité de Fontenay n'auraient refusé la ligne 15 malgré les expropriations...

- Le stationnement : Selon la mairie les zones bleues semblent efficaces (quelle découverte !), même si les disques ne sont pas suffisamment surveillés au goût du public présent. La majorité municipale a même annoncé qu'elle étudie la sous-traitance au privé de la gestion des parkings publics. 
Notre groupe était représenté par Brigitte Chambre-Martin et Geneviève Louicellier-Calmels.