18 février 2016

Au dernier Conseil - Suppression du permis de démolir

Les élus de notre groupe sont sceptiques sur cette suppression de l’obligation du dépôt du permis de démolir sur le territoire hors AVAP de notre commune qui nous était proposé lors du dernier conseil municipal. Nous avons bien compris la volonté qui est de simplifier la procédure même si, avouons-le, elle est aujourd’hui très simple par rapport à celle de 2007. Je suis sceptique, nous sommes sceptiques car le fait de supprimer l'obligation de cette demande pourrait permettre à un propriétaire de démolir un bâtiment, même partiellement, sans avoir à en référer à l'autorisation de la ville. A l’heure où la municipalité a rappelé que le PLU avait vocation à préserver nos quartiers résidentiels notamment, avouons que cette libéralité est assez surprenante. Parce que nous sommes soucieux du patrimoine local et de l’histoire de nos quartiers, notre groupe a voté contre cette suppression. 


Conseil de Fontenay - Suppression du permis de... par GLECOQ

17 février 2016

Au dernier Conseil - Quartier La Redoute

Pour une Majorité municipale qui nous répète à longueur de conseils qu’elle est contre les expropriations, force est de constater que, pour la deuxième fois en deux conseils, il nous était demandé de voter une déclaration d’utilité publique (DUP). Procédure administrative qui permet de réaliser une opération d'aménagement sur des terrains privés en les expropriant, précisément pour cause d'utilité publique ; elle est obtenue à l'issue d'une enquête d'utilité publique. Cette fois-ci elle concerne l’opération Rabelais.

Une fois n’est pas coutume vous me permettrez de saluer ce projet. Je le salue car il reprend ni plus ni moins les grands principes que j'indiquais au sujet de l'îlot Michelet. A savoir la nécessité de relier les quartiers au boulevard Gallieni pour La Redoute et au boulevard de Verdun pour l'îlot Michelet.
 
Lire dans le dossier proposé par la mairie, que "La Redoute aujourd’hui est un quartier qui vit mal, où l'on peut constater l’aspect vieillissant de ses différentes composantes, où l’espace public existant n’incite ou n’invite pas à la rencontre et aux échanges indispensables à la vie sociale" est quand même le constat qu'il y a urgence à proposer un nouvel aménagement. C'est aussi et avant tout que depuis 1970 ce quartier a été sacrifié par l'équipe municipale en place. J'ai le souvenir au printemps dernier d'une visite du quartier avec Chantal Jouanno, aujourd'hui Vice-présidente du Conseil régional et David Guyot, élu de Fontenay notamment, où les habitants nous avaient clairement confirmé leur sentiment.

Quand on a de l’ambition pour sa ville on doit l’assumer. Notre groupe sera vigilant car à force de trainer sur l’aménagement si nécessaire et si attendu de ce quartier, nous souhaitons que cette ambition soit à la hauteur de ce qu’attendent les habitants et les bénévoles des associations ou des amicales de locataires qui font un travail fantastique dans ce quartier charnière de notre ville.
   
Voici l'intégralité de mon intervention en séance :


Conseil de Fontenay - Vote de la DUP quartier... par GLECOQ

13 février 2016

Parking Roublot : la suite !

Il y a quelques jours, j'avais été alerté par de nombreux riverains sur les problèmes de sécurité du parking Roublot. En effet depuis plusieurs semaines, les vols de roues, de diverses pièces détachées sur les véhicules stationnés sur ce parking, mais également les détériorations (arrachages de rétroviseurs...) ne cessaient de croitre. Parmi les solutions proposées celle du renforcement de l'éclairage public est sans doute la plus simple et la moins onéreuse à mettre en place rapidement. 

Constatant que malgré nos messages ni le maire, ni les élus en charge de la sécurité n'avaient pris en considération les demandes des riverains, nous avons fait évaluer par des professionnels ce qu'il conviendrait de faire pour renforcer l'éclairage. Le montant du devis proposé est de 11.520 euros TTC, ce qui vous conviendrez n'est pas une somme astronomique pour permettre au quartier de retrouver une certaine quiétude. Il s'agit d'éclairer en trois sources contre deux actuellement avec des projecteurs 48 LEDS. A cela il conviendrait d'ajouter un nouveau marquage au sol des places de parking et d'organiser une Opération coup de balai qui permettrait de rendre à ce parking un état convenable. J'entends par Opération coup de Balai, le nettoyage complet de la place évidemment mais aussi le diagnostic complet de la voirie ainsi que le retrait des véhicules épaves ou ventouses.

Fontenay-sous-Bois a besoin d’une nouvelle énergie et de solutions concrètes afin d’imaginer sereinement son avenir et d’engager notre ville dans l'action en prenant en considération le quotidien des habitants.




12 février 2016

Visite de travail à la Halte Fontenaysienne

Riche et fière de la diversité de ses habitants, Fontenay doit aller encore plus loin pour répondre à leurs attentes et à leurs besoins notamment en matière d'action sociale. Cela pourrait se faire notamment en fédérant toujours plus les associations autour d'un projet clair et lisible de la politique sociale de notre ville. Oui Fontenay aide dans ce domaine et le nier serait mentir, mais je crois, à la lumière des nombreux témoignages que je recueille à chacune de mes visites de terrain que les associations ont besoin d'un cap plus lisible leur permettant des actions concertées et communes pour l'intérêt du plus grand nombre. Voilà une piste de modernisation de l'action sociale à creuser. 

Ce matin à l'invitation de son président et de membres du Conseil d'administration, je me suis rendu dans les locaux à Nogent de la Halte Fontenaysienne. Avec Bernard Abraham, Jean-Yves Dupré et Viviane Raffin notamment nous avons pu échanger assez longuement sur les missions de cette association et surtout sur son installation, dans quelques mois, dans les futurs locaux situés à Fontenay-sous-Bois. 

Créée il y a 20 ans suite au décès d'une personne sans domicile stable à Fontenay-sous-Bois, la Halte Fontenaysienne est avant tout née de l'initiative de sept citoyens engagés dans le lutte contre l'exclusion. Aujourd'hui, La Halte, agréée par la fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés, propose un accueil de jour à plus de 800 personnes par an. Cet accueil permet notamment la domiciliation, de prendre une douche ou de laver son linge, mais favorise aussi l'accompagnement social individualisé ou collectif afin d'aider certains à reprendre confiance en soi. Au printemps 2017, la Halte en déménageant dans notre commune pourra proposer à cet accueil de jour, une pension de famille de 24 logements. Le projet social de cette pension vise à accueillir des personnes ne pouvant pas ou souhaitant pas pour l'instant, en raison de souffrances liées à la solitude, ou aux accidents de la vie, accéder à un logement autonome classique.


J'ai souhaité me rendre sur place afin de mieux comprendre le fonctionnement de cette association que nous soutenons mais également de pouvoir rencontrer les personnes qui fréquentent cet établissement qui apporte tellement dans des moments de la vie où le glissement vers la solitude est parfois la solution la plus simple. Nous avons pu aborder les besoins que peuvent avoir les associations sociales sur Fontenay notamment en matière de lien et d'actions en réseau. Après la Croix-rouge et le Secours Catholique, la visite de la Halte Fontenaysienne a été extrêmement intéressante. En effet, je me félicite de ces visites de terrain et de travail avec les associations sociales de notre ville. Je sais combien elles répondent à de nombreuses problématiques, mais je connais surtout l'engagement désintéressé de leurs nombreux bénévoles que les élus locaux que nous sommes remercient chaleureusement pour leur accompagnement. 

N'hésitez pas à aider la Halte Fontenaysienne : www.lahalte.org
 

Au dernier conseil

Avec l'ensemble des élus de notre groupe nous avons participé hier soir à la séance du Conseil municipal. A cette occasion nous avons pu réaffirmer toute l'ambition que nous portions pour la rénovation tant attendue du quartier de La Redoute. En votant favorablement la DUP proposée, nous avons aussi demandé à la majorité qu'elle porte cette même ambition pour ce quartier charnière, elle qui a tant attendue pour se lancer dans cette rénovation urbaine.

Dans mon intervention j'ai donc salué ce projet car tout d'abord, il reprend ni plus ni moins les grands principes que je préconisais il y a deux mois au sujet du projet de l’îlot Michelet. A savoir : Désenclaver le quartier en l’ouvrant sur le boulevard, bref comme vous le dites pompeusement « faire pénétrer la ville dans le quartier ». Comme quoi, parfois, souvent même, l’opposition ne dit pas que des inepties !
Nous espérons que la concertation avec les habitants, tous les habitants, puisqu’il s’agit de « faire pénétrer la ville dans le quartier », sera forte, ambitieuse et positive. Nous souhaitons qu’elle porte sur l'amélioration de la mixité sociale et plus particulièrement sur le développement économique voulus par le ministère de la ville pour les quartiers prioritaires. Ce futur aménagement devra s’attacher à redessiner, pour renforcer leur lisibilité et donc leur utilisation, les différents cheminements. En sécurisant à la fois ces nouvelles rues et ces allées par un éclairage public de qualité et en intégrant le stationnement qui est une véritable plaie dans le quartier. Quand on a de l’ambition pour sa ville on doit l’assumer. Notre groupe sera vigilant car à force de "trainer" sur l’aménagement si nécessaire et si attendu, nous souhaitons que cette ambition soit enfin à la hauteur de ce qu’attendent les habitants et les bénévoles des associations ou des amicales de locataires qui font un travail fantastique dans ce quartier charnière de notre ville.

Ce conseil a été aussi l'occasion pour notre groupe Ensemble, réveillons Fontenay de voter contre la suppression de l'obligation du dépôt du permis de démolir proposé par la majorité municipale. A l'heure où, plus que jamais, les habitants souhaitent une préservation de leur patrimoine architectural, cette suppression du permis de démolir risque d'engendrer des débordements graves et irrémédiables dans les quartiers situés en dehors de la zone de protection définie lors du conseil de décembre et soutenue, depuis toujours, par les élus de notre groupe.


Nous nous réjouissons également de l'élection de notre collègue Brigitte Chambre Martin, comme conseillère territoriale. Elle représentera notre groupe dans cette nouvelle instance désormais appelée Paris-Est-Marne et Bois. 


Nous regrettons vivement les propos tenus par le 1er adjoint au Maire qui dans son énervement lors d'un débat sur la culture et le projet de théâtre a cru bon de nous insulter en nous lançant un écœurant et abject "Vous avez armé les djihadistes". Sans commentaire, les Fontenaysiennes et Fontenaysiens jugeront la pertinence de son propos.


De notre côté nous continuons à agir pour l'intérêt général et les habitants de notre ville sans tomber dans le jeu "ultra-politisé" de cette majorité municipale. Les Fontenaysiens attendent de leurs élus locaux qu'ils agissent efficacement pas qu'ils brandissent à chaque intervention les drapeaux du Front de gauche ou d'un PCF déclinant.

08 février 2016

Le saviez-vous ?

A la veille du 2nd tour des régionales, la ville n’a rien trouvé de mieux que de publier un supplément au magazine municipal intitulé Fontenay nous réussit ! (supplément dans lequel notre groupe aurait du selon les textes de lois bénéficier d’un espace d’expression, comme quoi la démocratie locale…). Tirée à 26.000 exemplaires et mis sous film plastique cette autopromotion a été estimée par notre groupe à 7.800 euros TTC, soit 14 fois plus que le budget versé aux associations de quartier.

Et pendant ce temps, les fournitures les plus élémentaires (comme du papier toilettes !) manquent dans les écoles et les clubs de loisirs des retraités, soit-disant faute de crédits ! Vous avez dit austérité ?

05 février 2016

La photo du Mois : 50 nuances de gris !

Quelle image de la ville a-t-on lorsqu’on y entre ?
 
Côté bois, le petit pont de pierre à la chaussée rafistolée de rustines de goudron, a été récemment flanqué de gros pots … aux nuances de gris ! L’hiver n’est certes pas la saison propice au fleurissement, il faut donc espérer que le printemps apportera quelques touches de couleurs à cette entrée de ville décidément bien triste ! Négliger ce quartier, c’est mépriser ses habitants qui contribuent pourtant largement, par leurs impôts, à la vie de la commune ! En venant de Nogent-sur-Marne, ou côté Val-de-Fontenay, on est accueilli par des ronds-points bien fleuris et créatifs (bravo aux jardiniers !) mais la réalité est tout autre dans les rues adjacentes : voirie dans un état désastreux, entretien très épisodique, un mobilier urbain avec d’autres nuances de gris… En venant de Montreuil, l’entrée dans Fontenay se fait en toute discrétion, sur un boulevard de Verdun bien souvent sale, avec toutes sortes de choses au pied des arbres, et un mobilier urbain gris-marron foncé … Et en venant de Vincennes, une fontaine dont l’esthétique ne fait pas l’unanimité, qui fonctionne … ou pas, et qui est, elle aussi, bien grise ! 

Belle ma ville ? non, mais « plus belle ma ville » espérons-nous !

Gildas Lecoq,  Brigitte Chambre-Martin, David Guyot, Sana Ronda,  Philip De La Croix, Geneviève Louicellier-Calmels, Christophe Esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand.

04 février 2016

Tribune du Mois : Référendum sur le futur Théâtre, notre deuxième voeu pour 2016

L’entêtement de la majorité municipale à vouloir coûte que coûte construire un théâtre accolé à la salle Jacques-Brel pourrait être risible si cela n’impactait autant nos finances locales déjà largement déficitaires. 

Avec 104.000.000 d’euros de dette, nous pensons que la ville devrait engager ses projets en respectant la priorité et les urgences des habitants et pas seulement celles de ses soutiens politiques au sein de la majorité municipale.
Alors que le maire annonce un budget d’investissement de 12.500.000 euros et un budget de fonctionnement pour ce futur équipement de 150.000 euros seulement, soit 12.500 euros par mois, notre groupe ne peut laisser circuler un tel « bobard » (pour reprendre les mots du Maire). Qui peut réellement croire que le budget de fonctionnement sera aussi ridicule ? Un pareil équipement coûtera largement plus de 650.000 euros par an.


Avec des citoyens engagés et des associations locales qui nous rejoignent chaque jour, nous sollicitons de Monsieur le maire, l’organisation d’un référendum local pour différer la construction de ce projet de théâtre.
S’engager pour un référendum local permettant de s’exprimer démocratiquement sur ce projet ne contredit pas l’attention portée à la Culture et aux spectacles vivants.


Rejoignez-nous, en signant cette pétition : pourunreferendum.fontenay@gmail.com ou www.change.org


Gildas Lecoq,  Brigitte Chambre-Martin, David Guyot,  Sana Ronda, Philip De La Croix, Geneviève Louicellier-Calmels,  Christophe Esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand.

Tribune du Mois : Sécurité, notre 1er voeu pour 2016

Voici le voeu que nous avions déposé lors du conseil municipal de décembre :

« Alors que notre ville subit depuis de trop nombreuses années des problèmes d’insécurité, de squats, de trafics divers, et désormais d’une augmentation des agressions physiques qui sont une surenchère supplémentaire dans la hiérarchie des violences.
Alors que les accidents de circulation sont en nombre toujours trop conséquent, et que malheureusement le nombre de délits de fuite croît inexorablement.
Alors que les cambriolages ou vols de véhicules touchent toute la population dans l’ensemble de nos quartiers. 

- Parce que la sécurité à Fontenay est un droit pour les habitants mais, aussi et surtout, un devoir pour la municipalité. 
- Parce que la sécurité est une préoccupation majeure de nos concitoyens, que l’ensemble des collectivités territoriales et leurs élus sont concernés et se doivent d’agir pour contribuer à protéger les habitants et leur offrir un cadre de vie le plus tranquille possible.
- Parce que la vidéo-protection est devenue un outil d’aide à l’enquête indispensable et incontournable.
Dorénavant, réflexe automatique d’investigation, elle participe aussi à l’administration de la preuve, à la collecte d’indices et aux classements sans suite de poursuites infondées.
 


Les élus du Conseil municipal de Fontenay-sous-Bois, réunis en séance, prennent l’engagement d’inscrire dans le budget 2016 - et les suivants - les crédits d’investissement nécessaires au déploiement d’un plan d’installation de caméras de vidéo-protection fixes ou mobiles aux abords des carrefours, des commerces, des établissements scolaires, des lieux de vie et des gares ou tout autre endroit susceptible de la nécessiter. »
 

Voté en catimini à la fin de la séance, le maire ne nous a même pas permis de le lire, signe que l’exercice de la démocratie dans notre ville est toujours ambigu. Notre groupe a voté favorablement. La majorité a voté contre précisant dans la presse, quelques jours plus tard, que cela serait pourtant inscrit au budget 2016.

Pourquoi, dès lors, voter contre ? A vous de voir… De notre côté nous serons vigilants sur le nombre de caméras déployées chaque année. Il ne s’agit pas, en effet, d’acheter 3 ou 4 caméras mobiles pour faire semblant. La sécurité est une question trop importante pour jouer avec.


Gildas Lecoq,  Brigitte Chambre-Martin, David Guyot,  Sana Ronda, Philip De La Croix, Geneviève Louicellier-Calmels,  Christophe Esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand.

03 février 2016

Pétition pour un référendum sur le futur théâtre : Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

L'un des arguments régulièrement utilisés pour justifier la construction du futur théâtre est de fustiger la trop fréquente utilisation de la salle Jacques-Brel notamment par la société générale ou la BNP et Axa (Cf. commission culturelle du mois à Gérard Philippe).

Éléments clef à savoir : 

- Dans les futurs locaux du Campus de la Société générale, un auditorium de près de 170 places est prévu. 

- Dès lors la Société générale n'aura pas vraiment le désir de financer ce théâtre (et d'ailleurs de quelle manière ??) comme l'espère le cabinet du Maire de Fontenay quand il déclare dans la presse « Nous allons évidemment demander des subventions, à l’Etat, la région, au département, la Drac, voire à des investisseurs privés comme les grands groupes privés qui sont installés à Fontenay, le coût pour la ville ne sera donc pas de cet ordre ».

On voudrait nous faire croire à Fontenay-sous-Bois que construire un théâtre c'est faire de la culture ! Et qu'a contrario mettre en garde les Fontenaysiens sur les coûts pharaoniques (12,5 M€ annoncés, 15-16 M€ prévisibles !) de la construction d'un tel bâtiment et notamment de son aménagement intérieur, c'est être contre la culture ! On rêve.
Et pourtant ! En matière de culture c'est le contenu et non le contenant qui est important. 


Que proposons-nous ? Que la majorité municipale améliore réellement, concrètement et durablement l'offre culturelle à Fontenay en s'adressant à tous les publics. Qu'elle cesse ensuite de se disperser sur de nombreux sujets tellement atomisés que les budgets accordés sont ridicules et inopérants, ensuite en se concentrant sur quelques projets ambitieux et qualitatifs.
Car à vouloir trop embrasser .... on dilue les effets.

Rejoignez les signataires de la pétition pour un référendum sur le projet de Théâtre.
https://www.change.org/p/monsieur-le-maire-de-fontenay-projet-d-un-th%C3%A9%C3%A2tre-%C3%A0-fontenay-p%C3%A9tition-pour-l-organisation-d-un-r%C3%A9f%C3%A9rendum-local?recruiter=60558088&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

A l'assemblée générale du l'association du Plateau

Ce dimanche j'ai participé en ma qualité d'adhérent à l'assemblée générale de l'association du Plateau.

Une fois encore le constat dressé à l'occasion du rapport moral par son président Monsieur Gérard Mari fut malheureusement terrible sur l'état d'abandon de ce quartier pourtant si stratégique pour notre ville et sur le manque d'écoute de la part de la mairie. Trop de dossiers sont en effet restés sans réponse cette année encore.


Je reste persuadé que ces associations sont le moteur de nos quartiers. Bien plus, d'ailleurs, que les "pseudo conseils de quartiers" tels qu'ils ont été mis en place par la majorité municipale, alors qu'ils devraient au contraire être une véritable courroie de transmission entre les citoyens et l'exécutif local.

Parce que chaque quartier a son identité, je crois qu'il est nécessaire d’inciter et de soutenir ces associations locales. Véritables "poil à gratter" elles ont, ou elles devraient avoir en commun, l'amélioration constante du cadre de vie. Si c'est bien la volonté de l'association du Plateau et des associations de quartiers en général, j'en suis moins sûr du côté de la mairie hélas. Pourtant une ville dotée d'associations de quartiers dynamiques met un maximum de chance de son côté. 


En effet, les citoyens peuvent dialoguer entre eux dans ces instances associatives puis ils devraient pouvoir, ensuite, rencontrer régulièrement le maire ou ses adjoints afin d'écouter les réponses ou les explications à leurs questions ou à leurs sollicitations. Malheureusement selon l'adage local "si tu n'es pas avec moi tu es contre moi", la mairie fait en sorte d'ostraciser ces associations en espérant leur perte de motivation et enfin leur déclin. Heureusement celles-ci sont composées de femmes et d'hommes bénévoles et motivés pour la défense de leur ville.

Merci à Monsieur Mari et à l'ensemble des membres bénévoles de son bureau pour le travail effectué, en espérant que les problèmes soulevés soient pris en considération par la majorité municipale.

02 février 2016

Je soutiens le Plan Energies pour l'Afrique de Jean-Louis Borloo

Je ne parle pas fréquemment, sur ce blog, de mon engagement au sein de ma famille politique l’UDI. Et pour cause, je crois que mon investissement sur le terrain à Fontenay-sous-Bois doit dépasser les clivages politiques pour rassembler les habitants vers un projet commun et positif pour tous. Les Fontenaysiennes et les Fontenaysiens attendent de nous des projets concrets et non pas des débats idéologiques qui minent trop souvent la prise de décision comme c’est hélas le cas dans notre ville avec les diverses composantes de la majorité municipale.

Toutefois cela n’interdit en rien le fait d’appartenir à un parti politique et de soutenir les femmes et les hommes qui s’y engagent. Certains membres de notre groupe sont adhérents dans des partis, d'autres pas, cela ne change en rien leur implication pour la ville. Pour ma part, j’appartiens à l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), parti de centre droit présidé par Jean-Christophe Lagarde et fondé en 2012 par Jean-Louis Borloo.

J’ai toujours eu de la sympathie pour Jean-Louis Borloo, que je connais depuis longtemps, avec lequel j’ai pu travailler. Je l’ai déjà écrit, nous partageons ce goût commun pour le terrain et l'écoute, ce pragmatisme volontaire qui permet de résoudre les problèmes rapidement. Lors de la fondation de l’UDI je garde le souvenir des mots qu’il prononça dans son discours, des mots tellement d’actualité aujourd’hui : « La République c’est une conquête, un combat de l’Homme sur les forces qui le tirent en arrière. C’est aussi un lien fraternel qui donne à notre peuple et sa force vitale et son identité unique. Oubliez la République : vous aurez gagné des tribus, vous aurez perdu des citoyens. »

Agitateur d’idées Jean-Louis Borloo sait aussi entrainer à ses côtés les femmes et les hommes qu’il rencontre, pour réaliser , à ses côtés, les projets qu’il défend souvent avec passion. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai tout de suite soutenu son projet pour l’Afrique puis sa fondation Énergies pour l’Afrique et je vous invite à en faire autant.

Il est, en effet, urgent d’engager un « plan Marshall » ou un « Grenelle pour l’électrification en Afrique », appelez cela comme vous voulez, quand on sait que seuls 25 % des Africains ont accès à de l’énergie. Pourtant comme le dit régulièrement JL Borloo, « l’énergie c’est l’accès à l’éducation, c’est le droit de vivre dignement chez soi. »

L’objectif principal de cette fondation : que 600 millions d'africains soient connectés à l'électricité d'ici 2025. C’est un pari audacieux que les pays occidentaux comme le nôtre peuvent tout à fait soutenir. « L’électricité est un préalable à l’agriculture, à la santé, à l’accès à l’eau, au développement économique, culturel, social, démocratique. L’obscurité appelle l’obscurantisme, quand la lumière appelle les Lumières. Aujourd’hui l’Afrique et le monde se mobilisent pour que l’ensemble du continent ait accès à l’énergie. C’est l’intérêt de l’Afrique, c’est l’intérêt de l’Europe, c’est l’intérêt du monde... », rappelle régulièrement JL Borloo.


Nous vivons dans un processus de mondialisation des échanges et de développement des nouvelles technologies qui bouleversent profondément l’économie, les relations entre les populations et les identités nationales. Nous savons désormais, dans ce monde qui est le nôtre, que nous n’avons plus le droit de fermer les yeux sur ce qui se passe ailleurs au risque d’en subir les effets collatéraux. La solidarité internationale doit être concrète et surtout efficace. « Il s’agit bien évidemment d’une urgence sociale. Pour que les enfants puissent faire leurs devoirs le soir, pour que les femmes cessent d’accoucher dans le noir, pour que les médicaments puissent être conservés dans des frigos, pour que la jeunesse d’Afrique envisage un futur prospère sur son propre continent, il faut que l’accès à l’électricité se généralise. Il s’agit également d’une urgence économique. Le développement de l’électrification offrirait de nouvelles perspectives aux entreprises africaines, ce qui bénéficierait par ricochet aux économies européennes et mondiales. Gardons à l’esprit que si la croissance des pays africains passe de 5 % à 15 % par an, cela accroîtra la nôtre de 2 %. L’Afrique est, pour l’Europe en particulier, un relais de croissance formidable » précise avec sa passion communicative JL Borloo quand on l’interroge sur son projet.

Je soutiens le Plan énergies pour l’Afrique 2025 et je vous invite à en faire autant. 

http://www.energiespourlafrique.org/



Gildas LECOQ