30 décembre 2017

Fontenay pour vous ! Bonne année 2018

A l’aube de cette nouvelle année, je souhaitais vous adresser mes vœux pour 2018.

Des vœux chaleureux de santé évidemment, mais également de bonheur et de pleine réussite dans vos projets.

Comme vous, j’aime cette ville, j’aime Fontenay et je souhaite véritablement qu’elle évolue et s’ouvre enfin au quotidien de ses habitants.

Aimer notre ville, c’est accepter l’autre, le reconnaître et s’enrichir des différences de chacun.

Voilà le message que je souhaitais vous adresser pour 2018 et de conclure en vous redisant tout simplement combien nous travaillons ensemble pour faire de Fontenay une ville pour vous !

Gildas LECOQ

 

06 décembre 2017

Tribune du mois : Équipements publics : Joker !

Le patrimoine communal, riche de plus de 180 sites, est un atout pour notre Ville. Mais cet important patrimoine exige un entretien régulier, de qualité, et programmé, ce qui à Fontenay n’est malheureusement pas le cas. Pour se donner bonne conscience, la majorité municipale organise des « Commissions Patrimoine Bâti ». Lors de ces réunions publiques mal annoncées, et donc peu fréquentées, l’équipe du maire aime répéter les mêmes choses : « Malgré les menaces qui pèsent sur les finances, la Ville fait tout son possible... » avant d’égrener, comme si cela était extraordinaire, l’inventaire des travaux courants effectués depuis l’été.

Puis, pour donner l’impression d’être dans une démarche participative, viennent les questions des citoyens et les réponses – ou plutôt les tentatives de réponses des services de la Ville.


De sérieux problèmes de sécurité dans les écoles ? Les services de la ville en ont pris note, mais les élus, eux, comme à leur habitude ont sorti leur carte « Joker » !


Vous connaissez la carte « Joker » ? C’est la fameuse carte « C’est pas de notre faute », que la majorité nous ressort à chaque question gênante. Cette fameuse « carte » sert à la fois pour excuser les retards des entreprises, les retards de livraison, le manque d’information, les coûts exorbitants. Bref lors de cette commission nous avons une nouvelle fois assisté au déballage des cartes « Joker » : « on ne peut pas tout savoir », « ça coûte trop cher », « c’est compliqué » et le fameux et très agaçant « oui, oui, on a identifié le problème, on vous répondra la prochaine fois … ».


Malgré des demandes réitérées, la liste des chantiers de mise en accessibilité semble toujours impossible à récupérer. Pas de réponse précise, si ce n’est que ces chantiers ont pris du retard et que la troisième phase sera chargée.


Comprenez : on décale les budgets d’investissements pour financer autre chose (un théâtre par exemple…). Quant au projet du futur « Tiers lieu numérique », la question des travaux d’investissement et le coût de fonctionnement de ce nouveau service a mis la municipalité dans l’embarras.


Pour les élus de notre groupe, un projet, ce n’est pas seulement une belle idée, c’est aussi une capacité à estimer les besoins et les coûts. C’est un principe de base de bonne gestion.
Lorsqu’un projet existe, on doit être en capacité de le chiffrer, non seulement pour sa réalisation, mais aussi pour son fonctionnement futur...

Belote et rebelote !
Au final cette commission laisse le goût amer d’une majorité municipale qui navigue au doigt mouillé. Bref, on lance des aménagements lourds aux investissements conséquents sur des parcelles à l’avenir incertain mais sans véritable projet… Du provisoire qui risque de coûter fort cher et durer fort longtemps ! Et dire qu’au même moment le maire nous invite à imaginer la ville du futur…


Nous ne cessons de le dire, il faut de la rigueur. L’absence de présentation de plans pluriannuels d’investissement, les promesses faites en aparté, sans suites et sans cesse reportées ne sont certainement pas la meilleure méthode. Il est inquiétant de voir le piteux état de certains bâtiments et équipements, y compris les plus récents.


Protéger son patrimoine c’est intervenir quand il le faut pour le préserver. La municipalité, en laissant son patrimoine se dégrader, risque de voir disparaître ses atouts et ce n’est pas leur fameuse « carte joker » qui les remplacera.