16 juin 2016

Elle s'appelait Jo Cox

Sous le choc après l'annonce du décès, ce soir, de la députée pro-européenne Jo Cox. Cette femme, élue travailliste était sans aucun doute promise à un bel avenir politique. Elle est morte à 41 ans des suites de ses blessures, après avoir été agressée par balle et par coups de couteau par un homme au mobile incertain en pleine campagne pour le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne. 

Il est sans doute encore trop tôt pour bien comprendre les raisons d'un tel acte mais la mort de cette femme de conviction, qui défendait une Europe plus juste, qui vient s'ajouter aux terribles crimes commis en ce début de semaine à Orlando ou à Magnanville nous démontre combien notre société va mal.

Pour ma part, je ne crois pas que la solution contre ces maux soit le repli comme certains essayent de nous le faire croire bien au contraire.

La mort de cette jeune femme qui incarnait une nouvelle génération d'élue doit nous inviter plus que jamais, nous femmes et hommes politiques, à nous engager toujours plus pour aller sur le terrain écouter, dialoguer, comprendre et surtout trouver les solutions qu'attendent nos concitoyens. Oui nous devons poursuivre ce combat contre les idées simplistes de certains qui génèrent au final une telle haine.

Que sa mort demeure le symbole d'une envie d'Europe.

15 juin 2016

Stationnement anarchique... rien de nouveau !

Ce 13 juin 2016 aux abords de l'école Pasteur (angle Pasteur/Emile Roux), le stationnement illicite d'un véhicule a (une nouvelle fois hélas) généré une situation de congestion avec blocage de la progression des bus de la ligne 124 qui emprunte cette rue. 

Après de nombreuses minutes d'attente, le conducteur de la ligne a souhaité continuer à progresser avec l'aide des passants et parents présents : après plusieurs manœuvres et en endommageant la partie arrière gauche de son véhicule il a enfin pu passer... Cette situation n'aurait pas été rencontrée si une présence de la police municipale avait été effective à ce carrefour "stratégique" ce qui n'est plus le cas depuis maintenant plusieurs mois.

Les difficultés de circulation rencontrées par les lignes de bus dans le bas Fontenay sont d'ailleurs récurrentes : une situation similaire a, d'ailleurs, été observée le samedi 4 juin dernier vers 15h à l'angle de la rue Boschot et de la rue du Commandant J.Duhail avec plusieurs véhicules en stationnement illicite (y compris sur le passage piétons) empêchant le bus de la ligne 124 d'effectuer sa giration. Là encore, après plusieurs minutes d'attente, le conducteur avait pris la décision d'aller effectuer une manœuvre à l'angle Duhail/Couderchet) pour se sortir de cette situation...

Ces deux exemples illustrent malheureusement une situation récurrente dans de nombreux quartiers de notre ville. Notre groupe par la voix de Lionel Bertrand, élu en charge de la question du stationnement et des circulations a interrogé la municipalité et les services en leur demandant quelles étaient les mesures envisagées pour éviter que ces situations, qui sont insupportables tant pour les conducteurs de bus que les passagers et même les riverains, ne se reproduisent à l'avenir ? 


Parce que la sécurité routière est au cœur de nos préoccupations, nous avons aussi demandé de réintroduire une présence régulière d'un ASVP à l'angle Pasteur/Roux pour les quelques semaines qui restent avant les congés scolaires d'été afin de sécuriser ce carrefour qu'empruntent de nombreux camions de béton au moment où les enfants se rendent à l'école le matin entre 8h30 et 9h.

Plus que jamais notre priorité est de placer la qualité de vie comme ambition pour notre commune et pas seulement d'inscrire des principes, qui ne sont pas appliqués, comme le fait hélas quotidiennement la majorité de Monsieur Gautrais.

14 juin 2016

Tribune du Mois : La culture en mauvaise posture !

Artcité va mal. son président le dit et le répète tous les ans, la subvention versée par la ville n’est pas à la hauteur de l’événement pourtant proposé chaque année durant un mois. 

Musiques au Comptoir va mal. L’appel aux dons, désormais annuel, montre combien il est difficile pour la ville de soutenir seule cet événement et ce lieu pourtant chaleureux et artistiquement agréable. notre groupe a d’ailleurs demandé, l’an passé, qu’une subvention complémentaire soit versée pour sauver ce lieu. 

Malgré tout cela, l’équipe municipale persiste et signe sur le projet du théâtre quand la priorité serait déjà de pérenniser l’offre culturelle existante. 

À notre demande de report de ce projet, afin de financer la rénovation d’écoles ou de consolider l’offre culturelle actuellement proposée, Jean-François Voguet ne cessait de répéter à qui voulait l’entendre, ou encore le croire, que notre groupe d’élus serait contre la culture. La réplique était bien rodée mais un peu courte et totalement fausse. 

L’opposition que nous portons contre l’actuel projet de théâtre est surtout liée, nous l’avons déjà dit et écrit des dizaines de fois, à l’opportunité de cet équipement nouveau, à la question budgétaire au regard de nos finances locales (100 millions de dette), à la situation géographique du projet (loin des transports en commun et sans parking), notamment. Nous nous interrogeons également sur le futur coût de fonctionnement de cet établissement qui pèsera encore plus sur notre budget communal. Créer de nouveaux lieux de culture est une erreur quand on n’a pas les moyens de financer leur
fonctionnement. C’est aussi simple que cela. 

Si la ville est en capacité d’investir 12 millions d’euros pour défendre la place de la culture populaire comme elle le revendique, nous lui proposons alors d’investir dans la réhabilitation de la médiathèque. En effet, la médiathèque Louis-Aragon est un lieu d’échange et de transmission qui accueille un très large public provenant de l’ensemble des quartiers de notre ville. En investissant dans sa réhabilitation nécessaire et urgente, à la différence du projet de Théâtre, la ville offrirait un lieu à la fois moderne, adapté à la demande des utilisateurs et surtout moins cher car ne nécessitant pas des coûts de fonctionnement supplémentaires. 

Enfin, si le futur Maire est aussi sûr que son prédécesseur de l’utilité et de la priorité de construire un théâtre, nous proposons qu’il soumette ce projet à référendum, ce serait pour lui le plus bel exemple démocratique de mesurer sa légitimité par un vote des Fontenaysiens. 

Signez la pétition pour un référendum sur le projet de théâtre par mail : pourunreferendum.fontenay@gmail.com ou directement sur change.org


Gildas Lecoq,  Brigitte Chambre-Martin, David Guyot, Sana Ronda, Philip De La Croix, Geneviève Louicellier-Calmels, Christophe Esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand

13 juin 2016

La haine et l'horreur ont encore frappé, cette fois-ci à Orlando aux Etats-unis.

Un nouvel acte terroriste abject. De tout cœur avec les victimes, leurs familles, la communauté Gay et tout le peuple américain.


Un week-end à vos côtés

Malgré un temps loin d'être celui que l'on connaît habituellement au mois de juin, le week-end a été actif.

Dès vendredi, j'ai assisté à la 4e réunion organisée dans le cadre des Assises de la jeunesse à Jean-Zay, où j'ai pu une nouvelle fois mesurer l'attente et la tension qui monte chez nos jeunes notamment en matière d'accompagnement vers l'emploi.


















Samedi j'ai débuté la journée par l'assemblée générale de l'USF à l'école Michelet. Le soutien aux associations sportives est la garantie de maintenir un lien social dans la ville. Mais la question du bénévolat et de l'engagement associatif doit faire l'objet d'une réflexion en profondeur si l'on ne veut pas que ces associations se transforment en simples prestataires de services.























Je suis allé, ensuite déjeuner, accompagné de mon équipe, à la 1ère brocante de la Croix-Rouge, nouvellement installée aux Alouettes, puis je me suis rendu dans quartier des Larris, dialoguer avec les habitants en fête ce 11 juin 2016.






















Dimanche j'ai célébré les 130 ans de l'association sportive l'Espérance qui clôturait par une immense fête son année anniversaire.



















Fier de l'engagement politique qui est aussi le mien je suis allé, samedi avec une partie de mes soutiens UDI de Fontenay, m'exprimer dans le cadre de l'élection du président de la fédération UDI du Val-de-Marne. Mon ami Laurent Lafon, maire de Vincennes a été très justement réélu et j'ai moi même été reconduit au Conseil départemental de notre parti.



10 juin 2016

Tribune du Mois : A Fontenay on préfère diviser, opposer et stigmatiser !

Une fois encore, la cérémonie commémorative du 8-mai-1945 a été l’occasion pour la majorité municipale de montrer sa volonté de diviser et d’opposer les habitants au moment même où chacun célébrait dans toutes les communes de France la fin d’un conflit d’une violence jamais atteinte. Divisée, l’Europe s’est perdue dans les pires horreurs. Unie, elle a construit la paix. Malgré l’absence remarquée de Jean-François Voguet et de Jean-Philippe  Gautrais, à Fontenay, les élus, quelle que soit leur opinion, devaient célébrer la paix dans un climat de concorde. Mais à  Fontenay on préfère diviser, opposer et stigmatiser. 

Dans toutes les villes de France, le Maire et son conseil municipal sont appelés  à déposer des gerbes de fleurs commémoratives de manière républicaine. Dans notre ville, et depuis le début de notre mandature, la majorité municipale s’octroie le privilège et le plaisir de ne mentionner que le Maire et sa majorité, plus communément appelés municipalité. Avec pour conséquence de marginaliser les élus de l’opposition ! Ceux-là même représentant aussi les habitants qui, par leur impôt, ont également financé ces gerbes. nous devons alors, pour nous associer à l’hommage, déposer une gerbe distincte au nom de notre groupe d’élus. Pour surenchérir dans la stigmatisation, notre groupe est appelé à déposer, non pas dans l’ordre protocolaire des élus, mais au même moment que les partis politiques. L’ultime mesure, se voulant certainement vexatoire, consiste à nous infliger systématiquement le dépôt de la gerbe du Parti communiste Français avant toutes les autres. Au diable, les règles de la bienséance… Dimanche 8 mai, la situation a viré au comique. nous avons constaté que c’était la même gerbe du PCF qui était une première fois déposée, récupérée puis… reposée ailleurs.

Voici une manière bien cavalière de faire des économies, le produit de la vente du muguet ayant sans doute été maigre. nous dénoncerons systématiquement ce déni de démocratie, ce manque de reconnaissance vis-à-vis des élus d’une opposition qui est nécessaire pour le bon fonctionnement de la démocratie locale. Fontenay est doté d’un conseil municipal, dont tous les membres, démocratiquement élus, représentent l’ensemble des habitants. Ce n’est, en aucun cas, celui d’une unique majorité à travers laquelle tous les habitants ne se reconnaissent pas, n’en déplaise au futur ex ou ex futur Maire.

Gildas Lecoq,  Brigitte chambre-Martin, David Guyot, Sana Ronda, Philip De La croix, Geneviève Louicellier-calmels,  christophe esclattier, Brigitte Roche, Lionel Bertrand