31 août 2016

La propreté, on a tous à y gagner !


Quand une ville refuse le pragmatisme des actions, sous prétexte qu'elles sont proposées par l'opposition voilà ce qui arrive. La propreté dans notre ville se dégrade jour après jour, année après année. Que les choses soient claires, une ville est sale car, bien souvent, certains comportements citoyens la dégradent, c'est un fait et je ne me permettrai pas d'accuser seulement l'administration locale. En revanche, il existe des moyens à mettre en œuvre pour s'assurer qu'en matière de propreté chacun agisse dans le même sens. 


Une fois encore les propositions existent et ont été présentées aux habitants comme à la majorité en son temps. 3 actions rapides peuvent être mises en place :

1/ Le diagnostic

Le découpage en quartiers de notre commune doit permettre d'identifier les zones où les problèmes de propreté persistent ! Pour cela il convient de créer un baromètre d'évaluation et de satisfaction auprès des habitants. Il faut ensuite évaluer les raisons de ces problèmes (vent, incivilités, couloir urbain à forts passages,...). Ce diagnostic peut également être mis à jour quotidiennement grâce à la création d'un numéro de téléphone spécifique et gratuit « Allo Fontenay propreté » permettant d’alerter les services municipaux sur d’éventuels dépôts sauvages.

2/ L'action 

Il convient tout d'abord de redéployer les équipes de nettoyage dans nos quartiers en tenant compte du baromètre d’évaluation. Il faut dans un second temps mettre en place des actions de nettoyage durable, à savoir qui vont bien au-delà d'un simple balayage ou passage de jets. En créant chaque semaine une opération « Coup de Balai proximité » dans une rue spécifique de notre ville, les services nettoieront mais réaliseront aussi le diagnostic complet de la voirie ainsi que le retrait des véhicules épaves ou ventouses, ou le désherbage. Pour cela ce sont plusieurs services qui interviendront le même jour au même endroit. Il convient également d'initier un dialogue avec les villes riveraines afin d‘intervenir ensemble (dates communes de dépôts des encombrants, mutualisation de la déchetterie, nettoyage commun des rues frontalières,... Afin que les efforts des uns ne soient pas sanctionnés par l'absence d'action de l'autre côté d'une rue. Il faudra en parallèle travailler sur la formation et l’information pédagogique en nous appuyant sur les écoles, les centres de loisirs ou les associations volontaires et conseils de quartier.

3/ L'évaluation

Comme dans chaque projet, il faudra une phase de bilan qui permettra de tenir informée la population et qui lui permettra d'être véritablement concernée.

Voilà le projet que nous soutenons depuis de nombreuses années pour notre ville. Il existe sans doute d'autres idées et solutions alors n'hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet si important pour le cadre de vie d'une ville.

Adressez nous vos idées : ensemble.reveillons.fontenay@gmail.com

30 août 2016

L'information politique à Fontenay

C'est toujours avec une attention particulière que je me plonge dans le magazine municipal de Fontenay-sous-Bois.Tout d'abord parce que c'est un média incontournable et assez bien réalisé par une équipe jeune et dynamique (un seul exemplaire par mois suffirait selon moi). Ensuite, parce qu'il informe sur la vie de la ville et enfin parce qu'il me permet de lire les tribunes des différents groupes. 


Je le dis depuis notre élection à la mairie, les habitants attendent de nous que nous nous occupions des affaires municipales exclusivement. Quand j'entends en séance du conseil certaines dérives politiques de la part de proches du maire et parfois de lui-même, je m'interroge sur le respect de ce pacte que les élus municipaux ont en quelque sorte signé lors de leur élection.

Les habitants attendent de nous que nous nous occupions des problèmes qui touchent directement leur quotidien et non que nous refassions le monde dans une enceinte qui ne nous permettra aucunement de solutionner ces sujets (très intéressants parfois). La mairie n'est pas l'assemblée nationale ou le sénat, ni même la place du colonel Fabien.


Il est important que les habitants sachent, dès lors, les droits des élus en matière de communication. Et pour cela, il est toujours intéressant de relire les textes...

Eclairante cette analyse présentée sur le site internet de l'Association Nationale des Élus Locaux d'Opposition.
"Le droit d’expression consacré doit s’inscrire dans le respect des principes de compétence, de neutralité et de modération propres aux supports d’information locaux.
En effet, la rédaction et la réalisation d’un bulletin municipal constitue une activité de service public selon une jurisprudence constante confirmée par le Conseil d’Etat (CE, 10 juillet 1996, M. Coisne). A ce service public s’attache donc le principe de neutralité.

Un bulletin d’information municipal ne peut en aucun cas constituer un moyen de promotion politique au profit de la majorité et par voie de conséquence de l’opposition.

Le droit à l’expression des membres de l’opposition est encadré par le Code électoral…
En particulier, en période électorale, le droit à l’expression de l’opposition ne peut contrevenir aux dispositions de l’article L. 52-8 du Code électoral prohibant les dons des personnes morales aux candidats. Dans le même esprit, l’article L. 52-1 du Code électoral visent à empêcher toute campagne de promotion publicitaire bénéficiant à l’élu local candidat à une élection dans les trois mois précédant le scrutin ainsi que toute campagne portant sur les réalisations ou la gestion de la collectivité dans les six mois précédant celui du scrutin. L’interdit vaut tant pour les élus de la majorité que pour ceux de l’opposition.

En second lieu, une collectivité ne peut informer ses administrés que sur les actes de sa gestion et non intervenir sur des questions de politique générale qui ne relèveraient pas de sa compétence. Autrement dit, le droit à l’expression des élus instauré par la loi du 27 février 2002 se trouve encadré par les compétences dont dispose la collectivité territoriale. Toute utilisation d’une tribune libre qui porterait sur des aspects de politique nationale ou de politique relevant d’une autre collectivité locale affecterait la légalité des dépenses exposées en vu de la réalisation et de la diffusion de ce journal."
J'invite donc Monsieur le Maire et son équipe à lire et relire les textes avec une attention particulière, et tout simplement à répondre aux problématiques locales, c'est ce qu'attendent les habitants de notre ville.

29 août 2016

Visite de rentrée au Lycée Pablo-Picasso

La rentrée des classes se prépare. Ce matin, à l'invitation de monsieur Fouques, proviseur du lycée Pablo-Picasso de Fontenay, où je représente la région Île-de-France au sein du Conseil d'administration, j'ai pu visiter l'établissement à quelques heures de la pré-rentrée. 

Nous avons pu constater l'avancement des travaux de rénovation mais également pointer ensemble les sujets qu'il convient de faire remonter aux services régionaux. Avec plus de 1250 élèves le lycée Pablo Picasso est un établissement important dans l'Est parisien qui année après année présente des résultats en constante progression.