31 mai 2016

Vincennes : 17 ans, merci.

Après 17 années à travailler au service de la Ville de Vincennes et de ses habitants, j'ai souhaité donner un nouvel élan à mon parcours professionnel.

Après 17 années durant lesquelles j'ai beaucoup appris des Vincennoises et des Vincennois, mais aussi beaucoup donné, j'ai décidé de quitter mes fonctions de directeur de cabinet pour fonder une société de conseil en communication.

J'ai passé 17 années intenses et riches d'enseignements à Vincennes et je souhaite aujourd'hui écrire une nouvelle page de mon parcours de vie.

Retrouvez ma dernière interview au journal Première Heure. 


27 mai 2016

Réponse de nos amis d'Etterbeek touchés par les attentats

Cher Monsieur Gildas Lecoq,

M. le Bourgmestre a pris connaissance de votre courrier et est touché par votre message de solidarité.

Malheureusement, plusieurs Etterbeekois sont décédés dans l’explosion dans le métro Maalbeek et nous avons tous été particulièrement ébranlés par ces attentats meurtriers.

Bien qu’ils ne manqueront pas de laisser de douloureuses cicatrices, M. De Wolf souligne la nécessité de rester debout face à ces évènements.
Il appartient aux responsables publics d’œuvrer, à tout niveau, pour endiguer au maximum cette montée extrémiste.

Les liens qui unissent nos deux villes prennent ici tout leur sens, dans cette recherche de paix durable et d’amitié entre tous les peuples.

M. De Wolf me charge de vous transmettre également toutes ses amitiés.



Marc VAN BENEDEN
Chef de Cabinet
du Député - Bourgmestre
Vincent DE WOLF

26 mai 2016

Allocution de notre groupe à l'occasion de l'élection du nouveau maire

Vidéo en bas d'article


Mesdames et Messieurs,
Mes chers collègues,
Cher Jean-François Voguet,

Dimanche 30 mars 2014, à l’issue d’une campagne électorale intense, les Fontenaysiennes et les Fontenaysiens avaient décidé, dans le secret de l’isoloir, d’élire leur nouveau conseil municipal.
Ils avaient, dans le secret de cet isoloir, choisi de donner leur confiance à une liste, certes, mais surtout à un homme, Jean-François Voguet, qui depuis 1977 s’était engagé activement dans la vie municipale et qui, en ce printemps 2014, se représentait pour conduire, en sa qualité de Maire, le destin de notre ville pour les 6 prochaines années. 
C’était en tous les cas, ce qu’une très grande majorité d’entre eux pensait ce 5 avril 2014 alors que vous veniez d’être reconduit comme Maire de Fontenay-sous-Bois.
Pourtant, aujourd’hui, dimanche 22 mai 2016, cet homme, cette figure de la vie politique locale a décidé, en conscience de tourner une page. 
Nous avons bien compris en écoutant votre discours et surtout pour en avoir discuté personnellement avec vous à plusieurs reprises les raisons de votre retrait.
Même si ce n’est ni le lieu, ni le moment de faire état de nos divergences et de nos critiques de la vie municipale, parce que nous participons à un moment important et solennel de la vie de notre commune, vous me permettrez, toutefois, de regretter cette décision. 
Je peux comprendre les raisons qui sont les vôtres, mais alors ces mêmes raisons auraient dû vous convaincre de ne pas mener cette ultime campagne en capitaine d’une équipe qui aujourd’hui se retrouve à devoir vous remplacer. Ou alors ces mêmes raisons auraient dû être clairement évoquées pour que, dans le secret de l’isoloir, les électrices et les électeurs choisissent en connaissance de cause la femme ou l’homme qui allait être leur maire durant la totalité du mandat.

Si, au moment où je prends la parole, le nom de votre successeur n’est pas « officiellement » connu, son évocation, et surtout la manière dont le passage de témoin a été réalisé, ne laissent plus aucun suspens. Les Fontenaysiennes et les Fontenaysiens doivent savoir que c’est aux conseillers municipaux d’élire leur maire, mais vous savez bien et nous savons bien la frustration qui est la leur de découvrir que ce sera désormais une autre personne que celle qu’ils avaient choisie à la majorité, au soir du deuxième tour des élections municipales dernières. Je le redis, comme eux, nous regrettons la manière dont cette succession s’est faite.

Avant de m’adresser plus spécifiquement à celui qui va vous succéder, vous me permettrez, cher Jean-François Voguet, au-delà de nos divergences politiques fondamentales, de vous remercier, de remercier le Maire qui durant 15 années a assumé la lourde fonction qui lui avait été confiée. De remercier le Maire qui a donné à notre groupe d’opposition les moyens (certes parfois compliqués ) de nous exprimer, et je salue vos remarques sur le rôle nécessaire et sain pour notre démocratie d’un groupe d’élus comme celui d’Ensemble réveillons Fontenay, qui porte la voix de 4 habitants sur 10.
 
Oui, malgré nos différences, et parce que, je le crois, nous partageons cette haute estime de la fonction, je me dois, au nom des élus de notre groupe et des Fontenaysiennes et des Fontenaysiens qui nous ont portés dans cette assemblée, de vous dire merci pour ces nombreuses années offertes à la vie municipale quand d’autres auraient pu choisir la facilité de vivre dans leur ville sans s’y investir comme vous l’avez fait. Quel que soit l’avis que nous pourrions porter sur votre bilan, le simple fait d’avoir conduit durant 15 ans, grâce aux suffrages des habitants, les affaires publiques de Fontenay, se doit d’être publiquement salué. Merci Monsieur Voguet.


*

*       *

Voici venu le temps de m’adresser à votre successeur.

Cher collègue, si la légitimité des urnes provient de celle de vos colistiers et non de celle de leader d’une liste soumise à l’expression électorale des habitants, je vous souhaite bien du courage dans cette fonction nouvelle que vous allez endosser.
Oui, du courage, car il va vous en falloir pour affronter les critiques de vos alliés pluriels quand vous déciderez parfois dans la solitude de votre bureau de telle ou telle orientation pour Fontenay.

Oui, du courage, il en faudra vis-à-vis de collègues qui saurons, si ce n’est pas déjà fait, vous rappeler que votre légitimité ne provient pas des habitants, mais bien de leur bon vouloir.

Si les Fontenaysiennes et les Fontenaysiens ne vous ont pas directement choisi pour tenir les rennes de notre ville, les femmes et les hommes qui constituent votre équipe municipale ne vous avaient pas choisi non plus au moment de figurer sur cette liste. Mais je suis sûr qu’ils voteront à l’unanimité pour vous dans quelques instants, le temps des tensions n’est pas encore venu, enfin je l’espère.

Cher collègue, en guise de conclusion permettez-moi de vous inviter à vous affirmer courageusement comme le chef de votre majorité, en prenant des décisions qui engagent les habitants et pas seulement les représentants des différents groupes qui vont s’exprimer après moi et qui composent votre majorité.

Avoir du courage et être utile, c’est par exemple prendre la décision diamétralement opposée à votre prédécesseur en matière de sécurité locale, en acceptant enfin l’installation de caméras de vidéo-protection dans notre ville.

Avoir du courage et être utile, c’est par exemple, en matière de développement durable, choisir le pragmatisme plutôt que d’écouter le discours théorique et lénifiant d’une écologie urbaine souvent trop restrictive.

Avoir du courage et être utile, c’est vous attaquer enfin à cette dette abyssale qui pèse sur nos têtes, en réduisant le budget de fonctionnement, plutôt que de faire supporter les dérives financières de notre commune sur les seuls impôts et participations diverses toujours en augmentation.

Avoir du courage et être utile, c’est accepter de revoir complètement l’organisation de l’expression citoyenne, en réformant les conseils de quartier qui ne laissent plus la place à l’écoute et au dialogue.

Avoir du courage et être utile, c’est aussi réconcilier les habitants des différents quartiers en plaçant réellement la diversité au cœur de ces diverses cités.

Avoir du courage et être utile, c’est aussi accepter la critique, et reprendre le dialogue avec les associations citoyennes ou de quartier.

Enfin, si l’envie vous prenait de mesurer cette légitimité que de nombreuses personnes vont vous contester, je vous invite, parce que c’est un sujet important, à soumettre la question de la priorité du projet de théâtre à référendum. Ce serait, nous le pensons, le plus bel exemple démocratique de mesurer cette légitimité par un vote des Fontenaysiennes et des Fontenaysiens.

Cher collègue, nous souhaitons croire, et nous en formulons le vœu, que vous saurez écouter notre groupe d’opposition dans cette deuxième partie du mandat qui débute aujourd’hui, comme a su le faire votre prédécesseur. Le renouvellement et le rajeunissement en politique sont une très bonne chose à condition de faire ses preuves. Constructifs, vigilants, mobilisés, attentifs à tous et tournés vers notre ville, voilà la feuille de route que s’était fixée notre groupe d’opposition en ce début de mandat. Elle reste identique. Notre action d’élus de l’opposition s’inscrira dans les valeurs de la République afin de garantir à chaque Fontenaysienne et chaque Fontenaysien, la Liberté, l'Egalité et la Fraternité si nécessaires en ces temps difficiles.

Merci encore Jean-François Voguet. Bonne chance cher collègue. Je vous remercie.


Election du Maire de Fontenay par GLECOQ

03 mai 2016

Tribune du Mois : Non à la fermeture de classes !

Parce que nous considérons les enjeux de l’éducation et de la formation comme fondamentaux, notre groupe soutient les parents d’élèves et les enseignants contre la fermeture de 6 classes à Fontenay. L’École est la pierre angulaire de la République : elle doit accueillir tous les enfants sans distinction de condition sociale, de conviction, ou de confession religieuse. Elle doit être le creuset de l’égalité des chances, promouvoir le mérite et l’excellence et transmettre les valeurs communes qui fondent notre vivre ensemble. Notre école aujourd’hui est malade : 20% des élèves qui entrent aujourd’hui en 6ème ne maitrisent pas les savoirs fondamentaux : « lire, écrire et compter ». Il est donc important de leur offrir les meilleurs conditions d’apprentissage. Augmenter le nombre d’enfants et dépasser les effectifs préconisés, en fermant certaines classes, risque de les placer, dès le plus jeune âge, en condition d’échec scolaire, ce que nous refusons. Il convient d’être vigilant.